Archives par mot-clé : marché

Ambiance venue d’un autre monde

Pour éviter de créer une ambiance sonore digne des plus belles publicités d’agence de voyage, j’ai choisi de me plonger dans un marché de bord de mer et de laisser tomber l’idée de multiplier les lieux et les ambiances. J’ai trouvé que le plus difficile était alors de  proposer de la matière sans tomber dans l’excès tout en valorisant les sonorités tonales (ambiance « mer » et ambiance « marché ») et les signaux sonores (klaxons, aboiements…). Pour essayer de dépasser cette difficulté j’ai créé 21 pistes afin de pouvoir jouer sur les niveaux et la stéréo des différents sons utilisés. Pour donner vie à mon projet, j’ai sélectionné des extraits que j’avais enregistrés là-bas. Ils comportent la signature acoustique originale et si particulière qui caractérise le lieu. Néanmoins je ne disposais pas de matériel très sophistiqué donc la qualité laisse à désirer, le bruit est très important. J’ai donc utilisé un effet « equalizer » afin de garder les aigus et de baisser les graves. Cela diminue un peu les bruits de fond. J’ai essayé de proposer une ambiance riche et diversifiée tout en gardant une certaine homogénéité. Une ambiance dépaysante et enivrante… je l’espère !

 Maelys GOSSET

Brouhaha mélodieux

MarchedesLys

Ma photo, c’est un clown qui joue d’un orgue de Barbarie dans un marché ouvert. Bon, ce sera un billet son assez bruyant. Mon idée c’était de créer l’ambiance sonore d’avant la photo, c’est à dire les bruits du marché, les conversations, les marchands etc. J’ai tout d’abord voulu enregistrer du son au marché des Capucins.  Tout compte fait ça ne rend pas vraiment comme je l’avais espéré, c’est un mélange de voix indistinctes dont aucune ne ressort vraiment. Ce serait quand même mieux si on comprenait au moins quelques phrases. De retour chez moi, je cherche sur Internet des sons de marché, de foule. Je finis par en trouver un bon, puis un deuxième que je superpose et auquel je rajoute ma voix et celles d’amis que j’ai enregistrées. J’y mets ensuite le son d’un orgue de Barbarie qui arrive au milieu de l’extrait sonore, ça y’est, je me rapproche de ce que je cherchais.

Je voulais que ce billet son suive mon parcours. Je passe devant un stand de poissonnerie, je m’y attarde un peu, je mets l’enregistreur près d’une des poissonnières. Il y a une longue foule à ce stand, la voix des acheteurs qui parlent à la poissonnière se mêlent à celles des autres clients. Après la transaction je continu mon chemin et me laisse guider par une musique. Je m’en approche et aperçoit un clown qui joue de l’orgue de Barbarie. Il est seul, il a l’air de s’ennuyer. Malgré le son puissant qui sort de cette inhabituel instrument personne ne semble vouloir s’attarder. Je continu mon chemin, la mélodie se perd vite dans le brouhaha ambiant du grand marché de la place des Lys.

Marion Souquet

Drôle de métier

 

MarchedesLys
(cc) Marion Souquet (21/10/2014)

Je suis allée à Rennes le weekend dernier. A Rennes, il y a deux endroits où je suis sûre de voir plein de gens dans la rue : le vendredi soir dans la  rue Saint-Michel, la « rue de la soif », et le samedi matin au marché des Lys. J’avais envie de prendre une photo de jour, et puis il y a toujours plein de couleurs et de choses à voir sur un marché : un stand de nourriture alléchante, un vendeur entouré de saucissons, des mamies avec des caddies à roulettes… Je me suis dit que j’allais forcément trouver. J’ai pris cette photo à la fin du marché. Parmi celles que j’ai prises ce jour-là, celle-ci est loin d’être la meilleure techniquement.

Je l’ai prise avec un appareil photo numérique, pas de très bonne qualité. Je n’ai fait aucun réglage avant de la prendre et elle est surexposée, pourtant si je l’ai choisie c’est parce qu’elle est pour moi la plus « parlante », la plus colorée. Derrière cette photo j’ai envie de raconter l’histoire, le personnage est intriguant. Je n’ai pas vu son visage, ou partiellement, on voit qu’il n’a pas la tête entièrement maquillée. Je l’imagine avec un maquillage de clown très sobre, du rouge sur les joues et le nez, c’est tout. Au début, je n’arrive pas bien à capter en image ce que je ressens lorsque je me promène dans ce marché. Mes photos ne reflètent pas toutes les couleurs et le brouhaha ambiant, c’est flou et brouillon, je cherche quelque chose de stable à prendre en photo.

