Archives par mot-clé : inspiration

L’Éléphant

cc lisa delpech (22/11/2013)
(cc) Lisa Delpech (22/11/2013)

Il existe un endroit en ce monde où je peux me sentir totalement libre. Il se situe dans ce village niché au cœur des Pyrénées. Chaque fois que j’y vais, je marche jusqu’à ce lieu, mon refuge. Juste au dessus de ma maison, il m’offre un spectacle incomparable de calme et plénitude. J’y vais pour réfléchir, là, au milieu des roches qui suivent la pente de la montagne. Face à moi, « l’Éléphant ». Je la surnomme ainsi depuis mon enfance, cette montagne que je connais par cœur. « L’Éléphant » a l’air paisible, l’œil clos, comme endormi. Il a quelque chose de rassurant. Je me surprends à le fixer pendant des heures, je lui confie mes secrets et mes pensées les plus profondes.

Ce dessin est basé sur une photo prise en été. Pour commencer, j’ai dessiné les lignes des montagnes et du nuage au crayon à papier. Puis j’ai ajouté quelques détails, comme l’œil de « l’Éléphant » et les parties rocheuses qui forment son oreille et la naissance de la trompe, ainsi que les endroits qui me paraissaient plus sombres. Ensuite, j’ai utilisé des crayons de couleur. J’ai choisi de respecter les tonalités de l’image originale ou, du moins, de m’en approcher le plus possible. Dans un premier temps, les couleurs n’étaient pas assez prononcées et j’ai du alors superposer des couches jusqu’à arriver à un résultat satisfaisant. Pour symboliser les arbres sur « l’Éléphant », j’ai décidé de colorier de manière verticale et d’ajouter des lignes en zigzags, donnant ainsi du mouvement et une impression de densité. Pour finir, les montagnes à l’arrière ont été estompées, car plus lointaine, afin de donner plus de profondeur à mon dessin.

Lisa Delpech

Eden

(cc) Di Cioccio Alexia (24/11/2013)
(cc) Alexia Di Cioccio (24/11/2013)

Petit coin de nature luxuriante, calme et discret. Un lieu loin de l’agitation, du stress et de la vie quotidienne. J’ai décidé de représenter cet endroit car son caractère intimiste et secret m’a inspiré. J’aime son côté brut et naturel, qui n’a pas été modifié par l’homme, composé d’éléments simples, la terre, l’eau, le soleil. On imagine aisément être au centre de ce décor magnifique, pour juste fermer les yeux un instant afin d’entendre la brise courir entre les feuilles des arbres. Regarder en cachette à travers les rideaux de feuilles et découvrir cette scène, être spectateur de la nature, de ce qu’elle a de plus simple et de plus beau à nous offrir. L’inspiration créée par ce lieu émane de sa pureté et de son authenticité, un paradis sur terre.

Ce dessin est la reproduction d’une photographie d’une cascade au cœur de la forêt. Il a été réalisé aux pastels, la première étape a été le remplissage de ma feuille par les formes géométriques que composaient les couleurs dominantes de l’endroit. Par la suite, j’ai superposé d’autres couleurs pour former les détails du paysage, grâce à des palettes de vert et de bleu. Le jaune et le blanc on servit à rendre les effets de lumière, retranscrire l’entrée de celle-ci à travers le feuillage. J’ai tenté de reproduire les reflets des rochers dans l’eau, situés en arrière plan, en utilisant un dégradé de noir, de gris et de marron. Les reflets des cascades dans le lac, eux, permettent de créer une sensation de mouvement. Comme une ondulation de l’eau, cela donne de la vie au dessin.

Alexia DI CIOCCIO

Un air de SF

(cc) Manon Harsigny (11/11/2013)
(cc) Manon Harsigny (11/11/2013)

Il est un lieu qui longtemps m’eut inspirée et qui, même après l’avoir découvert de mes propres yeux, continue d’être une source d’émerveillement. San Francisco, la ville brumeuse au célèbre pont et multiples vallons, n’a pas la superficialité de ses congénères américaines. Elle est mystérieuse lorsque le brouillard la dissimule le matin, puis, pleine de surprises quand, au sommet d’une rue, le promeneur hasardeux découvre un panorama inespéré sur son horizon et ses quartiers colorés. Haight Ashbury, Castro, Fisherman’s Wharf, China Town, sont tant de lieux qui font les contrastes de cette ville aussi majestueuse que chaleureuse. Place de tolérance et de révolution, on s’y sent vite chez soi, sans la comprendre pour autant. Même Alcatraz, la lugubre île abandonnée, renvoie quelque chose de mystique et participe à hypnotiser quiconque s’attarde sur sa vue.

