Archives par mot-clé : Jordan Clarck

Désordre ordonné

Désordre ordonné. (cc) Sylvestre (13/03/2014)

On observant les collages de différents artistes, mon regard s’est arrêté sur les travaux de Jordan Clark. Sa façon de déconstruire des visages en les découpant par des formes géométriques m’a attiré, comme si les visages devenaient neutralisés, sans identité. Le portrait devient un puzzle que l’on doit tenter de recomposer pour mieux identifier la personne. En découpant un visage de la sorte on a l’impression de mettre le visage au rang de produit banal, malléable, de le rompre en cherchant à le faire entrer dans des cases. C’est avec cette approche que j’ai voulu créer un collage avec mon portrait, pour « briser » mon apparence.

Pour réaliser ce collage numérique j’ai choisi d’utiliser Photoshop. Avec des repères j’ai délimité la zone que je voulais découper. À l’aide de grilles j’ai utilisé l’outil plume pour sélectionner et copier les formes géométriques pour les coller sur de nouveaux calques. J’ai ensuite pu déplacer les formes à des endroits différents pour déconstruire le visage. J’ai cherché à garder l’alignement des formes afin que l’ensemble forme un carré, pour que ce visage en désordre soit tout de même « organisé ».

Sylvestre

Dissimulation

(cc) Lisa Delpech (15/03/2014)
Dissimulation. (cc) Lisa Delpech (15/03/2014)

Tout d’abord je me suis inspiré des travaux d’Andy Warhol. Andy Warhol est un artiste pionnier du Pop art qui déclinait en série de portrait des artistes et personnalités célèbres des années 60. Ces déclinaisons étaient à la fois le reflet de la société de consommation naissante et aussi une critique de la célébrité. En m’inspirant alors de ces portraits, j’ai moi aussi dupliqué en plusieurs images colorées, par Photoshop, un premier portrait. Mais ce collage n’était pas assez parlant. Je me suis alors rappelé du travail de Jordan Clarck qui me plaisait beaucoup. Jordan Clarck est un artiste contemporain connu pour son travail sur les portraits, dans lesquels il découpe et recompose le visage. Comme lui, j’ai choisi un second portrait sur lequel j’ai décomposé le visage puis j’ai remonté les pièces en désordre sans signification.

Comme pour mon premier billet, je n’ai jamais été très à l’aise avec mon image. Dès que je me trouve devant l’objectif, je me cache derrière des poses idiotes et un sourire forcé. Malgré moi, mon manque d’assurance transparaît. Voilà pourquoi, lorsque je dois présenter un collage avec mon portrait, je ne peux pas l’exploiter tel quel mais plutôt le détourner. Un portrait se moquant de la superficialité de mon image et un second portrait représentant la dissimulation.

Lisa DELPECH