Archives par mot-clé : lucidité

Les contes de fée ont bien changé

L’amour, pour certain c’est un sentiment fort, pour d’autre un simple mot. Mais d’où nous vient donc notre vision de l’amour ? Cette chose inqualifiable que l’on touche du bout des doigts, du bout des lèvres sans pour autant arriver à définir précisément si oui ou non on l’a possédé, connu. Quoi donc ? L’amour, le vrai, celui qui vous transporte, qui vous fait perdre dans la tête et  vous coupe le souffle. Ce sentiment qu’on aimerait éternel, comme dans les contes de fées, les histoires de princesses racontées le soir aux enfants pour qu’ils s’endorment paisiblement, le cœur léger et rempli d’espoir. L’enfance, incarnation même de l’innocence et du rêve. Enfin presque, quand on leur demande, ils ont leur idée sur la question. Leur lucidité est frappante et sans détour, eux nous raconte la véritable histoire.  Les contes de fée de notre enfance auraient-ils changés, se sont-ils modernisés, mis au goût du jour ? Les écrivains ont créé des contes de fée 2.0 pour la nouvelle génération?  Ils reflètent peut être notre société, qui les poussent à grandir aussi vite qu’elle. Ils ont jeté le grand amour aux oubliettes,  l’amour moderne c’est leur réalité. L’ironie c’est qu’ils sont plus lucides que leurs parents qui aiment leur lire ces histoires.

En écoutant les enregistrements des questions philosophiques posées aux enfants sur le thème de l’amour, j’ai été étonné par certaines de leurs réponses. En effet quelque soit l’âge des enfants, leur vision du sujet est très complète. Ils ont conscience de ses bons comme de ses mauvais côtés. Je m’attendais à ce que les avis soient plutôt mignons et influencés par les contes de fée. Pourtant cela n’a pas été le cas, beaucoup seraient surpris par l’intelligence et la diversité des connaissances de leurs enfants. J’ai donc choisi pour cette écriture sonore, de mettre en relief le fait que les enfants ne sont pas des êtres innocents. Pour cela, la piste audio est divisée en deux parties. Une première composée d’une musique féerique (Tchaikovsky – la belle au bois dormant), sur laquelle défile des mots doux sur l’amour. Se sont des morceaux de paroles tirés des interviews des enfants. Pour donner un rythme plus lent et calme à cette section, les paroles ont volontairement été séparées par des temps de pauses. Afin de marquer la rupture j’ai utilisé un bruit de  bris de glace  entre les deux thèmes. La deuxième partie est illustrée par une musique électronique plus brutale. Les voix des enfants qu’on entend par dessus le sont aussi  et s’enchainent de manière rapide.

DI CIOCCIO Alexia