Archives par mot-clé : jeu

Le jeu du globe

« – T’es prête ?

– Hein ?

– J’te disais : ‘J’me lance’ !

– Quoi?

– J’me lance ! …  AUSTRALIE !

– Ah non, pas encore !

– Bah on tombe dessus ! C’est l’jeu ma pauvre Lucette ! »

Quand on me demande de choisir un lieu qui m’inspire, me revient cette publicité pour le Loto. Un millionnaire, pour choisir sa destination, utilise un globe terrestre qu’il lance et fait tourner. Au hasard, son doigt tombe sur l’Australie. Figurez-vous que j’y ai pensé ! Comment trouver un lieu qui m’inspire ? Et si, moi aussi, je faisais tourner un globe ? Non pas qu’il n’y ait pas un endroit particulier qui puisse m’inspirer : je vous citerais ma ville, Bordeaux, le Maroc et ses paysages époustouflants, ou encore l’Inde, pays que j’affectionne particulièrement. Mais puisque j’ai décidé de m’inspirer de cette publicité pour le Loto, je me mets dans la peau du mari de Lucette. Ainsi, le lieu choisi est l’Australie !

« Eh oui, c’est le jeu ma pauvre Lucette ! »

Maintenant, parlons du dessin. Tout d’abord, il est composé d’un globe terrestre, bien-sûr, et d’une main pointant vers le pays des kangourous, puis d’un cadre entourant la scène. Mes outils : un crayon à papier, de la peinture gouache et du feutre. J’ai commencé par dessiner au crayon à papier les grandes lignes du dessin. Ensuite, j’ai tracé le contour du globe avec un compas. Puis j’ai dessiné les continents à l’intérieur. J’ai repassé les contours au feutre : ceux de la Terre et de la main. Enfin, je me suis lancé dans la peinture. À noter que la main est la partie où ce mélange de techniques est le plus visible : celui du feutre et de la peinture.

Marcher sur l’eau

Marcher sur l'eau. (cc) Alexia DI CIOCCIO (20/10/2013)
Marcher sur l’eau. (cc) Alexia DI CIOCCIO (20/10/2013)

L’enfance est sûrement la période de notre vie où nous faisons le plus de rencontres, celles-ci sont simples et désintéressées. Il n’y a pas cette peur du jugement comme à l’âge adulte, la méfiance est réduite. On va vers l’autre pour se faire un ami, pour une durée indéterminée. Qu’importe, le but premier étant de partager un moment avec l’autre. Ces rencontres se font souvent par le jeu, la parole est reléguée au second plan, la communication se fait à travers les mouvements, le corps et le regard. Les lieux publics sont des terrains propices à ces échanges éphémères, se sont des endroits de découverte et d’inconnu, des espaces où les enfants font énormément travailler leur imaginaire.

Sur cette photo on voit trois enfants sur les quais de Bordeaux, jouant dans l’eau. La rencontre est traduite ici par le garçon en arrière plan en train de courir vers ses compagnons qui l’attendent pour poursuivre le jeu. Bien que les deux personnes au premier plan restent sur place, ils sont prêts à partir dès que le troisième les aura rejoints. Dans cette image on ressent le mouvement impulsé par le jeu de ces gamins. On comprend très clairement que l’action se déroule en ville, les immeubles en arrière-plan entourent la scène. Pourtant le miroir d’eau nous fait oublier ce cadre citadin, pour le transformer en un lieu imaginaire où l’on pourrait marcher sur l’eau. Aucun des personnages ne regardent dans le même sens ; ils ne regardent pas dans le vide, mais j’ai la sensation que leur regard porte ailleurs. Ils sont entourés par une multitude de gens qui se promènent, qui les contemplent et évoluent dans le même espace qu’eux. Pourtant quand on observe ces trois petits personnages on a le sentiment qu’ils sont seuls, qu’ils ne voient pas toute cette foule autour d’eux.

Alexia DI CIOCCIO