Archives par mot-clé : moment

Margot le matin

Margot se maquille
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (18/11/14)

Je vis en colocation avec Margot depuis 3 ans. Je savais que c’était elle que j’allais photographier pour ce deuxième billet. Restait à savoir saisir le moment reflétant le mieux cette intimité. Et puis, ça m’a frappé : la salle de bain. C’est le moment incontournable. Tous les matins depuis trois ans, on se prépare, on se maquille, on se raconte nos peines et nos tracas, on se marre beaucoup, on est en retard, on a pas envie d’y aller. Si il y a une chose qui reste constante au fur et à mesure de l’année, c’est ce moment. Et c’est rassurant.

J’ai attendu mardi matin pour prendre ma photo. Quand Margot est allée se préparer je l’ai suivie, et le même quotidien s’est répété, sauf qu’au lieu de me préparer, j’étais dans la douche en train de la photographier depuis derrière la vitre.   J’ai beaucoup travaillé la construction de ma photo, je voulais avoir sa tête et les gouttes d’eau nettes, en laissant le reste flou. Je me suis inspirée de ce que l’on appelle le split-diopter au cinéma, c’est un effet qui existe depuis Murnau et que l’on retrouve souvent chez De Palma. A défaut d’avoir une double-lentille qui permet de faire le point sur deux endroits et d’avoir une zone de flou au milieu, j’ai pris deux photos différentes : une en faisant le point sur les gouttes, et une en faisant le point sur Margot. En superposant les deux, j’ai obtenu le résultat escompté.

Cette image dis beaucoup de moi, car elle résume un moment de mon quotidien. Le fait que la photo soit prise depuis l’intérieur de la douche renforce cette notion d’intimité. La vitre n’agit pas comme une séparation, elle n’est pas la marque d’une quelconque distance, bien au contraire elle illustre une intimité et un lien particulier. Cette photo me donne un sentiment de sécurité, elle fige ce moment de sérénité. Je pense que l’amitié que deux personnes se portent transparaît dans ces moments de routine, dans leurs petites habitudes.

Jeanne Vidal-Giraud

Profondeur de champ : 6953,06 km

(cc) Floriane Rivery (16/11/2014)
(cc) Floriane Rivery (16/11/2014)

Nous avons tous une deuxième famille, celle que l’on s’est construite au fil des années, qui nous connaît sous notre meilleur mais aussi sous notre pire jour. Ce sont ces personnes que j’ai voulu photographier pour ce billet. Celles que j’ai déjà mitraillées si souvent : heureuses, pensives, endormies, tristes, fatiguées… Elles sont toujours belles. Mais comment faire quand d’un coup, chacune d’entre elles est bien trop loin de nous, géographiquement ? Quand après quelques années de quotidien ensemble, plusieurs milliers de kilomètres nous séparent ? On se réinvente des rituels, des repères, et les choses ne changent pas vraiment. Quand le soleil se lève ici, il se couche là bas, mais les conversations restent les même.

C’est un dimanche soir typique, passé en compagnie d’une amie avec qui parler de tout et rien, de notre week-end, de ce qui va bien ou pas. Mais je suis à Bordeaux et elle aux États-Unis. Peu importe, la technologie nous le permet aujourd’hui. Pour photographier ce moment, j’utilise un objectif ouvert à 1.8 et m’assure ainsi une petite profondeur de champ et une exposition suffisante dans cette pièce peu éclairée. D’ailleurs je ne tiens pas à l’éclairer plus : cette lumière douce, c’est la lumière apaisante du soir. Mon objectif ayant une focale fixe de 50mm et ma chambre n’étant pas un couloir de dix mètres de long, je me retrouve un peu contrainte dans mes choix de cadrage. Je fais cependant plusieurs essais de compositions (peu) différentes, et m’arrête sur celle-ci.

Je tenais à cette faible profondeur de champ pour le « jeu » : avec si peu de profondeur : photographier quelqu’un qui est si loin. De plus, cela isole l’écran de l’arrière plan. Avec ce cadrage et ce flou, difficile de savoir exactement où l’on se trouve. C’est un moment de partage entre deux personnes qui pourrait exister n’importe où. Le lieu n’a donc aucune importance. Il m’aurait été possible également de corriger la balance des blancs : la lumière apparaît plus orangée qu’en réalité. Je n’ai pas voulu le faire car cette lumière dégage une chaleur et une douceur presque rassurantes, comme peuvent l’être ces petites habitudes avec les gens qui nous entourent. Cela contraste avec la luminosité froide et bleutée de l’écran : la distance est toujours là et reviendra dès l’ordinateur éteint.

Floriane Rivery