Archives par mot-clé : liberté

pétage de cable

Nous sommes entouré par la technologie, aujourd’hui, la communication se passe via internet et les réseaux sociaux. Nous passons une grande partie de notre temps à maintenir des relations sans pour autant voir les gens en face. Ces outils sont de plus en plus nombreux et nous demandent de plus en plus d’attention.

Pour ce billet, j’ai voulu représenter l’étouffement créé par ces nouvelles technologies qui nous obligent à être continuellement connectés et disponibles. En multipliant les sons des divers réseaux sociaux et autres outils de communication du web, j’ai voulu montrer leur nombre grandissant et comment ils entourent le personnage, l’éloignant de la réalité. Jusqu’à ce que le courant le ramène sur Terre.

Camille Coquereau

Cauchemar au volant!

Conduire c’est un premier pas vers la liberté. Alors on vide ses poches à l’auto-école. On s’exerce au code de la route. Et puis, on apprend la conduite. Enfin… la première chose que l’on sait faire, c’est caler ! Et puis les heures passent, les cris fusent, les coups de frein pleuvent. Et finalement, petit à petit, on arrive à intégrer certains réflexes. Le levier de vitesse n’est plus notre ennemi. L’embrayage  n’est plus aussi susceptible qu’au premier jour. Et nous voilà, quelques mois plus tard, sur les routes ! C’est fou comment avec 4 roues et un volant on a l’impression d’être le roi du pétrole ! Mais la réalité nous rattrape. Les folles escapades laissent place aux joies des embouteillages !

J’ai voulu exprimer la montée d’adrénaline que l’on ressent lorsqu’on passe son permis de conduire. Le sentiment de liberté, l’envie d’évasion quand on a 18 ans. Mais finalement ce qu’on connait le plus souvent ce sont les bouchons ! Quand la réalité nous rattrape … la déception est grande.  J’ai écrit un court texte à ce sujet. Je me suis enregistrée avec le dictaphone de mon Iphone en essayant d’articuler. Pour traduire cette montée d’adrénaline accompagnant le texte j’ai sélectionné le début de la mélodie « Pirates of the Caribbean Theme Song » que j’ai répété plusieurs fois en fusionnant la fin de chaque partie avec le début de l’autre pour créer un effet de continuité. J’ai choisi un autre extrait de cette musique lorsqu’elle atteint son climax. Et d’un coup, tout retombe.  Le sentiment de liberté, d’aventure est stoppé net. Comme si le rêve devenait un cauchemar. Seule ma voix prend le relais. Un fond sonore prend place peu à peu et fini par remplacer ma voix. J’ai enregistré directement sur la rocade les ambiances sonores de la route.  Je me suis retrouvée, entre deux klaxons, avec de longues plages sonores  de bourdonnements de moteurs. Avec Reaper, j’ai isolé un klaxon que j’ai répété sur différentes pistes et fusionné  plusieurs fois sur une même piste. Cela m’a permis de traduire l’image d’une circulation embouteillée. Enfin après avoir soigné les transitions fondues entre les extraits et fusionner les extraits sur chaque piste, j’ai réglé leurs niveaux sonores.

J’ai essayé de donner du sens au son. De lui donner un rythme et des hauteurs différentes pour porter mon histoire. Entre aventure et déception, l’écriture sonore de ce billet joue avec les répétitions, les accumulations et les transitions pour donner cette pointe d’humour à une situation banale et quotidienne : les embouteillages !  Les moteurs bourdonnent, les klaxons fusent, la réalité est là. Et pour le final, ma voix résonne. Je fais alors partie de cet environnement bruyant, stressant et comme tout le monde, je m’énerve au volant !

Maelys Gosset

L’Éléphant

cc lisa delpech (22/11/2013)
(cc) Lisa Delpech (22/11/2013)

Il existe un endroit en ce monde où je peux me sentir totalement libre. Il se situe dans ce village niché au cœur des Pyrénées. Chaque fois que j’y vais, je marche jusqu’à ce lieu, mon refuge. Juste au dessus de ma maison, il m’offre un spectacle incomparable de calme et plénitude. J’y vais pour réfléchir, là, au milieu des roches qui suivent la pente de la montagne. Face à moi, « l’Éléphant ». Je la surnomme ainsi depuis mon enfance, cette montagne que je connais par cœur. « L’Éléphant » a l’air paisible, l’œil clos, comme endormi. Il a quelque chose de rassurant. Je me surprends à le fixer pendant des heures, je lui confie mes secrets et mes pensées les plus profondes.

Ce dessin est basé sur une photo prise en été. Pour commencer, j’ai dessiné les lignes des montagnes et du nuage au crayon à papier. Puis j’ai ajouté quelques détails, comme l’œil de « l’Éléphant » et les parties rocheuses qui forment son oreille et la naissance de la trompe, ainsi que les endroits qui me paraissaient plus sombres. Ensuite, j’ai utilisé des crayons de couleur. J’ai choisi de respecter les tonalités de l’image originale ou, du moins, de m’en approcher le plus possible. Dans un premier temps, les couleurs n’étaient pas assez prononcées et j’ai du alors superposer des couches jusqu’à arriver à un résultat satisfaisant. Pour symboliser les arbres sur « l’Éléphant », j’ai décidé de colorier de manière verticale et d’ajouter des lignes en zigzags, donnant ainsi du mouvement et une impression de densité. Pour finir, les montagnes à l’arrière ont été estompées, car plus lointaine, afin de donner plus de profondeur à mon dessin.

Lisa Delpech

Dualités

Dualités. (cc) Jonathan Rochier (06/10/2013)
Dualités. (cc) Jonathan Rochier (06/10/2013)

Au cœur d’un brouhaha de forme, de couleur, d’émotions entières, tragiques et puissantes, ce collage vous livre un segment de la relation que j’entretiens avec mon prénom. Afin de figurer ce ressenti, je me suis inspiré du livre Jonathan Livingston le Goéland de Richard Bach. Mon travail devait donc exprimer l’aspiration à la liberté, le pragmatisme, la triste réalité des choses ainsi que la traversée du monde matériel vers le songe puis au travers du rêve éveillé.

Une étendue sombre sert de base au collage, sur celle-ci sont apposés un rectangle également ainsi qu’un mot : « réalité ». Ce tiers de l’œuvre suggère la tristesse de la simplicité matérielle. Le mot « réalité » est composé de caractères typographiques communs afin de renforcer son sens et de lui attribuer un caractère déplorablement empirique.

Au dessus de cette partie, deux images en noir et blanc sont disposées. Ces éléments révèlent les conséquences d’un monde sans rêves et sans élévation : violences et faux idéaux.

Enfin, les masques de carnaval voodoo symbolisent la folie des esprits prisonniers des conventions, ce niveau est la première touche d’onirisme de l’œuvre, il crée le passage de la réalité au rêve qui est caractérisé par la créature ailée et multiforme Elle est le résultat des expériences et permet de passer au-delà des normes et des besoins primaires et matériels de l’individu.
Dualités ressenties, rêvées ou soupirées.

Jonathan ROCHIER