Archives par mot-clé : mélange

Silhouette

(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)
(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)

Après plusieurs tentatives sur Photoshop pour réaliser ce montage, je me rends à l’évidence : je ne maîtrise pas le logiciel. Les idées sont là mais impossible de les réaliser. Je décide donc de faire mon montage à la main. Les trois photos imprimées, je les découpe, les superpose, essaie de mettre en avant certaines couleurs, certaines formes. Sans pour autant chercher un résultat précis, j’expérimente et laisse libre court à mon imagination.

Au final, je tombe sur ce montage. A l’origine, la silhouette du skateur n’est pas sur la photo, seuls sont présents les éléments que l’on aperçoit à travers lui. Mais en jetant les chutes de papier, je tombe sur la silhouette. Je la place alors au dessus du collage pour voir ce que l’on aperçoit à l’intérieur. Un petit garçon, prêt à s’élancer vers l’avant, dans un univers oppressant, est enfermé dans sa propre silhouette.  Quelques clichés plus tard, je tiens ma photo. Pourquoi m’intéresse t-elle ? Car on ne sait pas où regarder, on ne sait pas si les choses se passent à l’intérieur ou à l’extérieur. Comme si deux univers différents se confrontaient pendant un instant.

Camille Coquereau

Quel bazar ce cerveau !

Quel bazar, ce cerveau
Quel bazar ce cerveau !(cc) Vincent Duquennoy (02/03/14)

Lorsque l’on nous a annoncé le sujet de ce billet, en l’occurrence de réaliser une sorte de montage avec nos trois précédents billets photos, il y eu comme une sorte de blocage, car je n’avais absolument pas d’idées. La raison à cela est que le montage photo n’est pas quelque chose que j’affectionne particulièrement, étant donné qu’aucun traitement n’avait été appliqué sur les autres photos. Assis devant ces dernières se posait alors un problème. Mais soudain me vint une idée. Après avoir placé les photos dans un simple filtre pour éclaircir les bords afin de rendre les contours fluo, un simple travail de découpage, de collage et de chiffonnage a suffi pour illustrer ma pensée.

Et cette pensée est la suivante : Notre cerveau est rempli de souvenirs que nous seul pouvons déchiffrer et apprécier à leurs justes valeurs. C’est également de cette manière que nous protégeons les secrets que nous ne voulons révéler à personne, car il pourrait y avoir quelque chose de « caché » sous les collages. Mais le découpage effectué représente surtout des souvenirs d’enfance comme l’image du parc ou le drapeau du Frioul, car ceux-ci sont les meilleurs que j’ai pu avoir jusqu’à présent, et comme dirait l’écrivain hongrois Ferenc Móra : « Les souvenirs sont plus fidèles que les amis et les amants : ils reviennent nous voir lorsque notre âme grelotte toute seule.  ». Pour finir, les quelques espaces blancs symbolisent le fait que la vie n’étant pas terminé, il y a encore de la place pour créer de nouvelles histoires, quelles qu’elles soient…

Vincent DUQUENNOY