Archives par mot-clé : Niki

Mr Pruneau, Niki et Lucy

Fantômes

Après avoir réveillé Photoshop, somnolant aux côtés de ses camarades Illustrator, In design, et Première Pro, je positionne successivement et distinctement les trois personnages dans le même cadre, à l’aide du mode calque. Dans le but de favoriser une rencontre.  Je joue ensuite avec les contrastes et les palettes de couleurs Rouge Vert Bleu.

Et ce, jusqu’à ce que les personnages initiaux se transforment en fantômes. Monsieur Pruneau, Lucy et Niki occupent le paysage bordelais. Depuis leur première rencontre, ils se retrouvent occasionnellement; s’embrassent, s’enlacent et se prélassent. Libres de vivre à plein temps, ils n’ont ni de contraintes de temps, de température, et d’état d’esprit. La température annuelle avoisine les 30°c. Monsieur Pruneau, Niki et Lucy ont pour unique occupation de savourer l’instant présent.

Elsa Maji

Niki et ses tabourets

©ElsaMaji (17/12/14)
(cc) ElsaMaji (17/12/14) 

19h22, il pleut sur la rue Sainte Catherine. Un homme barbu, à l’allure déterminée, surgit, deux tabourets en main. Je m’arrête et l’observe. J’imagine qu’il a récupéré ces tabourets dans l’une des petites rues perpendiculaires.  Je pense à le photographier, un homme barbu qui surgit de nul part avec deux énormes tabourets, c’est un événement à saisir.

Il est temps de courir, Joe s’échappe. Je pose ma main sur son épaule droite, il me regarde inquiet, retire ses écouteurs. Je le salue. Pas un mot, il reste concentré. « Je suis étudiante en audiovisuel, je t’ai aperçu avec tes deux tabourets rue Sainte Catherine, j’aimerai te photographier pour un atelier photo; ça te dérangerait ?». Il répond, tout en gardant son sérieux : « Non, si tu veux ». Je sors l’appareil, règle les iso, la vitesse : «Le thème est de photographier un événement collectif… que fais tu avec ces tabourets ? ». « Ah pour être un événement collectif, s’en est bien un, ces tabourets sont super lourds, je les ramène chez ma copine car elle n’a pas suffisamment de tabourets pour accueillir ses potes. Je me met comment ? Je fais quoi ? Tu veux que je remette mes écouteurs ? ». « Non, regardes moi »; il attrape ses tabourets et regarde l’objectif. J’enclenche consécutivement deux fois l’appareil en variant les prises de vue. – « Comment tu t’appelles ? » Il repose ses tabourets, « Niki… Je pourrais les voir ces photos ? »  Je lui tend mon téléphone : « Peux-tu inscrire ton adresse mail ? » Il regarde mon téléphone, me montre ses mains  : « Euh non, j’ai les mains sales et mouillées ». « Tu bosses dans quel domaine ? » « Je suis barman à l’Eretick, d’ailleurs j’ai récupéré ces tabourets à l’Eretick ». J’oublie, je lui retend mon téléphone. Il le prend, écrit son adresse.

J’ai le choix entre trois photographies, je choisis la deuxième prise car Niki paraît plus à l’aise. L’apparition du passant au deuxième plan est intéressante car elle permet de donner un côté vif et soudain à la photographie. J’ai été toutefois déçu lors de la découverte de ces trois photographies, aucune ne me satisfaisait. Dans l’idée de « faire vite », j’ai pris trois photographies sans prendre le temps de me concentrer sur la lumière. J’aurai dû me positionner de sorte à ce que le lampadaire n’éblouisse Niki.

Elsa Maji