Archives par mot-clé : gros plan

« Satisfaction garantie » – séquence 20

« Ils avaient fait leur entrée, en groupe, avec un tel luxe d’urbanité… la meute se préparant à la curée… avec leurs yeux scrutateurs auxquels rien n’échappait. Ils avaient vu. Sinon pourquoi Gladys aurait-elle réclamé Larry de sa voix la plus désinvolte ? Et Claire, piquée au vif, d’adopter une attitude de défi que le désespoir rendait encore plus arrogante.
Oui, il est absent. Il sera de retour demain, je suppose. Non, je ne me suis pas ennuyée seule. Pas le moins du monde. Au contraire, j’ai vécu des instants passionnants. Et de leur rire au nez. Pourquoi pas ? Que pourraient-ils faire ? Larry comprendrait le fin mot de l’histoire, si jamais elle venait à ses oreilles. Il saurait que penser de ce qu’ils avaient cru voir.
Mais ils n’avaient aucune envie de rire.
Elle en lut la raison dans les yeux pleins de fureur de Gladys Clafern, dans sa conversation étincelante mais qui sonnait faux, dans son désir de prendre congé de bonne heure. »

Gabriel Feuvrier [23/03/14]
(cc) Gabriel Feuvrier (23/03/2014)
Gabriel Feuvrier [21/03/14]
(cc) Gabriel Feuvrier (23/03/2014)

Le storyboard de la séquence 20 tient compte du peu d’informations présentes dans ce passage et donc de la difficulté de le traduire en images. Le brouillon que j’avais fait contenait 15 plans et procédait d’une certaine interprétation du texte. Après avoir ouvert à ses « amis », Claire s’excuse et va dans la salle de bain, afin de se rafraîchir et de noyer ses doutes. Les ont-ils vraiment surpris, elle et Tony le robot, alors qu’ils allaient s’embrasser ? Elle rejoint ensuite le salon et s’en suit un échange entre elle et Gladys, dialogue que je retranscrit ici d’une manière davantage cinématographique :

GLADYS : Larry n’est pas là ?

CLAIRE : Non. Il est absent.

GLADYS : Quand revient-il ?

CLAIRE : Je ne sais pas. Demain, je suppose.

GLADYS : Ah. Bien. Ce n’était pas trop difficile d’être toute seule ?

CLAIRE : Pas le moins du monde. Au contraire, j’ai vécu des instants passionnants… Tu sais, je n’ai pas besoin de lui pour m’amuser.

Les plans que je propose dans ce storyboard sont très symétriques, presque mécaniques, un peu à la manière d’un robot. Dès lors, je trouvais intéressant d’imaginer une réalisation très carrée, tout en lignes verticales et horizontales lors des déplacements des personnages. De même, l’opposition entre Gladys et Claire est marquée par le traitement de face de leur échange. Ainsi, le champ et le contre-champ s’opposent de façon symétrique. Claire est à gauche, Gladys à droite. Enfin, pour le dernier plan, j’ai choisi d’interpréter littéralement la phrase « Elle en lut la raison dans les yeux pleins de fureur de Gladys Clafern » en projetant dans l’œil de Gladys la fin de la séquence 19 de son point de vue, comme un flash-back. Voir l’œil de Gladys nous permet de rester dans un présent diégétique tandis que le flash-back nous ramène dans un passé proche, tout en nous offrant un point de vue différent. Rétrécir la pupille (et non pas dilater comme j’ai pu l’indiquer par erreur sur mon storyboard) permet de souligner l’étonnement de Gladys.

Ces plans se s’enchainent pas. Il leur faut des intermédiaires, notamment entre les plans 2 et 3. En effet, on ne voit pas les invités de Claire entrer dans la maison. J’ai dessiné les plans que j’estimais être les plus intéressants et importants. Les deux premiers plans ne sont pas vraiment présents dans le texte. En réalité, il s’agit d’une interprétation des émotions de Claire. J’ai voulu renforcer sa crainte d’avoir été découverte en assombrissant, voir en plongeant dans le noir, l’intégralité du cadre, elle exceptée, comme lorsqu’on se relève trop vite et que notre vue s’obscurcit temporairement. Je pense que le texte aurait mérité un paragraphe supplémentaire pour tous les questionnements et inquiétudes de Claire. Toutefois, il ne s’agit que d’une piste interprétative, traduisant une volonté de renforcer l’attention du spectateur sur les émotions de Claire.

Gabriel Feuvrier