Archives par mot-clé : Instant

No Found

(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET
(cc) Julie Torchet (16/10/2014)

Cette photo n’était pas celle prévue. Mais avant de dire pourquoi, il faut savoir une chose quand je me balade sans mon appareil je vois des photos partout et quand je prends mon appareil les photos me fuient ! Non je ne suis pas folle et j’en ai une preuve. Photo en extérieur et collective, mon esprit s’égare et un fait banal me revient en tête : la queue d’étudiants qui attendent 30 à 45 min pour aller manger au RU ! C’est une attente que je n’ai jamais supportée et je l’évite toujours ! Je suis pourtant une habituée des chocolats du Vera Cruz. Je décide de prendre cette photo aujourd’hui, j’ai tellement de choses à faire que je veux faire cette photo rapidement. J’avais même le titre : le mangeoire. Mais voilà j’arrive un peu avant 12h30, l’heure fatidique de la cohue et oh surprise le Vera Cruz est fermé ! On est pourtant jeudi. Quand je vous dis que les photos me fuient quand j’ai mon appareil avec moi ! Je ne me laisse pas abattre et sors à la pause de 16h avec mon appareil en me disant que prendre la sortie H telle une bouche qui s’ouvre et laisse sortir un flot d’élèves pourrait être intéressant. Là encore l’université me paraît si vide, la photo ne reflète rien.

On se détend entre amies, elles ont faim, elles rêvent de Kinder bueno. Et là de l’autre côté de la place arrive un homme vêtu de blanc offrant à qui veux des Kinder Mini, coup de pub parfaitement timé. Il attire les étudiants qui passent comme un pot de miel attire les abeilles. Je traverse la place pour prendre ce mouvement et là le voilà qui traverse cette même place dans l’autre sens. Je sens encore la photo fuir, j’en ris, je commence à avoir l’habitude. Le vendeur s’arrête devant les filles. Je n’ai pas le temps de trop refaire les réglages. Le diaph est de 5, les ISO de 200 mais ce n’est pas assez, l’appareil que j’ai laissé en mode Av décide de lui-même de modifier la vitesse à 1/250. Je mitraille, le numérique a cette magie. J’aime être avec le sujet. Je resserre, la focale est non loin de 100 mm. Je veux être avec eux mais je ne peux prendre le temps de me rapprocher.

Je mitraille, les gens passent et s’arrêtent. Quand l’enthousiasme des filles à côté de moi s’arrête, la scène se vide de son éclat. Mais je l’ai vu dans le viseur, la photo qui reflétait ce moment. Elle ne vient pas des visages mâchonnant les kinders gratuits. Elle vient du slogan brodé sur la doudoune du vendeur et du sourire blanc qui éclaire le visage de ce garçon sombre. On sent le partage, on sent le plaisir. La photo est légèrement surexposée mais au final cela rend plus probant le petit bonheur éphémère qu’apporte le vendeur. Ce n’était pas la photo prévue, c’est une photo de l’instant. Peut-être est-ce ça, arrêter de chercher la photo pour prendre celle qui arrive.

Julie T.

L’art et l’instant

(cc) Tiphaine Robion (02/02/2014)
(cc) Tiphaine Robion (02/02/2014)

Réfléchir à comment créer plutôt que pourquoi créer est une façon de penser qui ne m’est pas familière. La solution est peut-être tout simplement de ne pas trop réfléchir : j’ai imprimé les trois photographies des billets précédents, puis commencé à les déchirer, les coller entre elles, les décoller; les badigeonner de soja qui traînait par là, à l’aide d’un pinceau que j’avais à proximité, les coller de nouveau. Le résultat ne me satisfaisait pas, alors j’ai pris une pause. En revenant quelques minutes plus tard, la composition avait pris une teinte qui me plaisait, et ce que je n’avais pas apprécié la première fois était sans doute la spontanéité du travail à laquelle je ne suis pas habituée.

Effectuer le chemin de réflexion inverse, en pensant à la forme et non au fond, n’est pas chose aisée : l’interprétation a posteriori n’en est que plus difficile. Je crois que ce qui me plaît dans cet assemblage de photographies, c’est justement l’absence de signification au premier abord, et de liens entre ces images : on remarque tout de suite la distinction entre les trois photos, les découpages ne sont pas nets et on aperçoit les reliefs. Pourtant, quelque chose relie les trois couches : les couleurs, l’ambiance,  la superposition hasardeuse qui fonctionne bien ? Je ne sais pas s’il y a vraiment une réponse. Pour l’instant, j’essaie d’apprécier l’esthétique en arrêtant de me demander, « mais pourquoi ? ».

Tiphaine Robion

L’impact

(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)
(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)

La photographie permet de capter des instants qui auraient disparu de notre mémoire s’ils n’avaient pas été immortalisés. Et puis, parfois, on capture une image qui n’a jamais fait partie de notre mémoire, car notre œil n’a même pas eu le temps de la voir : l’impact d’un objet sur l’eau, le moment où il heurte la surface pendant un tout petit instant, pour ensuite rebondir et continuer sa trajectoire, en est un parfait exemple. La magie de la photographie, c’est aussi nous donner à voir des phénomènes naturels mais invisibles : l’appareil fait office de révélateur de cette beauté dissimulée.

