Archives par mot-clé : hasard

No Found

(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET
(cc) Julie Torchet (16/10/2014)

Cette photo n’était pas celle prévue. Mais avant de dire pourquoi, il faut savoir une chose quand je me balade sans mon appareil je vois des photos partout et quand je prends mon appareil les photos me fuient ! Non je ne suis pas folle et j’en ai une preuve. Photo en extérieur et collective, mon esprit s’égare et un fait banal me revient en tête : la queue d’étudiants qui attendent 30 à 45 min pour aller manger au RU ! C’est une attente que je n’ai jamais supportée et je l’évite toujours ! Je suis pourtant une habituée des chocolats du Vera Cruz. Je décide de prendre cette photo aujourd’hui, j’ai tellement de choses à faire que je veux faire cette photo rapidement. J’avais même le titre : le mangeoire. Mais voilà j’arrive un peu avant 12h30, l’heure fatidique de la cohue et oh surprise le Vera Cruz est fermé ! On est pourtant jeudi. Quand je vous dis que les photos me fuient quand j’ai mon appareil avec moi ! Je ne me laisse pas abattre et sors à la pause de 16h avec mon appareil en me disant que prendre la sortie H telle une bouche qui s’ouvre et laisse sortir un flot d’élèves pourrait être intéressant. Là encore l’université me paraît si vide, la photo ne reflète rien.

On se détend entre amies, elles ont faim, elles rêvent de Kinder bueno. Et là de l’autre côté de la place arrive un homme vêtu de blanc offrant à qui veux des Kinder Mini, coup de pub parfaitement timé. Il attire les étudiants qui passent comme un pot de miel attire les abeilles. Je traverse la place pour prendre ce mouvement et là le voilà qui traverse cette même place dans l’autre sens. Je sens encore la photo fuir, j’en ris, je commence à avoir l’habitude. Le vendeur s’arrête devant les filles. Je n’ai pas le temps de trop refaire les réglages. Le diaph est de 5, les ISO de 200 mais ce n’est pas assez, l’appareil que j’ai laissé en mode Av décide de lui-même de modifier la vitesse à 1/250. Je mitraille, le numérique a cette magie. J’aime être avec le sujet. Je resserre, la focale est non loin de 100 mm. Je veux être avec eux mais je ne peux prendre le temps de me rapprocher.

Je mitraille, les gens passent et s’arrêtent. Quand l’enthousiasme des filles à côté de moi s’arrête, la scène se vide de son éclat. Mais je l’ai vu dans le viseur, la photo qui reflétait ce moment. Elle ne vient pas des visages mâchonnant les kinders gratuits. Elle vient du slogan brodé sur la doudoune du vendeur et du sourire blanc qui éclaire le visage de ce garçon sombre. On sent le partage, on sent le plaisir. La photo est légèrement surexposée mais au final cela rend plus probant le petit bonheur éphémère qu’apporte le vendeur. Ce n’était pas la photo prévue, c’est une photo de l’instant. Peut-être est-ce ça, arrêter de chercher la photo pour prendre celle qui arrive.

Julie T.