Archives par mot-clé : gare

Advienne que pourra

(cc) Sultana Manon 27/01/2015
(cc) Sultana Manon 27/01/2015

 

Je ne connaissais pas vraiment ce qu’était le cinéma expérimental avant le visionnage du documentaire de Pip Chodorov. J’ai regardé mes trois photographies à la suite pour voir ce que je pouvais en faire. J’ai ouvert Photoshop pour poser mes trois photos les unes sur les autres. Puis j’ai testé plusieurs effets, filtres, couleurs etc. Je souhaitais que la photographie des deux amoureux à la gare soit en fond afin de pouvoir les mettre en avant. Puis j’ai grossi et positionné la photographie où je suis en « lévitation » afin qu’elle prenne tout le cadre. J’ai utilisé un filtre de pixellisation afin de grossir les pixels. Puis j’ai posé ma dernière photographie et je l’ai encore grossi afin que les lunettes apparaissent au milieu du cadre. J’ai rajouté un effet sur cette dernière de manière aléatoire et j’ai décidé de m’arrêter là.

Une fois ce dernier effet rajouté j’ai trouvé la combinaison assez signifiante. Un des verres de lunettes se retrouve sur les deux amoureux qui s’embrassent. L’autre se retrouve sur le train qui arrive sur le quai de la gare. Ma position de lévitation se confond avec la gare et rentre dans les formes en négatif. Il y a donc plusieurs cadres dans le cadre. Tout en bas à gauche on peut distinguer les billets de train qui se confondent avec les personnes qui attendent de monter dans le train. En bas à droite on peut voir le début du mot correspondance qui s’incruste dans le mur. Je me suis arrêté là car je trouve que la combinaison de tous les éléments signifient ensemble. Les cadres dans le cadre, les mots, les formes incrustés, les couleurs toutes assez ternes et la petite lueur de lumière rajouté au dessus des amoureux donnent une âme commune a toutes les photographies prisent depuis le début de l’année. Cette photographie, en quelque sorte finale, m’évoque tous les sentiments que j’ai pu mettre dans chacune des photographies. Un sentiment de départ, de voyage, de changement, d’au-revoir, de poésie, de tristesse, de souvenirs, de rires, etc. Tout ce que je voulais photographier se retrouve dans cette mosaïque de mouvements des sentiments.

Manon Sultana

Quai des adieux

Manon Sultana (c) 2015
Manon Sultana (c) 2015

Ecrire l’histoire qui se passe avant la photographie, une grande première. Par contre, les adieux à la gare je connais. Ma photographie montre deux inconnus amoureux se disant au-revoir sur le quai de la gare. Ce moment là me rappelle Les parapluies de Cherbourg et la poésie. Alors j’ai essayé d’écrire un texte racontant l’histoire des deux amoureux mais sans succès. Alors j’ai cherché le synopsis du film Les parapluies de Cherbourg et j’en ai modifié le texte. A la fin j’ai rajouté une prise de son directe du lien entre ce film et ma photo: deux amants se disant au revoir sur le quai de la gare comme pour Geneviève et Guy à Cherbourg. Le lien texte et son me parait poétique, ce qui me touche. Alors je me décide a m’enregistrer en lisant le texte. Je pose cette bande son sur Reaper et je télécharge des bruitages de personnes dans une gare, d’annonce SNCF, la chanson des parapluies de Cherbourg, d’un sifflement de train etc. La musique commence par une annonce SNCF de départ de train retenti, avec en fond des bruits de pas de passants. Puis je voulais que la musique des Parapluies parte en même temps que la lecture du texte, mais doucement. La fin du texte est coupé par un sifflement de train puis par l’annonce finale du départ du train. Je trouve que cette musique est adaptée à la photographie des deux amoureux qui s’embrassent peut être pour la dernière fois pour un temps inconnu de tous. C’est un moment hors du temps entre deux personnes qui se quittent. 

 

En quête de repères

cc Clémentine Le Roy (20/10/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (20/10/2014)

Se glisser dans la peau d’un reporter photo le temps de trouver une image. L’image. Direction la gare Saint Jean. Je n’ai voulu aller que là-bas: j’adore les gares, les trains. Ce sont des lieux de passage, jamais des destinations en soi. La gare est un lieu romanesque, chargé émotionnellement pour quiconque a la curiosité de regarder autour de lui: des gens s’y séparent, s’y retrouvent, prennent un nouveau départ, des vies basculent quand d’autres suivent tranquillement leurs cours. Le commun et l’extraordinaire qui se côtoient quotidiennement dans un même lieu. La marque indélébile laissée par les Parapluies de Cherbourg est bien là…

Je me promène à l’affût d’un Guy et d’une Geneviève. La gare est bien calme ce lundi soir. Je m’habitue peu à peu à l’appareil que je porte autour du cou, un bridge qui n’offre, à mon grand désarroi, que très peu de profondeur de champ et de texture à l’image. Sur le quai d’en face, un convoi transportant des voitures démarre. Devant, quatre jeunes agents. Je fais quatre clichés. Le tout manque cruellement de sens. Le train pour Paris Montparnasse est annoncé dans une vingtaine de minutes. Sur le quai, des gens se pressent déjà. Je sens que je vais trouver quelque chose de consistant. Je cherche précisément des couples susceptibles de m’offrir l’adieu déchirant que je fantasme silencieusement derrière mon appareil. J’attends tranquillement adossée à un poteau quand une femme et deux enfants s’arrêtent devant moi: lourdement chargés, l’air fatigué, ils ne savent pas de quel côté du quai ils doivent aller. Je les vois qui regardent avec insistance dans ma direction. Je m’écarte pour les laisser passer et je me place derrière eux.

