Archives par mot-clé : montagne

Laura

Gabriel Feuvrier (12/01/2014)
(cc) Gabriel Feuvrier (12/01/2014)

Laura est ma petite sœur. Elle a 16 ans et nous avons passé un week-end ensemble à la montagne, pour faire du ski alpin, et surtout pour fêter notre anniversaire. C’est le matin, elle se repose après un copieux petit-déjeuner pris pour tenir durant l’éprouvante matinée de ski qui nous attend. C’est drôle car l’épreuve, c’est surtout de se tenir debout après le repas. Elle somnole, les yeux fermés. J’y vois l’occasion de réaliser la photo que je veux. Je voulais profiter du week-end avec elle pour la mettre en valeur et souligner mon amour pour ce petit bout de choux d’un mètre quatre-vingt. Je voulais la représenter de manière sereine, calme, paisible, c’est-à-dire tout l’inverse de ce qu’elle paraît. Mais paraître, ce n’est pas être. L’objet de mon billet, c’est Elle.

Elle a d’abord refusé que je la prenne en photo pour ne pas que « mes copains » la voit. Elle se repose un peu, vêtue de sa tenue de ski. Je lui demande doucement si je peux la prendre en photo maintenant. Elle prend un air renfrogné mais se prête au jeu. Je n’ai pas beaucoup de place dans la chambre de l’hôtel. Je préfère une focale moyenne fixe, un 50 mm pour un piqué d’image plus intéressant. Je veux peu de profondeur de champ. Pourtant, au loin se dresse un sommet enneigé. Moins loin, c’est la rue et une série de magasins qui ne forment pas grand chose d’intéressant… de prime abord. Peu m’importe car je ne souhaite voir qu’elle. Je renforce l’effet en ouvrant mon diaphragme au maximum, à F1.8. Pour compenser, je choisis un temps d’exposition assez court. Cela me convient d’autant plus que je n’ai pas beaucoup de temps. Il faudra bientôt rejoindre les parents qui nous attendent pour attaquer les pistes. La lumière est matinale, faible, mais ses cheveux roux flamboient comme s’ils étaient à eux seuls une source intarissable de lumière. Le reflet de la lumière de l’appartement dans la vitre fait écho à la couleur de ses cheveux. Je prends quelques clichés. Je recadre progressivement, pour respecter les lignes de fuite et l’encadrement de la fenêtre. Je lui demande de redresser un peu la tête, là, pas trop, de manière à deviner son visage plus que de ne le voir. Par jeu, je lui rajoute un doudou, modèle et source d’inspiration d’un scénario en cours d’écriture. Je prends quelques clichés. Le déclencheur fait du bruit dans la pièce silencieuse. Laura ouvre un oeil. Je ne prends qu’une seule photo supplémentaire.

C’est celle-ci. C’est avant qu’elle ne dise : « c’est bon ? T’as fini ? » Ça casserait la magie si je ne savais qu’en réalité, elle a apprécié l’exercice. En revoyant la série, je suis satisfait par celle-ci. Une autre était peut-être mieux cadrée, mais c’est celle-ci qui m’émeut le plus et qui rend le mieux compte de ce que je voulais exprimer. Les yeux clos, Laura était à la fois paisible et une projection de ma sérénité. L’œil ouvert, elle est devenue ma complice. Derrière elle, les magasins et le sommet enneigé rendu flou forment une véritable montagne. Je suis surpris car je n’avais pas vu cela, ni la première fois, ni la suivante. Ce sont mes camarades qui m’ont éclairé. Je découvre une symétrie entre le premier plan de ma soeur et l’arrière plan de la rue et du sommet. On pourrait y placer Laura, dans l’autre sens. On pourrait finalement placer deux Laura dans cette photo, chacune se posant comme un puzzle, inversée. La lueur de la lampe de l’appartement fait écho à l’oeil bleu de Laura. C’est également un oeil. Les couleurs en sont inversées. La tête imaginaire de la deuxième Laura est bleue. Son oeil est orange. Tout s’inverse. Tout se répond parfaitement.

 

Gabriel Feuvrier

La montagne, ça me gagne

La montagne ca me gagne
La montagne, ça me gagne (cc) (22/11/2013)

La montagne. Pau ayant été mon lieu de vie durant près de 10 ans, la montagne est devenue un élément majeur de mon décor quotidien. On peut admirer cette chaîne des Pyrénées quelque soit la saison : en hiver, ce mur de neige donne envie d’arpenter les pistes de ski, en été, de se balader et de respirer l’air frais. Quand je regarde cette chaîne montagneuse, je me mets à rêver, à partir dans mes pensées. La montagne est pour moi une source d’évasion. Fascinante par sa grandeur, elle m’inspire pour réfléchir : la montagne ça me gagne.

Pour réaliser ce dessin, j’ai choisi une photo de montagne, pas forcément une photo des Pyrénées, mais simplement de montagne, car c’est l’immensité de cette barrière naturelle qui m’impressionne. Puis, j’ai commencé à dessiner les trois différents plans de cette image : la plaine, les collines feuillues et enfin, la barrière rocheuse, les montagnes. Pour les couleurs, je me suis servie exclusivement de trois couleurs : vert, marron et bleu, les trois couleurs naturelles présentes dans ce type de paysage. Ce dessin a été réalisé à l’aide de pastels secs.

