Archives par mot-clé : incendie

Combustion spontanée

 

(cc) Manon Harsigny (20/02/2014)
(cc) Manon Harsigny (20/02/2014)

À la manière de Len Lye grattant sa pellicule au siècle dernier, je m’aventure aujourd’hui dans la manipulation de photographies dématérialisées et leur applique en toute innocence un lot de filtres numériques hasardeux. L’acte reste semblable, je modifie l’image au gré de mes envies, ne me fiant à nul autre que mon instinct. C’est de l’expression spontanée, de la photographie expérimentale. En m’efforçant de ne rien calculer, je commence par modifier les échelles de ces trois photos – publiées dans mes précédents billets -. Pour la première (échec et mat), je ne souhaite que garder l’arrière-plan, je zoome donc sur les arches et oublie l’homme qui focalisait le regard au centre de l’image. Pour la deuxième photo (entrez !), j’essaie plusieurs cadrages puis m’arrête sur le bas de la porte, j’aime les perspectives et les lignes que la lumière souligne. Pour la troisième photo enfin (sur la route), je reste sur l’échelle de base et constate en superposant les trois que les lignes s’agencent harmonieusement. S’ensuit une série de filtres que j’applique et annule suivant les rendus satisfaisant plus ou moins ma vue. Le filtre découpage de Photoshop donne un aspect de ruines délabrées à l’architecture de la première image, j’approche de quelque chose mais quoi? En augmentant la saturation de la troisième photo, je progresse encore mais l’issue reste incertaine. Je trafique la seconde photo sans bien savoir quel filtre j’applique puis mon travail se précise. Je pose un dernier filtre Noir/Blanc puis ajoute une texture de grain photo et m’y voilà ! Je ne peux plus toucher. C’est ce vers quoi je tendais sans trop le savoir, un mix de mes trois photographies aux allures de négatif brûlé.

Le résultat semble être le produit d’un développement argentique raté, une photographie brulée par l’acide, un négatif retrouvé dans les cendres d’un vieil incendie. J’aime ce rendu, il m’interpelle, me saisit, m’angoisse même un peu. Les histoires se bousculent dans mon esprit, tentant d’expliquer l’existence de cette photographie dont je suis pourtant l’unique créatrice. Ce qui me séduit particulièrement dans cette image trompeuse, c’est qu’elle évoque le travail de la matière photographique alors qu’elle n’est issue que d’un trucage numérique. Je la nomme ainsi « combustion spontanée » en écho à l’acte impulsif de modification de l’image et à son rendu final, illusoire.

Manon H.