Archives par mot-clé : intime

Rayons X

OK - Copie
(cc) Clémentine Le Roy (18/11/2014)

 

« Réaliser une photo, en intérieur, à partir de votre environnement proche, personnel, intime : amis, famille, objets, lieu de vie… en vous interrogeant sur ce que cet « environnement personnel » peut raconter à tous ». Ce que je redoutai arriva, plus rapidement que prévu : les mots « personnel », « intime », « proche » dans une même consigne. Les vidéos visionnées en cours sur le travail de certains photographes autour de cette question ne me sont d’aucun secours. Je suis même mal à l’aise devant certains clichés, trop intimes. L’impudeur de certaines scènes me renvoie à ma propre pudeur et me heurte. C’est ce que je suis : maladivement pudique, minutieusement précautionneuse sur les informations que je livre. Et faire l’aveu de ce trait de caractère, c’est déjà douloureux, c’est déjà trop.  Comment, dès lors, montrer ce que l’on ne veut pas montrer et qu’on protège farouchement ? Je réfléchis à l’exercice : je n’éprouve pas de désir à photographier quoi que ce soit. Je dois le faire. La nuance est essentielle et s’en ressent sur le travail final de n’importe quel artiste. Le désir est un élément crucial dans le processus de création : je n’ai encore rien pris, mais je sais que le résultat sera dérisoire. Mais j’essaye de trouver des solutions, des failles, des parades. En relisant la consigne, j’élimine certains termes pour n’en retenir qu’un : le mot « intime ». Je me demande alors jusqu’où on peut aller dans l’intime. En regardant dans le dictionnaire, je trouve cette définition : « qui est à l’intérieur et au plus profond ». À l’intérieur. Puisque je ne veux rien montrer de mon environnement, de ce qui m’est extérieur, alors je montrerai mon intérieur. Mon intérieur qui ne soumettra aucune interrogation, aucun questionnement, qui est à la fois le même pour tous et résolument unique : l’intérieur de mon corps.

Je collectionne les radios et les scanners : la tête, le dos, le poignet, le genou. J’ai presque de quoi reconstituer mon squelette. J’ai la cheville droite en ma possession. Je fais des tentatives à la lumière naturelle, sur ma fenêtre, puis sur une lampe. Je ne sais pas comment prendre la photo, comment constituer mon cadre. Je finis par trouver une solution en scotchant la radio sur le bord de ma bibliothèque et en l’éclairant par derrière avec une petite lampe. On ne voit qu’elle, elle occupe toute la place. Sur l’ordinateur je la recadre pour qu’elle soit droite, et je la mets en noir et blanc, mais la différence avec la photo originale se voit très peu. Les contrastes sont juste un petit peu plus accentués.

Dans la consigne, j’ai choisi les termes qui m’arrangeaient, j’ai platement éliminé ceux qui me dérangeaient. L’objectif principal était de « limiter la casse », en dévoiler le moins possible. Cette photographie fonctionne difficilement sans son texte, je le sais, voire ne fonctionne pas du tout. Ma cheville en vrac ne dit rien de mon environnement personnel, ne suscitera aucun émoi, aucune interrogation particulière, c’est ce que je cherchais. La vérité, c’est que je n’ai pas envie que mon environnement intéresse quelqu’un. Une fois cet article publié, les gens qui l’auront lu sauront que j’ai eu un problème à la cheville droite le 27 juillet 2004, et que cette radio a été faite au « CH de Dz ». Libre à eux de se raconter une histoire avec ça !

