Archives par mot-clé : Mouvement

Dancer in the dark

IMG_5813
(cc) Camille Coquereau (08/12/2014)

Une toupie virevolte sur une mer d’aluminium. Elle tourne inlassablement et se reflète dans cet univers sens dessus dessous. Je voulais créer l’illusion de l’envers et l’endroit qui se chevauchent, des reflets qui attirent les différentes couleurs et les répercutent, du mouvement dans un univers figé, du cadre dans le cadre… Je me perds moi-même à chercher ce que je souhaite montrer, mais c’est pour mieux perdre les spectateurs de l’image. Héritée d’un kinder surprise du calendrier de l’Avent, une toupie en carton a été sélectionnée pour être le personnage principal de cette photographie et tente de remplir son rôle.

Le décor est très vite mis en place. L’aluminium est étalé, le miroir le surplombe et ma lampe de bureau vient baigner ce plateau de sa lumière dorée. La toupie, en costume orangé, se fond aisément dans l’espace grâce à sa teinte. La gymnastique consiste ensuite à faire tourner la toupie et à réussir à la capter en plein élan, avec mon appareil photo compact. Je change plusieurs fois de vitesse d’ouverture, essayant de voir le rendu, pour finalement revenir au choix « auto », allant très bien. Après plusieurs tentatives, pas toutes réussies, j’aperçois ce cliché et avec lui une sorte de split screen, révélant deux angles de prise de vue de la scène se déroulant sous mes yeux.

A l’image d’une danseuse, la toupie tourne adroitement, sans accroc, avec un rythme constant. Mais où est-elle réellement ? Au premier plan, on ne distingue que son corps qui semble reposer au sol, légèrement flou. Au dessus, à l’arrière plan, la toupie  se déploie, créant un cercle parfait autour d’elle, comme une aura qui l’entoure.  Une deuxième vision semble possible, révélant une autre facette de l’objet présenté, telle une double vision fantomatique et irréelle. A chacun de chercher  alors qu’elle est la véritable scène qui se joue sous nos yeux.

Camille Coquereau

E=m.c2

(cc) Julie TORCHET (14/11/2014)
(cc) Julie TORCHET (14/11/2014)

En rattrapant le cours de photographie, je suis tombée sur les photos de Sophie Calle dont la multitude et la simplicité m’ont touché. Je voulais faire comme elle, un triptyque sur le quotidien. Le quotidien peut apporter un bien-être : c’est une machine bien rodée qui libère l’esprit, la marque du temps passé, d’un changement, d’un tic et d’un toc. Les gens sont beaux dans leur naturel et leurs manies. J’ai donc voulu photographier mon quotidien. Beaucoup de choses se présentaient à moi, mais savoir ce qui serait intéressant pour autrui à vraiment réduit le champ.

Mon choix s’est arrêté sur un quotidien commun à tous : les courses ! C’est une obligation, une habitude que nous avons tous, mais que nous exécutons de manières différentes. Ne pouvant pas faire de triptyque, j’ai choisi une autre méthode pour montrer le quotidien qui se répète. J’ai placé l’appareil photo en face de la cuisine. L’angle est large pour garder l’impression de capter le réel et pour que techniquement, les sujets ne soient pas coupés. La vitesse d’obstruction est lente pour créer cet effet de mouvement : le sujet devient un flou coloré.

Les courses rangées, une photo est ressortie, celle-ci. Pourtant avec le recul il y a tellement de choses que je changerais, mais le cliché deviendrait trop travaillé : le quotidien serait trop mis en scène et ce n’est pas le but voulu. Dans cette image, je suis la seule en mouvement : une comparaison se fait instinctivement entre les deux sujets. Ce mouvement représente beaucoup de choses : mon compagnon travaille, se fixe sur Bordeaux, il est posé dans son quotidien ; tout au contraire, je suis étudiante, je n’ai pas d’horaires, mon avenir est incertain, mon quotidien n’est que les bribes de celui que j’avais chez mes parents et de celui que je me crée. Pourtant, les courses sont devenues notre quotidien commun : que veux-tu manger ce soir ? Nous avons donc chacun notre quotidien et un quotidien, celui du couple qui mixe les deux en un compromis plus ou moins équitable. Le quotidien est comme le temps, il est relatif.

Julie T.

Mélange de genres

“Mélange de genres”(cc) Émilie Donès (04/03/2014)
“Mélange de genres”(cc) Émilie Donès (04/03/2014)

Du mélange nait la création. Les consignes sont simples “laissez vous aller et vous verrez”. Je me lance au hasard dans ma création. J’ai décidé pour ce billet d’utiliser Photoshop. Cet outil me permettra de modifier les couleurs, la matière et les genres mais surtout d’associer facilement les trois travaux réalisés précédemment. La première photo réalisée servira de base. Je l’insère et la transforme en noir et blanc. S’ajoute ensuite les deux autres photographies en mode incrustation comme pour les lier à la première. Je modifie ensuite les matières et les couleurs grâce aux filtres existants sur le logiciel afin de créer une certaine homogénéité.

J’étais persuadée en commençant ce billet que les photographies de par leur différences, ne pourraient en aucun cas communiquer. En regardant maintenant d’un œil extérieur ma réalisation, j’arrive à déceler un sens certain. Le personnage de dos se place comme spectateur de la première photo. Cette dernière présente un homme, mendiant au milieu d’une foule de passants ne lui prêtant pas la moindre attention. La tristesse de cette situation, soulignée par l’aspect terne de la photographie, pousse la spectatrice à détourner le regard, essayant de s’échapper en suivant la lumière. Cette lumière d’espoir communique alors avec le bras de la danseuse qui considère son corps comme moyen d’évasion.

Emilie Donès.

 

 

Juste une danse

(cc) Tiphaine Robion (19/10/2013)
(cc) Tiphaine Robion (19/10/2013)

Ce samedi d’octobre a tous les attributs d’un samedi de juillet : les passants sont en tee-shirt, les couples s’enlacent dans les parcs, les amis rigolent aux terrasses des cafés. Je me promène, j’admire et je profite. Je me laisse guider par les rires et les bruits de la ville. Mon oreille est tout à coup attirée par le son d’un djembé au loin. Je me rapproche et cet homme est là, heureux de faire partager sa musique à tout un groupe d’inconnus assis autour de lui. Soudain, une femme semble inspirée et se laisse emporter par la musique. S’adapte-t-elle à sa musique, s’adapte-t-il à sa danse ? Je ne sais plus. Mais la magie d’une rencontre impromptue est bien là.

Sur cette photographie, l’oeil est tout d’abord attiré par la femme qui danse, malgré notre habitude de lecture de gauche à droite. Elle porte une jupe orange qui attire le regard, et elle est en mouvement : ses cheveux volent, ses pieds sont presque décollés du sol, elle paraît occuper tout l’espace. La légère plongée la met également en valeur. Ensuite, grâce au regard de cette femme, on tombe sur l’homme qui joue du djembé en lui donnant le rythme. D’autres personnes sont également présentes : des musiciens et une femme qui applaudit sur la droite. Ils ne sont que secondaires dans la composition de l’image mais contribuent à donner de la vie à cette photographie.

Tiphaine Robion