Archives par mot-clé : monstre

Elephant woman

(cc) Morgane Kerarvran (26/01/2014)
Elephant woman. (cc) Morgane Kerarvran (26/01/2014)

Le portrait, c’est une chose difficile. Cela me rappel Van Gogh et son oreille, qu’il a coupée suite à une crise, avec un rasoir. Suite à cet incident, résultat d’une dispute avec son ami  Gaugin, l’artiste c’est peint avec son bandage, pour donner fin à ses jours sept mois plus tard. L’auto-portrait prend tous son sens. C’est la marque d’un déséquilibre, il témoigne de l’état de l’artiste à un moment donné. Il est annonciateur et même si il décrit physiquement le peintre, il révèle beaucoup sur sa personnalité. Je voulais travailler sur ce fait.  Témoigner de mes gouts grâce à un collage et à la modification d’une photographie de moi ne m’intéressait pas. Pas question de coller un chat à droite de l’image, la Madone Sixtine de Raphael en fond et une bobine de film sur la droite. Alors que je cherchai quoi faire, je me suis rappelée de ce rêve que j’avais fais l’autre nuit où une piqure mal faite m’avait transformé en monstre.

J’ai donc pris une photographie de moi. Je l’ai modifié numériquement sur photoshop. J’ai copier et coller différentes parties de mon visage. J’ai d’abord isolé le nez, puis les yeux, la bouche. J’ai découpé mon visage en multipliant les différentes parties qui le constituent. J’ai ensuite disposé ses bouts au hasard, en essayant de créer une forme ronde. Je les ai fusionné grâce à l’outil gomme afin qu’ils se confondent et ne soit qu’un seul et unique visage. Le noir et blanc est un choix, c’est pour rappelé l’horreur et l’angoisse présents dans mon cauchemar passé. Le résultat est une masse informe plantée sur un buste. Mon visage est totalement déformé et abstrait, il me rappel celui d’Elephant Man, film que j’ai regardé juste avant de faire mon cauchemar…

Morgane KERARVRAN

La Bête sous le canapé

(cc) Fanny Galou (24/11/2013)
(cc) Fanny Galou (24/11/2013)

Suis-je la seule à toujours retrouver tout et n’importe quoi à l’intérieur de mon canapé ? Trousseau de clés, télécommande, paire de chaussettes… Bref, tout y passe. C’est à se demander s’il n’existerait pas un monde parallèle là dessous ! Et si une étrange bête avait élu domicile sous nos canapés ? Dès que nous avons le dos tourné, le monstre en profiterait pour déplier son long bras et attraper tout ce qui lui passe sous la main. Ainsi tous nos “précieux” finiraient dans son antre douillet.

Le style, plutôt enfantin, ainsi que l’univers du dessin évoque le monde des contes. Pour le réaliser, j’ai d’abord tracé mes traits au crayon de papier. Ensuite, après plusieurs tentatives ratées aux pastels à l’huile et aux crayons de couleurs, je me suis lancée dans l’aquarelle. Il m’a fallu plusieurs couches pour que le résultat soit le plus uni possible. Je suis restée dans des teintes de marron et orangé pour donner un côté chaleureux au dessin et pour que le monstre, personnage principal de mon histoire, ressorte le plus possible.

Fanny G.