Clémentine Le Roy

A la gloire de ma mère

(cc) Maelys Gosset 14/11/2014
(cc) Maëlys Gosset (14/11/2014)

Elle, une autre que moi. Une si différente et si semblable à la fois. De l’amour à la haine, du déchirement à l’union, de l’étouffement à la libération, de la séparation à la réconciliation. Une relation si universelle et si singulière à la fois. Adolescente et insouciante on rêve de la quitter, adulte on est terrorisé à l’idée que la vie peut nous l’arracher. Je sors de ma chambre. Dans le couloir : le bureau de ma mère. Occupée, elle me tourne le dos. Une femme, une mère, je l’observe. A chaque fois que j’entrouvre ma porte, qu’elle est là devant moi, mon reflet à ses côtés, je suis submergée par cette même sensation. Deux âmes si loin par l’esprit, chacune dans son univers et pourtant si proche dans l’image par la magie de l’armoire/miroir de ma grand-mère. La mère de ma mère. Trois générations qui semblent bouger, vivre et évoluer de manière indépendante, mais qui pour un instant, sont réunies, là. Ma mère, mon ennemie, mon alliée, mes tourments est ma fierté. L’origine d’un tout.

Cette scène est récurrente, je la vis et revis presque chaque jour avec la même sensation à chaque fois. Elle retranscrit, pour moi, la relation mère/fille dans toute sa complexité : entre complicité et rivalité. Je lui fais face mais elle me tourne le dos. Une séparation. Et pourtant un seul regard dans le miroir et le lien se reformerait. Une union, une évidence. L’ambiance de cette pièce est d’autant plus sombre qu’elle crée une atmosphère plutôt intimiste : seule une lampe de chevet sur le bureau et la lumière de la fenêtre de ma chambre illumine le couloir. Sur mon appareil photo je mets donc la priorité à l’ouverture afin de capter au maximum la lumière naturelle de la pièce. Je ne veux pas utiliser le flash qui gâcherait, selon moi, le côté intimiste de la scène. Une ouverture au maximum f/2.8 et une sensibilité maximale également (ISO1600) pour une exposition plus intense. Jouer avec l’ouverture me permet de jouer avec la profondeur de champs. Je ne suis alors qu’une silhouette en arrière-plan. Je veux centrer l’attention sur elle : elle est nette en premier plan. Je ne suis que l’élément secondaire. Celle qui observe comme l’ « élève » observant son « maître ».

Mon appareil photo n’étant pas très perfectionné, on ne peut observer clairement le contraste net/flou entre les deux personnages que je souhaitais en jouant sur l’ouverture et donc sur la profondeur de champs. De plus, une sensibilité si élevée n’est pas sans conséquence… L’image contient du « bruit ». Mais ce que je souhaitais partager avant tout c’est cette dualité qui se retrouve dans l’image. On pourrait partager verticalement l’image en deux. Le montant en bois de l’armoire divise les deux personnages pour accentuer et mettre en lumière les rapports conflictuels mère/fille tout en traduisant une certaine complicité, curiosité et admiration entre ces deux êtres. Le miroir symbolise l’identification, l’idée de s’imaginer comme, ou au contraire de différenciation, ne pas ressembler à. On a alors une alternative, un choix à faire entre ces deux possibilités. Seul le temps nous en donnera la solution…

Maëlys Gosset

Ganesh : un instant immortalisé.

Laissez-moi, partager une nouvelle fois, une partie de moi. Je vous emmène dans un endroit intime : ma chambre. Je me suis rendu compte que dans ce lieu, il avait beaucoup d’éléments qui me caractérisent et faisaient référence à mes origines. Mais aussi à l’Inde, pays dont je souhaite un jour visiter. C’est ce qui m’a conduit à choisir deux éléments de ma chambre : un éléphant d’Asie et une lampe orientale. L’histoire de cette photo, deux objets que j’affectionne. Avec eux, je vais me prendre pour une divinité indienne du nom de Ganesh. J’ai repris ses traits : mi-homme mi-éléphant. Instant immortalisé d’une photographie où je ressemble presque à un dieu animal. En Inde, Ganesh, représente le savoir et la connaissance. Par sa force, il balaye les obstacles et symbolise la réussite. Nombre de qualités que j’aimerais avoir. Voilà pourquoi, je souhaite lui ressembler. Et puisque les dieux son immortel, grâce à cette photo, je le deviens aussi.