Quoi de mieux pour symboliser Frisco que sa baie plongée dans le brouillard ? Les pastels secs se chargeront donc de transmettre l’aspect énigmatique et insaisissable de cette couche épaisse de nuages, tandis que le crayon à papier dessinera finement la ligne d’horizon, ainsi que les contours de la seule pièce architecturale permettant d’identifier la ville : le sommet du Golden Gate Bridge. Les reliefs lointains et neutres symbolisent une frontière physique entre le ciel chaud de l’aurore et la brume froide du matin, un paradoxe urbain qui fait le charme de cette ville aux initiales évoquant la science-fiction. Le support, enfin, du papier kraft, est un clin d’œil au passé industriel de la ville qui a vu naître les jeans Levi Strauss.

San Francisco, ma ville muse…

Manon H.

eMatériel

(cc) Gaylord Gauvrit (09/11/2013)
(cc) Gaylord Gauvrit (09/11/2013)

Les yeux à demi ouverts, je prends une grande inspiration, entrouvre la porte et m’engouffre dans cette masse humaine. Je traverse la fumée et les lasers, progresse vers la scène. Je m’installe entre des silhouettes inconnues. Mon corps prend petit à petit le rythme du « kick » comme métronome sensoriel. Mes yeux sont mi-clos, laissant à peine passer quelques reflets de lumière. Mon esprit interprète, déforme les sonorités, les sensations et les formes. La musique m’emporte dans un ailleurs immatériel. Je m’évade de cette boite. Ces rares moments d’extase, de transe et de liberté ont été mes premières sources d’inspirations. Mes premiers chocs sensoriels qui ont forgé mon inconscient esthétique.

Quelle méthode utiliser pour représenter cet espace sensoriel, ce temple de l’électronique détaché du réel ? J’ai mis de côté les outils physiques et les techniques classiques du dessin. J’ai opté pour l’immatériel, un logiciel de création graphique, Autodesk SketchBook, qui offre, sous forme numérique, l’ensemble des outils propre au dessin. Pour faire le lien entre physique et numérique, j’ai utilisé ma tablette tactile, parfaite interface entre l’homme et la machine. J’ai pris appui sur une photographie pour recréer les formes principales. J’ai utilisé des pinceaux, des sprays et des bombes pour travailler les lumières, les reflets et les lasers. En modifiant l’opacité, la diffusion et la largeur de mon pointeur, j’ai finalement réussi à obtenir les différents dégradés de formes et de couleurs.

Gaylord Gauvrit

Le chant des couleurs

(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)
(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)

Alberti disait, « un tableau est une fenêtre ouverte sur le monde« . Cette phrase, me vient en tête à chaque fois que je pense à un lieu qui m’inspire. Le lieu qui m’inspire le plus est un lieu qui n’existe pas. Il est imaginaire. C’est un endroit que j’aperçois lorsque je ferme les yeux et que mon esprit divague. C’est un ciel, une vaste entendue colorée. Un passage vers un autre univers. Par une succession de couleurs, le chemin se crée. La dominante orangée éveille en moi l’attraction. La teinte chaleureuse de cette peinture m’évoque un aspect rassurant et bienveillant. Seule la partie de droite est caractérisée par une température de couleurs différente. Peut-être ce vert symbolise-t-il une autre direction à suivre ? Nous indiquant ainsi que le chemin se propage, au delà du cadre, nous conduisant vers d’autres champs de couleurs. Tel le chant hypnotique des sirènes, le centre de la toile m’attire. Il offre comme un puits sans fond, une ouverture vers un lieu inconnu. Je tombe là, aspirée par ce flux de couleurs et me laisse envahir par les émotions qu’il m’apporte.

La peinture acrylique est le médium que j’ai utilisé pour réaliser cette toile. Divers outils m’ont permis d’étendre la peinture. A l’aide d’une éponge, j’ai constitué un fond uni, avant d’effectuer des mouvements circulaires, mélangeant ainsi les couleurs sur le support. Je change d’outil et choisis un pinceau avec lequel je répartis la peinture différemment. A chaque outil, sa gestuelle. Je tamponne, frotte, griffe la matière afin d’obtenir des volumes variés. Je laisse libre cours à mon ressenti. La couleur me guide et les formes se dessinent devant moi. Cette création, purement subjective, reflète cet « endroit », celui dans lequel mes émotions sont les plus fortes et où l’inspiration m’emporte. Il s’agit de ma « fenêtre ouverte sur le monde ».

 Chloé Hernandez