Archives par mot-clé : masque

Identité Virtuelle

(cc) Dorian D. (08/XII/2013)
(cc) Dorian D. (08/XII/2013)

Peut-être est-ce un excès d’études kubriciennes qui m’a conduit à représenter la déconstruction identitaire. Connaissons-nous vraiment celui que nous sommes ? L’identité est un visage, un masque, qui mue au fil des confrontations à la vie, comme une toile blanche à laquelle un jet de couleurs sans cesse renouvelées donnerait une vie, une personnalité. Ainsi, comme un masque cache un visage, c’est lui qui reflète notre identité, image sur laquelle seule une puissante introspection permet de porter un regard vrai. Dans le flou de l’intimité du réveil, j’ai voulu montrer un « Je suis » mal cerné, à l’instant dénué de toute image. Celle-ci fausse la réalité mais ouvre la voie pour s’y confronter.

Le flou de bougé est obtenu avec un temps d’exposition de l’ordre de quatre secondes. Le diaphragme est ouvert à 1.16 pour compenser le gain de lumière. Malgré ce couple, la différence de luminosité entre l’écran du téléphone et la chambre a induit des blancs brûlés sur l’orchidée et des ombres bouchées à gauche de la photo. J’ai donc corrigé l’exposition de -2EV, ne souhaitant pas monter en ISO pour conserver un grain fin sur ma photo. La balance des blancs est calculée sur le mur, mais en lumière naturelle sur l’écran. Ainsi ai-je pu reproduire la teinte jaunâtre de la lampe de chevet. Le tableau à fond noir est bel et bien sur le mur, j’ai composé l’image en cadrant d’abord la fleur puis le téléphone. Enfin, au risque de créer une image publicitaire, la marque est laissée visible pour représenter la société qui nous standardise et nous dévore…

Dorian D.

La mue

La mue (cc) Lucile Moyano (08/12/2013)
(cc) Lucile Moyano (08/12/2013)

Je suis l’œil de la salle de bain, pièce de la féminité et de l’intime par excellence, dont le miroir voit défiler toutes les déclinaisons de notre visage jour après jour. E. vient dormir à la maison et je la photographie entrain de se changer. Cette photo a été choisie parmi une série en rafale où la fatigue se fait sentir, dégageant cette impression d’enfermement, de douleur dans les mouvements d’habillage, chose que nous pouvons vivre lorsque la routine nous aliène. Nos intérieurs deviennent étroits, les couleurs plus ternes, et le masque qui nous colle à la peau perturbe nos sens. Il devient alors urgent de changer de peau afin d’éviter l’asphyxie. Cette jeune fille au corps déployé semble vulnérable, vacillante devant le trou noir du lavabo, comme prise dans une lutte invisible avec son propre intérieur.

De tenues féminines en poses coquettes, la séance devient plus automatique. Je recherche l’angle de vue qui me convient et elle se lasse de mes demandes saugrenues. Perchée sur le rebord de la baignoire, je peux tout cerner du corps et de son rapport à l’espace, ressentant la limite des murs et du plafond telle la quatrième extrémité de la pièce. Mon sujet est « aveugle » et seul l’objectif a été capable de « voir ». Le mauvais grain, obtenu en recherchant un maximum de contraste et de lumière, me donne envie d’exploiter cette brume de pixels en dé-saturant la coloration de l’image. Ainsi se dégage une froideur, que le rose du pyjama ou le jaune des chaussures ne parviennent pas à éclipser.

Moyano Lucile

Rencontre du dernier type

Rencontre du dernier type (cc) Gaylord Gauvrit (19/10/2013)
Rencontre du dernier type (cc) Gaylord Gauvrit (19/10/2013)

Samedi soir, retour de soirée. Je pense à mon billet. Je pense à cette photo que je n’arrive pas à prendre. Pourtant, je l’ai cherché ce regard. J’ai fouillé les ruelles. J’ai une plusieurs idées. Mais je n’ai pas osé m’imposer. Par peur de gêner ou par précaution, je ne me suis mis en travers de personne. J’ai observé, mais n’ai rien capturé. Je n’ai rien à présenter… Samedi soir, 30 minutes plus tard. Je parle à voix haute de mon billet. Au pire, je posterai un aplat noir et expliquerais que je n’ai pas osé. Ça passera et je me rattraperai sur le prochain carnet… Bon, c’est un peu gros quand même. Je vais bien réussir à la prendre cette photo. Je vais bien rencontrer quelqu’un d’intéressant au dernier moment. J’arrête de fixer mes pieds et regarde autour de moi. Oh tiens, un sauveur masqué.

Cette rencontre inespérée, faite au coin d’une ruelle, n’aurait pu mieux tomber. Le regard est en effet saisissant. Tous les éléments sont là. Je suis parfaitement dans le sujet. L’expression du visage n’est pas difficile à capturer et cet homme se prête même au jeu pour me faciliter la tâche. Je l’invite à se rapprocher d’un lampadaire pour obtenir une lumière naturelle. Il me propose naturellement plusieurs poses. Après une série de cinq photos, je le laisse repartir dans l’ombre. Je n’ai sûrement pas La photo, mais j’ai celle-ci. Les réglages ne sont pas optimums, au vu du grain sur l’image, mais une légère retouche sur Photoshop permettra de la lisser. Un cache-misère de dernière minute.