Je photographie des commerçants, des acheteurs, des passants, et je vois cet homme qui souffle dans des ballons. Il doit y avoir quatre ou cinq  gosses autour de lui, il rit, parle fort, ça créé un petit attroupement avec les parents derrière. Je me mets derrière lui discrètement, je ne veux pas qu’il sache que je suis là. Je prends quelques photos. Les gens s’arrêtent quelques secondes,  ça amuse aussi les grands. Et puis les enfants s’en vont, les autres aussi et le clown reste au milieu de la rue. Les gens passent, un sac qui s’en va sur la gauche, un pied qui part sur la droite. Lui attend. Il pose sa main sur son « chariot », il ne bouge pas, il a perdu de sa prestance. A présent il me paraît ridicule, tout seul. Je prends cette dernière photo à ce moment-là, la dernière de la journée.

Marion Souquet

Rencontre en marche

contenu indisponible

La rue, lieu de rencontre où les regards se croisent. C’est avec cette phrase en tête que j’ai cherché un endroit où réaliser ma photographie. J’ai voulu travailler autour d’un arrêt de tram car l’idée d’un lieu de passage où chacun regarde dans une direction différente me plaisait. Certaines personnes regardent le tram arriver, d’autres les écrans d’affichage, d’autres leurs voisins. Les lignes du tram me permettaient également de jouer sur les perspectives et ainsi créer un effet sur la photo. Après plusieurs tentatives, je me suis intéressé à une autre scène juste derrière le quai. Une photo prise sur le vif, la seule différente de la série, qui sera finalement la bonne.

Le cadrage de la photo crée un espace vide sur la droite vers lequel le regard du premier personnage est porté, comme s’il attendait quelqu’un, une rencontre. Les deux personnages sur la gauche se faisant face discutent, et se sont peut-être donnés rendez-vous là. On peut imaginer que l’étudiant à droite sera dans une interaction du même type d’ici peu. Il y a donc comme une symétrie en devenir avec le duo en discussion. En étant attentif, on distingue aussi une quatrième personne, cachée par ces deux interlocuteurs. Ici aussi on observe une symétrie, cette fois effective, entre les deux personnages solitaires. Enfin les lignes de fuite formées par les rambardes, les escaliers et les bordures des fenêtres, convergent vers un même point, une porte. Cette porte apparaît pour moi comme une entrée possible dans le cadre pour d’autres personnages, permettant ainsi d’autres possibilités de rencontres…

Sylvestre

Poussins en promenade

(cc) Lucile Moyano (19/10/13)
(cc) Lucile Moyano (19/10/13)

Le marché, en voilà des rencontres ! Ici on n’a pas peur de se croiser pour échanger un “bonjour”… Alors que certains arpentent les rues de la grande ville à la recherche de LA bonne photo, je me retire pour ma part à la campagne où les chemins, plus humbles, semblent polis par le temps. Promeneurs et animaux se côtoient et le goudron au grain cahoteux recèle de nombreux trésors. Quatre petites têtes blondes sont de sortie pour accompagner les “grands” au marché. En bons explorateurs, la poussette est vite abandonnée. Oh, des poules ! Observations et commentaires vont de bon train face à ces cages remplies de volatiles.

Je me mis, le temps d’une série de photos, à la place du vendeur de volailles après avoir obtenu l’autorisation des aînés — pas trop parents poules, heureusement pour moi ! Sur le cliché apparaît comme par magie un échelonnage des tailles reflétant celui des âges. Sûrement ce grand blondinet a-t-il capté l’objectif et détourne timidement le regard, prenant une pose adorable parce que si peu naturelle. Les grandes personnes, grâce à un léger recadrage, sont réduites à ces jambes que côtoient sans cesse les enfants et encadrent le cliché de manière rassurante. La mise en noir et blanc permet de mieux cerner l’organisation des sujets mais aussi de faire ressembler cette photo, un brin de nostalgique, à celles de Robert Doisneau. Poules, brins de paille sur le goudron… C’est un peu le passé non ?

Moyano Lucile