Cette photo a été prise depuis l’intérieur d’une lanterne orientale en fer forgé. L’appareil photo a été réglé en automatique. Face à mon manque d’expérience en photographie, il fallait trouver une solution pour pallier à cela. Peu de réglage technique sur l’appareil. Ainsi pour faire des effets de style et donner une touche contemporaine, me vient l’idée de placer l’appareil à l’intérieur de la lanterne. L’objectif collé aux parois apporte des reflets, des formes, et jeu d’ombres sur l’image. Grâce à la structure de la lampe. Cela donne un aspect mystique et inaccessible.

L’ombre qui nous porte

contenu indisponible

En observant les rayons du soleil décalquer les barreaux de la fenêtre sur ma porte en fin de journée, une histoire m’est venue à l’esprit. Quand on est chez soi, on s’enferme dans notre bulle, on se sent protégé. La porte, fermée à clé, nous sépare du reste du monde. En face de la porte se trouve une autre ouverture : la fenêtre. Étant surmontée de barreaux, cette fenêtre protège elle aussi de toute intrusion extérieure, mais ces barreaux viennent également briser le rapport au monde. Le judas de la porte, mise en abîme d’une ouverture dans l’ouverture, vient nous donner une image révélant l’identité de toute personne se trouvant de l’autre côté. Voulant voir sans être vu, le personnage solitaire n’en est pas moins voyeur…

Le soleil, rasant l’horizon, n’allait pas tarder à se cacher. La porte allait rapidement être dépourvue de cette peinture éphémère. J’avais environ cinq minutes pour mettre en place cette scène. J’ai alors hésité entre surexposer le carré de lumière sur la porte ou sous-exposer le reste de la photographie. J’ai choisi la deuxième solution, en réduisant l’ouverture du diaphragme, car mon intention était de montrer un personnage tourmenté, craintif, évoluant dans un univers plutôt sombre. En tenant l’appareil photo d’une main et en le plaçant dans mon ombre, j’ai pu le rendre invisible. Je me suis placé de façon à pouvoir cadrer la porte entièrement, tout en cherchant à ce que ma tête soit au niveau du judas. Une fois la position trouvée, j’ai tourné la tête de profil pour saisir la projection.

Sylvestre

De retour

Même sans bouger nous remplissons tous notre carnet de voyage. L’obscurité se dissipe, laissant flotter encore quelques idées pareilles à des bulles de savon. Voici des mots chuchotés dans cet entre-deux qui n’appartient qu’à nous, au sortir du sommeil, avant même que notre pied ne se pose sur le sol. Rien ne nous dévoile plus que ces souvenirs irréels, racontés d’une voix molle, hésitante, encore éblouie du voyage. Comme si en ce nouveau jour qui se lève, revenir à soi même nous rendait timides. Je donne une importance primordiale à cette matière onirique, et donc ai décidé pour une fois de l’immortaliser en glissant un micro aux portes de l’esprit des dormeurs. L’intime mis à nu. C’est ce côté à la fois tellement évident et irrésistiblement flou que j’ai souhaité restituer dans ce billet sonore.

Mes proches se prêtent gracieusement au jeu. Aucun effort ne leur est demandé, si ce n’est celui de dormir et de rêver. Le micro au pied du lit attend patiemment jusqu’au lendemain. Lorsque chacun appuie sur le bouton on, les mots coulent sans queue ni tête, et pourtant se dessine une trame, une image… Le mot « rêve » est ici évincé pour que l’auditeur se perde dans ces récits fantasques, qui petit à petit lui sembleront familiers. J’ai accompagné ce recueil d’une musique douce, apaisante, tout en crescendo, restituant l’état du corps dans les premières secondes du réveil.

Moyano Lucile