Ce que je vois me plaît, je tiens ma photo. La lumière jaune de la gare, le panneau de travers, le gros poteau moche à droite: c’est très loin de ce que je voulais trouver, mais il se dégage de cette image quelque chose qui me parle et donne une autre résonance à ma vision des choses. Cette mère et ses deux fils perdus m’ont touché. Côte à côte, ils font front en regardant dans des directions opposées. Ils sont en quête de repères pour pouvoir partir. Ce soir là à la gare, je n’ai pas trouvé de couples de cinéma, mais j’ai trouvé une belle famille.

Clémentine Le Roy

Madame la gare et ses aurevoirs

Billet 1
(cc) Manon Sultana (19/10/2014)

Dimanche 19 octobre 2014, environ 19h. J’aime les gares, elles ont du charme. Il s’y passe tellement de choses: des retrouvailles douloureuses, joyeuses, des rencontres inattendues, inespérées, des laissés-pour-compte sur les quais, des gens tristes sur la place 12, voiture 6. C’est un lieu parmi d’autres où on se dit au revoir, adieu, à bientôt. Un regard, un sourire et hop le train démarre. Pour l’avoir vécu et écrit dessus, je voulais capturer des adieux à la gare. Tout comme l’aurevoir déchirant de Geneviève et de Guy dans Les parapluies de Cherbourg. Tellement d’aurevoirs différents et plus ou moins longs mais si marquants. Une photo volée, un instant de transition, un départ.

Je savais que je voulais une photo d’amants à la gare. Je me suis dit qu’un dimanche vers 19h, après un weekend bien chargé, ils seraient là. Et oui, ils attendent les aurevoirs et je les attends. Dès que je rentre dans la gare je vois un train pour Tours arriver, et c’est le moment. Alors je prends l’appareil photo et je les mitraille. Je ne suis pas très discrète, des passants me remarquent mais eux non, ils sont bien trop occupés et je les comprends. J’attends que le train parte et je baisse les bras, comme la jeune femme qui le laisse partir. Je viens d’être témoin d’une scène quotidienne de gare, il y en a eu tant des histoires si singulières et pourtant ordinaires pour madame la gare. Elle s’en remettra, mais eux ?

Je voulais cette photo et grâce à eux je l’ai eue. Mais un train avant, un train après et le résultat aurait été différent. J’ai regardé toutes les photos et celle-ci me plaît. Il y a le mouvement du train qui arrive, et des futurs passagers autour. Tout le monde est en attente, mais pas eux. Ils profitent du moment, des derniers instants sous le grand toit de la gare. Comme si le toit de tuiles couvrait les amants et que le bleu de la sortie leur faisait se souvenir qu’il faut partir. Le mouvement de ceux qui partent, du train et des autres voyageurs fait contraste avec les amants et la gare qui elle reste et s’imprègne de ses visiteurs passagers. J’ai entendu une phrase quelque part, qui me fait penser à ce que les deux amants doivent se dire a ce moment-là : « C’est pas beau de manquer ».

Manon SULTANA

Le pays silencieux

Une gare, c’est le bordel de la ferraille, de l’électronique, du bruit, des gens, des sons stridents. Toutes ces choses là s’y retrouvent pour former une cacophonie grinçante, aussi insupportable que… Il n’y a pas plus insupportable en réalité. Il faut l’aimer, la gare. Ce n’est pas facile. Il faut l’avoir pris des centaines de fois pour la haïr, cette gare. Il faut la découvrir le matin, tôt, lorsque personne ne l’ouvre parce que personne n’est réveillé. Il faut la retrouver le soir, tard, lorsque tout le monde se tait parce que tout le monde est fatigué de sa journée. C’est à cet instant, à ce moment figé où le passé n’existe plus et l’avenir pas encore, qu’il faut y venir, dans cette gare. La Voix s’y terre, permanente et fidèle. Elle vient accompagner par son chant le va et vient des monstres de fer, qui vont se faire leur petit rail quotidien… Dans cet habituel bazar sonore, on finit par tout oublier, par ne plus rien entendre. Tout devient si normal que plus personne ne parle, plus personne n’entend. Une gare a sa frontière, que l’on franchit toujours pour une raison. C’est un pays silencieux.

J’avais un enregistreur pour cet exercice. Je l’ai tenu en main tout au long de la captation. Contrairement à ce que je pensais, moi qui suis un habitué des trains depuis des années, il y avait très peu de bruit. Le gain était pourtant élevé. Il aurait pu l’être plus, mais c’était prendre le risque que l’on n’entende plus que le contact de ma main tremblante contre l’enregistreur. Je me suis promené avec ma valise.  Malgré moi, j’étais le seul acteur actif de ce paysage. J’ai très peu modifié la réalité de ce que je percevais. S’il fallait avouer une chose, je dirais simplement avoir rajouter le passage d’un train pour dynamiser mon paysage sonore.  Dans cette gare, aucun train ne passe. Ils ne font qu’arriver ou repartir.

Gabriel Feuvrier