Pour réaliser cette photographie, j’ai mis en place un dispositif consistant à tendre un film plastique entre les deux volets de ma fenêtre et à le remplir d’eau. J’ai ensuite demandé à un ami de lancer une petite balle à un mètre de hauteur dans l’eau et ai déclenché l’appareil en vitesse d’exposition de 1/2000 secondes et en mode rafale, afin d’avoir plus de chances de capturer le moment où la balle heurte l’eau. Pour disposer de suffisamment de lumière, j’ai installé ce dispositif à l’extérieur, ouvert le diaphragme de l’appareil à 5,6 et poussé les ISO à 1600.

L’idée de cette photographie m’est venue assez rapidement, mais la mise en place du dispositif n’a pas été aussi simple : comment gérer la luminosité tout en utilisant une vitesse rapide ? Comment installer ce dispositif ? Va-t-il tenir ? Dans mon imaginaire, la photographie avait un fond neutre et coloré, et la prise de la bonne photo allait se faire rapidement, grâce au mode rafale : après la prise de plus de 400 photos différentes, des déclenchements au mauvais moment, des mises au point ratées, j’ai compris que pour découvrir la magie de la photographie, il fallait s’armer de patience.

 Tiphaine Robion

Un instant

IMG_0429
« Souffle » (cc) Morgane Kerarvran (11/11/3013)

Pour ce nouvel atelier, on m’a demandé de représenter un lieu qui m’inspire. Pour une fois je n’ai pas eu à sonder les tréfonds de ma mémoire pendant une heure. J’ai toujours été captivé par la ville, pour les milliers de gens qu’elle accueille, pour les millions de formes qu’elle nous offre. Dans ses rues et ses quartiers s’animent des corps, des histoires. Chaque centimètre porte la marque d’instants fugaces, chaque rue a été le témoin d’histoire et d’aventures. La ville est une fourmilière ou tout s’anime, se croise et s’agite.

J’ai donc réalisé un travail à l’aide d’acrylique et de pochoirs. J’ai découpé des blocs, en formes de carrés et de rectangles, afin qu’ils rappellent grossièrement l’apparence d’immeubles. Je les ai enduits de peinture et les ai rapidement déposés sur ma feuille, afin que la matière picturale ne laisse qu’une trace de son passage. Ensuite, j’ai dessiné des personnages, car je ne conçois et n’imagine jamais rien sans eux. J’ai recouvert les silhouettes de bleu en dépassant un peu pour qu’il ne reste plus que l’empreinte des figurants. J’ai choisi cette technique car elle permet de montrer une impression, celle d’un lieu rempli de signes et d’ombres. Les motifs et les couleurs restent sobres, afin de briser la figuration et de laisser plus de place au signe.

Morgane Kerarvran

L’instant d’un non-regard

(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13)
(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13) 

L’homme aux cheveux blancs et à la chemise propre et repassée est un sans domicile fixe. D’ordinaire, il erre à travers Mont de Marsan avec son chien, son sac et son tee-shirt Iron Maiden. D’ordinaire, cet homme incarne un parfait cliché. Un de ceux qu’on a dans la tête et qui demeurent. Il fallait aller sur le parvis d’une Eglise pour le retrouver, au hasard d’un devoir et d’une promenade, méconnaissable dans son beau costume. Il attendait la fin de la messe dominicale, assis sur une bordure. Il lisait le journal. J’ai su qu’il devait être le personnage principal de ma série à l’instant où j’ai vu ce regard. Il a le même sur toutes les photos. On ne le voit pas très bien. J’aurais pu en prendre une meilleure, pour avoir un meilleur portrait. Mais ce n’est pas un portrait que je voulais. C’était un entre-deux, un moment qui se situe hors du temps, dans un présent figé où rien ne se croise, où il n’y a aucune continuité. Je voulais un instant neutre, où rien ne se croise, pas même un regard, un moment qui n’appartient qu’aux seuls personnages, un moment dans lequel ils pourraient être eux-mêmes, dans leur état le plus naturel. Un moment où l’espace d’un instant, il n’y aurait plus qu’eux à leurs yeux.

Plus tard, ce cliché m’a donné cette impression. Il y en avait une dizaine. Sur tous les autres, les fidèles s’arrêtaient et parlaient à cet homme, lui souriaient, lui tapaient sur l’épaule ou lui donnaient un peu d’argent. Sans le contexte, on ne peut visiblement pas comprendre. Mais sur cette photo, il y a cette vieille femme. Elle souriait sur toutes les autres. Sur celle-là, elle semble simplement passer devant sans le voir… Et elle tire la gueule. Peut-être qu’au fond, tout n’est qu’hypocrisie, peut-être ne veut-elle que passer devant cet homme, sans lui parler. Leur regard ne se croise pas. Au premier plan, en revanche, on distingue deux femmes âgées en pleine discussion. Elles encadrent nos deux personnages qui semblent éternellement figés dans un instant silencieux.

Gabriel Feuvrier