Archives par mot-clé : mer

Une Bretonne à la montagne

(cc) Tiphaine Robion (21/11/2013)
(cc) Tiphaine Robion (21/11/2013)

En vraie Bretonne, j’avais toujours mis un point d’honneur à dire qu’un coucher de soleil sur la mer, c’était ce qu’il existait de plus beau. Enfoncer ses orteils dans le sable, pour les prémunir du froid qui arrive, et attendre, durant de longues minutes, le quart de seconde où le passage du soleil derrière la mer formera un éclat de lumière orangé : un moment unique et magique. Pourtant, au moment où je m’y attendais le moins, à des kilomètres de la mer, perdue dans les montagnes Balinaises, j’ai vu le plus beau coucher de soleil de ma vie : mais je me suis bien gardée de l’avouer.

Ce dessin a été réalisé avec des pastels. Étant totalement débutante en dessin, j’ai préféré m’inspirer d’une photo plutôt que de me lancer les yeux fermés. Mais je me suis vite prise au jeu et ai commencé à ajouter de moi-même des détails qui n’étaient pas sur l’original : le cliché, par exemple, représentait une forêt, j’ai préféré la remplacer par un paysage plus asiatique, comme des rizières, qui me rappelaient d’avantage ce lieu mémorable. J’ai joué avec la luminosité bien spécifique que peut avoir le soleil couchant, en utilisant des couleurs plus claires et en floutant les contours à l’endroit où irradie le soleil. À ma grande surprise, j’ai réussi à retranscrire ce que je souhaitais dans ce dessin !

Tiphaine Robion

Le Ponton des Songes

Le Ponton des Songes
Le Ponton des Songes (cc) Lætitia Stoffel (24/11/2013)

La mer, la forêt et la montagne sont les trois éléments qui m’inspirent le plus. Face à leur nature sauvage, je me sens puissante et incroyablement confiante. À travers ce dessin, je voulais représenter ce paysage grandiose, calme et impressionnant, qui m’envoûte et me rend libre. Ce lieu solennel est un endroit dans lequel je peux à la fois m’évader, me retrouver avec moi-même et partir à l’aventure, à l’assaut de mes rêves. Le ponton représente ici une invitation à plonger dans cette mer calme et à parcourir ce lieu idyllique. J’imagine me réveiller au beau milieu de ce superbe paysage, me reposer au milieu d’une mer paisible, bordée d’une immense forêt et de montagnes qui s’étirent à l’infini.

Pour réaliser ce dessin, j’ai commencé par tracer au crayon à papier les grandes lignes des montagnes et la démarcation entre la mer et la côte, puis j’ai dessiné le ponton que l’on voit au premier plan. J’ai ensuite posé les couleurs sur mon dessin. Pour cela, j’ai choisi des crayons pastels secs et des couleurs douces afin d’évoquer la sérénité que m’inspire cette vue. A l’aide d’un papier chiffonné, j’ai étalé ces couleurs. J’ai choisi de mettre du rose aux sommets des montagnes, afin de suggérer la lumière de l’aube, et ajouté quelques touches de rose au bleu de la mer, pour traduire les reflets du ciel matinal à la surface de l’eau. Je me suis ensuite attaquée aux détails. J’ai accentué les traits des montagnes, puis dessiné les arbres, ainsi que leur reflet sur la mer, pour mieux évoquer la plénitude ressentie face à un tel paysage.

Lætitia STOFFEL

Entre mer et terre

Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)

J’ai passé mon premier niveau de plongée sous-marine suite à une immersion en compagnie de raies manta, puis d’autres animaux marins. J’en conserve un souvenir impérissable et, depuis, ma fascination pour cet univers ne cesse de croître. C’est pourquoi, si je dois imaginer un lieu qui m’inspire, c’est bien un lieu où l’on respire en étant au cœur de la mer, étendue d’eau qui semble contenir toute la voie lactée. Je suis ce petit personnage, en bas à droite, au bord de la falaise, au dessous du vide, qui s’émerveille de ce spectacle. Les algues vertes, lumineuses, m’inspirent les espaces verts de la terre ferme, une source d’inspiration puissante dans mon quotidien. Ces plantes aquatiques se mêlent ici aux coraux, ramenant ainsi notre imaginaire vers le monde marin. En somme, ce paysage est intimement lié à la nature et me transporte loin de ma vie citadine.

Comme la majorité d’entre nous, certainement, je n’avais que peu de matériel pour réaliser ce dessin. En effet, je ne dessine que très rarement. J’ai tout de même retrouvé quelques vieux pinceaux et tubes de couleurs acrylique. Je me suis servie exclusivement d’un pinceau à aquarelle. Un seul pour tout, grosses surfaces et petits détails, cela me semblait plus facile. Je crois que j’ai une certaine fascination pour les lignes de fuite (cela se voit dans mon dernier billet). Ici, alliées aux rondeurs et aux courbes des plantes, elles m’aident à rendre la profondeur que je recherche.

Sarah Vasseur

Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)