Archives par mot-clé : île

Solitude exotique

(cc) Elodie Chalumeau (24/11/2013)
(cc) Élodie Chalumeau (24/11/2013)

Adolescents, nous avons souvent des envies d’évasion. Au collège, lorsque j’étais fatiguée des cours de math, d’histoire ou de français, et que mon esprit tentait une escapade, j’attrapais un crayon pour me mettre à griffonner. Sur ma feuille blanche apparaissait alors un dessin, assez régulièrement le même. La mention d’un lieu qui m’inspire me ramène naturellement à ce dessin. Il prend à nouveau forme, instinctivement, sous la mine de mon crayon. Rêve de voyage, envie d’aventure, résultat de la lecture de trop de romans peut-être, résidu de films vus à la télé, expression d’une certaine solitude également, d’un appel à l’aide, d’un besoin d’isolement… Cette esquisse est l’image des peurs et des désirs d’une jeune fille âgée de 15 ans.

Crayonné comme un simple croquis, représentant vaguement une réalité dont il est permis de douter, ce dessin n’est achevé que par des nuances de gris, afin de conserver sa simplicité. L’esprit de celui qui l’observe a ainsi la possibilité d’y voir les couleurs qu’il souhaite, selon sa propre imagination. Deux palmiers au soleil, une cabane et quelques arbustes. Un bateau à l’horizon, d’où une barque semble avoir été lancée en exploration. Une personne a allumé le feu que l’on entre-aperçoit derrière les arbres, mais n’est pas présente à l’image, on soupçonne qu’elle est perdue quelque-part dans le paysage. Les ombres de prédateurs fendent la surface de l’eau.

Vue plongeante sur une île d’exil, paradisiaque mais dangereuse. Image d’une solitude exotique sur le point d’être rompue, rattrapée par l’humanité…

Élodie Chalumeau

Bastia

(cc) 23/11/2013 - Julie T.
(cc) Julie T. (23/11/2013)

Bastia. Une petite ville de Corse. Les façades colorées du Vieux-Port m’inspirent. Rose, vert, bleu, orangé, autant de couleurs qui composent ce paysage. Les montages surplombent la cité. Des ruelles où l’on aime se balader sous un ciel bleu, au bord de l’eau, près des voiliers et des barques. Après avoir voyagé sur l’Île de Beauté à sept reprises, c’est tout naturellement que j’ai songé à un paysage Corse pour réaliser ce billet. Ce peut être un dessin-souvenir, des sensations ressenties, comme une chaleur envahissante qui vous saisit. Dessiner cet endroit m’a rappelé combien l’île et ses paysages magnifiques, baignés de mer et de montagnes, me manquent. C’est donc avec un brin de nostalgie que j’ai réalisé ce croquis. C’est la sensation que j’ai en écrivant, juste après avoir fait le dessin, à chaud.

D’après une photographie, j’ai tracé les contours du dessin au crayon à papier. Puis j’ai ajouté de la couleur aux pastels. Des pastels retrouvés au fond de caisses d’affaires diverses, rangées dans un coin, dans le chalet du jardin. Les couleurs sont volontairement exagérées pour donner un style vigoureux à cette représentation. Il est composé de nombreuses formes géométriques, liées à l’architecture des bâtiments. J’ai réalisé ce dessin d’un seul élan, environ deux heures, sans interruption, pendant lesquelles j’ai sali mes doigts et mon bureau de noir. Ce dessin me fait penser à une utopie, de par ses couleurs accentuées, ainsi que par l’absence de promeneurs. Un endroit où aimerait être, installé à la terrasse d’un café, sirotant une boisson.

Julie T.