Archives par mot-clé : musique

Un matin comme les autres

J’ai choisi d’illustrer le matin en montrant le côté ennuyeux des gestes que l’on répète au quotidien quand on se lève. On reconnaît les sons, cela montre le caractère familier de ces sons. Le matin est répétitif, quotidiennement je tape sur mon réveil pour éteindre sa sonnerie infernale. J’allume la télévision. Comme chaque jour c’est la même histoire ; informations, gens insatisfaits, drames, polémiques, bref tout pour être de bonne humeur. Pendant ce temps je prépare mon petit déjeuner, café bien serré et tranche de pain de mie. Puis je file à la douche dans ma salle de bains. Une douche qui s’éternise un peu, c’est le premier moment de détente de la journée et qui me réveille en même temps. Je me brosse les dents. Tous les jours c’est la même rengaine. Je monte dans ma voiture et j’écoute la musique tout en fumant. J’ai cours à 9h30. Demain matin, cela sera pareil.

Pour parvenir à souligner cet ennui, j’ai enregistré des sons très simples et facilement reconnaissables. On entend d’abord un réveil qui sonne très fort, la télévision qui s’allume et les informations du jour, l’actualité redondante, puis on entend quelqu’un qui prend son petit déjeuner (une cuillère dans une tasse et du papier froissé). Ensuite j’ai placé les sons de l’eau de la douche et du robinet qui coulent puis une personne en train de se brosser les dents. Puis enfin une chanson, pour montrer que j’écoute de la musique avant de venir à l’université comme la plupart des étudiants. D’autant plus que les paroles à un moment donné disent « the same face everyday » ; elles rappellent que l’on voit les mêmes visages chaque jour. Ce matin là est un matin comme les autres.

Julie T.

Pensées musicales du matin

Matin, fin de la nuit, période où l’on passe de l’ombre à la lumière, avec la peur du nouveau jour qui s’annonce de par son lot de galères,  une humeur « cafarde » à rebrousse-poil, à l’idée des embouteillages, des transports en communs bondés… C’est alors que survient le « réveil-clarté » : l’humeur s’adoucit au fil des actes-rituels : le petit déjeuner, en passant par le  brossage des dents, l’habillage…

Pour représenter l’état général de la personne, différents styles de musiques viennent s’enchaîner, pour radoucir l’ambiance petit à petit : le métal symbolise l’attitude encore somnolente et tourmentée,  le stress de la journée qui l’attend, ainsi que l’envie de rester au lit. Le rock ainsi que le folk donnent de la motivation pour se préparer: de l’optimisme, de l’énergie positive, que l’on symbolise en musique par des gammes majeures. Pour finir, on retrouve toute la douceur de la musique classique avec Edvard Grieg et son œuvre « Au Matin », présente dans de nombreux dessins animés, qui à l’origine, représentait un lever de soleil dans la pièce de théâtre « Peer Gynt » d’Henrik Klausen. Avec la personne qui s’émerveille devant des chants d’oiseaux, cette œuvre donne un sentiment d’apaisement et de sérénité, pour conclure le montage de manière ironique, car au final, il n’y a pas de remède miracle pour se réveiller, il faut juste laisser faire le temps, et comme dirait le poète Gilles Vigneault : « Le matin, c’est la plus belle image du monde… On devrait l’encadrer ! ».

Vincent DUQUENNOY

Juste une danse

(cc) Tiphaine Robion (19/10/2013)
(cc) Tiphaine Robion (19/10/2013)

Ce samedi d’octobre a tous les attributs d’un samedi de juillet : les passants sont en tee-shirt, les couples s’enlacent dans les parcs, les amis rigolent aux terrasses des cafés. Je me promène, j’admire et je profite. Je me laisse guider par les rires et les bruits de la ville. Mon oreille est tout à coup attirée par le son d’un djembé au loin. Je me rapproche et cet homme est là, heureux de faire partager sa musique à tout un groupe d’inconnus assis autour de lui. Soudain, une femme semble inspirée et se laisse emporter par la musique. S’adapte-t-elle à sa musique, s’adapte-t-il à sa danse ? Je ne sais plus. Mais la magie d’une rencontre impromptue est bien là.

