Archives par mot-clé : Light Painting

Les limites du fanatisme

Gabriel Feuvrier [09/02/2014]
Gabriel Feuvrier [09/02/2014]

Comme j’aime beaucoup raconter ma vie à tout le monde hors d’un contexte qui s’y prête, quand d’autres soucis ou d’autres exigences surviennent, ou quand tout le monde est présent mais personne ne m’écoute, j’ai encore réalisé un billet photo sur un membre de ma famille. Je pourrais en faire cinquante. L’avant-dernière fois, c’est-à-dire lors du billet six, j’avais amoureusement évoqué ma petite sœur. Cette fois-ci, je m’intéresse à mon cousin. Il s’agit d’un vrai cousin, pas d’un pote avec une casquette, bien que ce cousin-là ait une casquette quand même en temps normal. Non, celui-ci est bien un vrai cousin, c’est-à-dire le fils de la sœur de mon père. Nous sommes des fans au sens de fanatiques de Star Wars. Quand je dis fanatique, j’entends des personnes capables de s’aligner les six épisodes en HD de la saga en un week-end et en buvant de la « despé » pour faire plus Mexicain (le blasphématoire épisode VII se tournerait au Nouveau-Mexique) et en mangeant des nachos si succulents qu’ils n’ont absolument rien à faire dans ce paragraphe. Peut-être le suivant s’il s’agissait d’expliquer les traces sur le miroir. A l’issu d’un tel marathon, on a généralement les yeux plus rouges que le sabre de Dark Vador. Mais on se dit naturellement : « oh ! Je vais faire mon billet sur Star Wars ! Non mieux, je vais faire mon billet sur la passion qu’on a pour Star Wars ! Non ! Encore mieux ! Je vais faire mon billet sur la mise en scène de l’expression de mon fanatisme pour Star Wars, et en plus, Mickaël (mon cousin s’appelle Mickaël) tu tiendras un sabrolaser (les fans ne disent pas sabre laser, ils disent sabrolaser, comme Obi-Wan Kenobi dans l’épisode IV). L’idée l’a enchanté. Je voulais qu’on se mette en scène et qu’on s’amuse.

J’ai donc fait quelques essais en me posant des questions plus sérieuses. La consigne nous permettait d’avoir une marge de manœuvre relativement importante. La problématique de la mise en scène était relativement simple. En effet, positionner quelqu’un et lui dire de tenir un manche à balai en guise de sabre, c’est déjà façonner le réel et donc mettre en scène. Le jeu de miroir était plus complexe. En pratique, mon appartement est rempli de miroirs. Dans ma chambre, une large glace couvre toute la largeur de mon mur. En théorie, en revanche, il fallait savoir comment l’utiliser de manière intelligente et pas artificielle. Malheureusement, une mise en garde résonnait dans ma tête pendant que je m’attelais à la tâche. « Le light-painting, c’est un peu facile. » C’était évident… Mais le light-painting dans un miroir, hein ? Ça n’a pas qu’un avantage rhétorique. En réalité, le miroir permet d’absorber une certaine quantité de lumière, de ne faire ressortir que les zones de lumières intéressantes et de dissimuler une partie des autres. Pour le sabre, j’ai mis un manche à balai dans les mains de mon cousin et j’ai tracé la ligne avec la torche de mon téléphone. Mon autre coloc éclairait son visage à l’aide d’une autre torche.

Le résultat ne m’a pas réellement convaincu mais l’exercice était intriguant. Je n’avais jamais fait de light-painting auparavant. La ligne du sabrolaser n’est donc pas très droite. Le bout provoque un flare qui gêne le regard. Néanmoins, les traces de nettoyage du miroir qui me dérangeaient au début se sont révélées utiles. Elles ont accentué le relief de la photo et mis en valeur mon cousin. Son air méchant est souligné par l’éclairage du sabre qui provient en réalité d’une autre source. Celle de la Force.

Gabriel Feuvrier

 

Peinture angélique et lumière démoniaque

Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14
Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14

Cette semaine, nous avons eu l’occasion de découvrir la manière dont Alain Fleischer utilise le miroir pour créer « l’illusion de l’identité », et celle dont Georges Rousse exploite l’anamorphose  afin de tromper l’œil. C’est en partant de la citation de Georges Méliès – « ce n’est peut être pas un hasard si image est l’anagramme de magie » – que l’objectif de ce billet a été défini : façonner et raconter une histoire de façon magique et onirique. En songeant aux photographies d’Alain Fleischer, j’ai commencé à penser au reflet, à la transparence et à l’illusion. Mais le travail de construction et de sculpture de Georges Rousse me paraissait tout aussi intéressant. J’ai donc choisi de m’inspirer des deux artistes dans leur rapport à l’illusion, l’identité (pour Fleischer), ainsi qu’à la construction et la couleur (pour Rousse). Dans un souci de modernité – et parce que cette technique a toujours suscité ma curiosité – j’ai eu envie d’effectuer une photo en light painting.

