Archives par mot-clé : futuriste

Croisée des chemins

Sarah Vasseur (21/02/2014)
Sarah Vasseur (21/02/2014)

C’est principalement en essayant des filtres et des formes diverses que j’ai obtenu ce résultat. Ne connaissant pas vraiment le logiciel Photoshop, j’ai profité des cours avec Joëlle pour m’amuser et découvrir certaines possibilités.

Bulles d’eau qui remontent. Vie. Mouvement. Dans un monde industriel, électrique. Transparence des démons et mouvements ostentatoires. Traversée du désert froid et lumière plus intense. La peur n’est qu’un miroir des faces cachées de notre être qui ont besoin d’être regardées. Cercles. Perfection et continuité, infinie spiritualité. Microcosmes dansants, coeurs étincelants.

“Satisfaction garantie” – séquence 16

Une seule fois, elle tenta de lui apporter son assistance et sa bonne volonté. Il s’affairait dans la chambre voisine, et elle accrochait un tableau au point marqué par le coup d’œil d’une infaillibilité mathématique de Tony. Sur le mur, le trait minuscule; à ses pieds, le tableau; en elle le remords de son oisiveté. Mais elle était nerveuse… Ou bien l’escabeau était-il branlant? Elle le sentit se dérober sous elle et poussa un cri de frayeur. L’escabeau s’écroula sans l’entrainer dans sa chute, car Tony, avec une célérité inimaginable pour un être de chair et de sang, la reçut dans ses bras. Ses yeux calmes et sombres n’exprimaient rien et sa voix chaleureuse ne prononça que des mots :

– Vous n’avez pas de mal, madame Belmont?

3   “Satisfaction garantie” – séquence 16. (cc) Tristan Leyri (16/02/14)

Sur toute la séquence qu’il m’a été amené à story-boarder, j’ai choisi de représenter un court instant, une action précise : celle où notre robot rattrape Claire Belmont dans sa chute, alors qu’elle tentait d’accrocher un tableau au mur. Cela permet d’enchaîner trois plans consécutifs telle que les prises de vue de la caméra seraient montées à l’écran. Ainsi, si cette scène était à réaliser, nous aurions déjà une première idée des placements de caméra nécessaires, ainsi que des décors, des acteurs et de l’ambiance générale.

J’ai d’abord réalisé les vignettes au crayon à papier sur trois feuilles séparées. J’ai ensuite démarqué les traits au stylo noir et rapidement colorisé le tout à l’aquarelle. Le résultat à été retravaillé sur Photoshop Lightroom, afin de rendre un aspect final plus stylisé, à la fois délavé et étrange, presque futuriste.

Tristan Leyri.