Sur cette photographie, l’oeil est tout d’abord attiré par la femme qui danse, malgré notre habitude de lecture de gauche à droite. Elle porte une jupe orange qui attire le regard, et elle est en mouvement : ses cheveux volent, ses pieds sont presque décollés du sol, elle paraît occuper tout l’espace. La légère plongée la met également en valeur. Ensuite, grâce au regard de cette femme, on tombe sur l’homme qui joue du djembé en lui donnant le rythme. D’autres personnes sont également présentes : des musiciens et une femme qui applaudit sur la droite. Ils ne sont que secondaires dans la composition de l’image mais contribuent à donner de la vie à cette photographie.

Tiphaine Robion

L’accordéoniste voleur d’âme

L'accordéoniste voleur d'âme. (cc) Vincent Duquennoy (17/10/2013)
L’accordéoniste voleur d’âme. (cc) Vincent Duquennoy (17/10/2013)

Prendre la photo dans le Jardin Public de Bordeaux est tout un symbole, car ce lieu représente beaucoup pour moi : j’y venais souvent avec mes parents étant enfant, pour écouter les artistes. Il m’a fallu du temps pour trouver ce musicien jouant sur des marches. Grattant sur son ukulélé, il n’arrivait pas à attirer la faveur des passants. Soudain, il décide de troquer l’instrument à cordes pour un accordéon. Passe alors cet homme avec un pantalon vert, qui semble attiré par la mélodie. J’appuie sur le déclencheur, et une fois l’image capturée, je donne une pièce au musicien pour le remercier de s’être laissé photographier, et je repars avec le cliché dans l’appareil.

Cette photo a été réalisée à hauteur du musicien, le passant au second plan. Je ne l’avais pas réalisé au début, mais la position de l’ombre sur l’image pourrait faire croire que l’accordéoniste aspire celle du marcheur. Cela peut donc donner l’illusion que le musicien, tel le joueur de flûte de Hamelin, attire l’attention des gens en s’emparant de leurs âmes, afin qu’ils soient captivés par sa musique. A regarder ce cliché, on entendrait presque la musique se faufiler jusqu’à nos oreilles. La musique associée à cet environnement très « verdoyant » du parc produit un effet de bien-être, accentué par l’expression des visages détendus. Ces personnages sont reliés par la mélodie, l’espace d’un instant, d’une brève rencontre.

          Vincent DUQUENNOY

Vincent, la « victoire musicale » !

 

Vincent
Vincent, « la victoire musicale » ! (cc) Vincent Duquennoy (05/10/2013)

Le prénom Vincent provient du latin vincere qui signifie « vaincre », et peut être utilisé comme nom de famille. Il y a deux saints patrons portant son nom : l’un représentant les vignerons, fêté le 22 janvier, et l’autre, St Vincent de Paul, symbolisant les œuvres charitables, que l’on célèbre le 27 septembre. Ce prénom possède des variantes dans certains pays : Vincenzo en italien, Wincenty en polonais, Vicente en espagnol et portugais…, mais également dans certains patois : Bixente en basque, Visant en breton … Ce nom est même porté par certaines villes aux Etats Unis et en Australie. Au cinéma, Vincent fut le premier court-métrage d’animation réalisé par Tim Burton, sorti en 1982.

Le collage du prénom est illustré autour d’instruments de musique, dans la mesure où cette discipline représente beaucoup pour moi, aussi bien sur l’écoute que sur le jeu, car pour citer Pablo Casals, violoncelliste et compositeur espagnol : « La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent ». Cet art contenant beaucoup de styles permet de ressentir et d’exprimer beaucoup d’émotions différentes. A travers les instruments, toutes les familles (baguettes pour les percussions, basse pour les cordes, saxophone pour les vents…), ainsi que les styles (violon pour le classique, guitare pour le rock, saxophone pour le jazz…) sont représentés, afin de donner une vue d’ensemble de la musique.

Vincent DUQUENNOY