Pour cette photo, j’ai plongé mon appartement dans le noir quasi complet. J’ai posé l’appareil sur un trépied avant d’effectuer la mise au point. Il a fallu régler le cadre, je me suis donc positionnée devant l’objectif dans la peau des deux personnages afin de savoir exactement où je devais me placer entre deux intervalles de prise de vue. Les paramètres ont été définis à 30 secondes pour la vitesse d’obturation – je changeais de position à partir de 15 secondes afin que les deux personnages aient le même temps d’exposition – et le diaphragme a été ouvert à 5.6 afin de ne pas laisser rentrer trop de lumière dans le boitier, l’objectif étant que les deux lumières (blanche et rouge) autour des corps ressortent plus que le reste. Sylvain m’a aidée en utilisant la moitié du temps d’obturation pour chacune des deux positions afin de redessiner les contours de mon corps grâce à la lumière de son téléphone.

Cet exercice de light painting a été un moyen de m’essayer à cette technique mais surtout d’aborder le thème de l’identité – sujet qui me tient à cœur. Nous pouvons apercevoir sur cette image un ange et un démon. L’un souriant, en position de prière et portant des ailes blanches. L’autre, se tenant en face, en position agressive et portant une queue de diable rouge. Ces deux « personnages » représentent les multiples personnalités – parfois contradictoires – que nous portons en chacun de nous. Ils peuvent également être l’allégorie du Bien et du Mal, souvent personnifiés au cinéma ou plus largement être les symboles de l’humanité – constamment portée par de multiples débats ou guerres entre des groupes divergents. Cette image marque l’opposition, la contradiction de ce monde et de chacun des éléments qui le composent. De manière plus subjective, on remarquera que sur cette photo le Bien écrase le Mal de par sa taille, reflétant probablement le trait de ma personnalité qui l’emporte le plus sur l’autre.

Coline Cesbron

 

La solitude n’existe pas

La solitude n’existe pas. (cc) Laetitia Stoffel (26/01/2014)

Je ne suis pas une grande fan de la foule, à laquelle je préfère la tranquillité de la solitude, car  j’estime que tous les lieux restent habités par une présence ou un esprit qui vagabonde, même lorsqu’ils sont déserts. C’est pourquoi, lorsque je me trouve dans un lieu désert, je ne me sens jamais vraiment seule, mais plutôt sereine.
J’ai toujours été attirée par le light painting, et depuis quelques temps je m’essaye à cette pratique. J’ai donc tout de suite pensé à cela pour ce septième billet axé sur la photographie conceptuelle. Je voulais faire ressortir cette idée que les lieux ne sont jamais vraiment déserts. Le light painting correspondait parfaitement à cela dans la mesure où je savais que la lumière incrustée dans l’image donnerait un aspect fantomatique à la photo.

Pour prendre cette photo, j’ai attendu qu’il fasse nuit pour sortir de chez moi armée de mon Réflex et de mon trépied. J’avais également demandé à une amie de me consacrer un peu de son temps pour appuyer sur le déclencheur, car n’ayant pas de télécommande, je ne pouvais pas déclencher la photo et avoir le temps de me placer derrière le banc pour dessiner avec ma lampe de poche. J’ai fixé la vitesse sur 13 secondes pour me laisser le temps de dessiner le bonhomme, et les ISO sur 100 pour ne pas surexposer ma photo avec un temps d’exposition aussi long. J’ai également réglé la balance des blancs sur « lumière tungstène » pour que la lumière de la lampe soit bleutée et contraste avec le jaune de l’éclairage public.

« En te voyant jouer avec ta lampe, je n’aurais jamais cru que ça rendrait ça sur la photo » m’a dit mon amie qui se chargeait de déclencher la prise de vue. À l’inverse, j’avais clairement l’image du bonhomme en tête, car n’étant pas très à l’aise en dessin, j’avais prévu de faire des traits simplistes se suffisant à eux-mêmes. De plus, je ne disposais que de 13 secondes pour le faire avant de sortir du cadre afin que ma silhouette ne s’incruste pas dans l’image. Mais une fois rentrée chez moi, en regardant ma photo, j’ai réalisé qu’elle pouvait s’interpréter différemment de ce à quoi j’avais pensé. En effet, le bonhomme a une posture très décontractée et sa couleur bleutée couplée aux traits arrondis de ma lampe, font penser à des néons et donnent un aspect électrique au bonhomme. Et comme me l’a suggéré une amie, on pourrait penser qu’il s’agit d’un bonhomme d’EDF qui se repose après avoir fini sa journée d’éclairage public.

Laetitia STOFFEL