Lauriane

Une Bretonne à la montagne

(cc) Tiphaine Robion (21/11/2013)
(cc) Tiphaine Robion (21/11/2013)

En vraie Bretonne, j’avais toujours mis un point d’honneur à dire qu’un coucher de soleil sur la mer, c’était ce qu’il existait de plus beau. Enfoncer ses orteils dans le sable, pour les prémunir du froid qui arrive, et attendre, durant de longues minutes, le quart de seconde où le passage du soleil derrière la mer formera un éclat de lumière orangé : un moment unique et magique. Pourtant, au moment où je m’y attendais le moins, à des kilomètres de la mer, perdue dans les montagnes Balinaises, j’ai vu le plus beau coucher de soleil de ma vie : mais je me suis bien gardée de l’avouer.

Ce dessin a été réalisé avec des pastels. Étant totalement débutante en dessin, j’ai préféré m’inspirer d’une photo plutôt que de me lancer les yeux fermés. Mais je me suis vite prise au jeu et ai commencé à ajouter de moi-même des détails qui n’étaient pas sur l’original : le cliché, par exemple, représentait une forêt, j’ai préféré la remplacer par un paysage plus asiatique, comme des rizières, qui me rappelaient d’avantage ce lieu mémorable. J’ai joué avec la luminosité bien spécifique que peut avoir le soleil couchant, en utilisant des couleurs plus claires et en floutant les contours à l’endroit où irradie le soleil. À ma grande surprise, j’ai réussi à retranscrire ce que je souhaitais dans ce dessin !

Tiphaine Robion

La Grave

La Grave
La Grave (cc) Vincent Duquennoy (24/11/2013)

« La Grave ». Quel triste nom pour désigner un tel havre de paix ! Le dessin ci-dessus représente un mas racheté par un de mes oncles, dans les années 70. Il est situé dans les Cévennes, à la frontière Gard-Lozère. Chaque été, depuis que je suis enfant, je viens me ressourcer dans cet endroit, uniquement accessible à pied, où le temps semble être suspendu et flotter dans les airs. Ici on se consacre aux travaux d’entretien des bâtisses, aux baignades dans la rivière émeraude, située en aval, et aux soirées où nous dinons, puis jouons et chantons dans la cour. En famille et entre amis, auprès de proches que nous retrouvons seulement en ces lieux, on se sent réellement serein. Toutes ces raisons font qu’il était évident que le “lieu qui m’inspire” était ce mas, perdu au milieu de nulle part, au cœur des montagnes cévenoles. Il m’a notamment inspiré une nouvelle, ainsi que des travaux effectués à l’école primaire.

Ce dessin a été réalisé avec des pastels secs : des nuances de vert, aux premier et dernier plans, afin de représenter la nature entourant les lieux, ainsi que du gris, pour l’ensemble des parties de la bâtisse. Un feutre noir fin a également été utilisé pour le contour des différents éléments du dessin. Le style qui en ressort s’apparenterait plutôt à la bande dessinée car, étant donné le nombre d’histoires “farfelues” qui se sont déroulées en ces murs, ce genre graphique me semblerait être le plus approprié pour les conter.

Vincent DUQUENNOY

Le Ponton des Songes

Le Ponton des Songes
Le Ponton des Songes (cc) Lætitia Stoffel (24/11/2013)

La mer, la forêt et la montagne sont les trois éléments qui m’inspirent le plus. Face à leur nature sauvage, je me sens puissante et incroyablement confiante. À travers ce dessin, je voulais représenter ce paysage grandiose, calme et impressionnant, qui m’envoûte et me rend libre. Ce lieu solennel est un endroit dans lequel je peux à la fois m’évader, me retrouver avec moi-même et partir à l’aventure, à l’assaut de mes rêves. Le ponton représente ici une invitation à plonger dans cette mer calme et à parcourir ce lieu idyllique. J’imagine me réveiller au beau milieu de ce superbe paysage, me reposer au milieu d’une mer paisible, bordée d’une immense forêt et de montagnes qui s’étirent à l’infini.

Pour réaliser ce dessin, j’ai commencé par tracer au crayon à papier les grandes lignes des montagnes et la démarcation entre la mer et la côte, puis j’ai dessiné le ponton que l’on voit au premier plan. J’ai ensuite posé les couleurs sur mon dessin. Pour cela, j’ai choisi des crayons pastels secs et des couleurs douces afin d’évoquer la sérénité que m’inspire cette vue. A l’aide d’un papier chiffonné, j’ai étalé ces couleurs. J’ai choisi de mettre du rose aux sommets des montagnes, afin de suggérer la lumière de l’aube, et ajouté quelques touches de rose au bleu de la mer, pour traduire les reflets du ciel matinal à la surface de l’eau. Je me suis ensuite attaquée aux détails. J’ai accentué les traits des montagnes, puis dessiné les arbres, ainsi que leur reflet sur la mer, pour mieux évoquer la plénitude ressentie face à un tel paysage.

Lætitia STOFFEL