Archives par mot-clé : guitare

Tiens le coup, maîtresse !

 

Ah ! Quelle fabuleuse profession que celle d’instituteur ! Des enfants partout, à longueur de journée, qui braillent, jacassent, se tirent la couette et se cassent les dents de lait…  Non, plus sérieusement, je veux bien qu’il s’agisse d’un boulot plutôt sécuritaire et qu’il y ait les vacances scolaires mais comment ne pas devenir fou ? Ne serait-ce qu’une fois…   Je sais de quoi je parle : beaucoup de membres de ma famille ont endossé ce rôle d’ « é-dictateur », faisant régner leurs  lois à coups de dictées et de règle sur les doigts… Mais bien souvent ce sont les enfants qui dictent leurs propres règles.  N’ayant pas su suivre les conseils de Machiavel à la lettre, ils finissaient par se taper la tête sur des piles de copies à corriger, à un tel point que la mention « pas trop mal »  restait marquée sur leurs fronts. Mais pourtant si, ils avaient mal…  C’est pour ça que je n’ai pas voulu suivre leurs traces, non pas qu’avoir écrit « zéro » sur la tête m’effraie,  ou que je ne souhaite pas devenir un héros de la craie, mais un tel boulot me rendrait clairement barjo…                                                              À en croire par cette femme…

Ce ne sont pas les propos des enfants, bien qu’ils soient hilarants, mais plutôt ceux de la maîtresse qui m’ont intéressé ici. Il m’a alors paru drôle de la rendre folle, comme si elle n’en pouvait plus de répéter chaque jour la même chose. J’ai commencé par créer une musique pour accompagner son récit, une musique progressive et désordonnée, terminant par le criaillement d’une guitare distordue (par un effet ajouté, car il s’agit en fait d’une simple guitare acoustique…).  La rythmique a été réalisée à l’aide d’un logiciel, FL studio, sur lequel j’ai sélectionné les différents sons de caisse claire, tome et timbale qui m’intéressaient, unifiés par la suite pour obtenir une batterie électronique. Puis, je suis allé piocher parmi les pistes  enregistrées par l’institutrice en ne retenant que les morceaux sur lesquels elle évoque un certain mécontentement afin d’appuyer sa lassitude. Son discours est progressif : elle commence par parler du sujet du jour pour ensuite les interroger. Elle leur indique qu’ils se doivent de lever la main puis elle se plaint de sans cesse avoir à répéter les mêmes choses. Elle aimerait aussi que ses élèves cessent de tourner autour du pot puis finit par leur dire qu’ils sont, de toute façon, tous pareils. Elle plonge dans la folie alors que ceux-ci semblent ne pas s’en préoccuper. Ils rient.  Jusqu’à ce que la sonnerie vienne sauver notre pauvre institutrice…

 

Tristan Leyri

 

 

 

 

 

 

N’oubliez jamais

N'oubliez jamais (cc) Vincent Duquennoy (08/12/2013)
(cc) Vincent Duquennoy (08/12/2013)

A travers le titre inspiré d’une chanson de Joe Cocker, traitant de nos origines, cette photo a pour but de porter un regard sur l’année qui vient de s’écouler. Car cette dernière fut particulièrement émouvante : des proches que j’appréciais ont disparu dans un laps de temps très court. Il n’a pas été évident de faire leurs deuils, du fait que l’année étudiante fut également difficile à gérer. Si la scène reflète du pessimisme, elle se veut tournée vers l’avenir, d’où le regard que je porte vers l’extérieur de la pièce. Toutefois, il ne faut jamais oublier les gens auxquels on tient, et honorer leurs mémoires comme il se doit, à travers nos actes.

Ce cliché a été pris dans mon studio, avec le visage éclairé par la lumière du jour, afin de bien le distinguer, contrairement à l’écran. Le plan moyen, avec un contre-jour, ainsi que les lunettes noires symbolisant le deuil, sont là pour illustrer l’aspect sombre de cette période que je souhaite désormais laisser derrière moi. Au premier plan, on retrouve l’ordinateur avec un fond d’écran illustré de drapeaux. Ces derniers représentent les personnes citées précédemment, de manière pudique, à travers leurs origines, me rappelant d’ailleurs les miennes : l’aigle du  Frioul en Italie, le lion d’Aquitaine et le drapeau basque. Les couleurs vives permettent de mettre en évidence l’importance des disparus dans mon souvenir. Je suis moi-même en arrière-plan tenant la guitare, car la musique m’a aidé à surmonter ces épreuves durant cette période. La pratique d’un instrument et le chant m’ont permis d’extérioriser des émotions que les mots n’auraient suffi à exprimer.

Vincent DUQUENNOY