Archives par mot-clé : frère

Experiment!

Pour ce deuxième billet son, l’idée ne m’est venue  que très tard. Ce n’est que la veille du rendu que j’ai enfin pensé à un concept intéressant. Seul problème, je n’avais plus beaucoup de temps… Je comptais raconter l’histoire d’une expérience: deux personnes, moi et mon frère, seraient confrontées à la routine du dimanche soir de notre enfance. Elles consistaient en une plâtrée de pâte, (que je n’ai pas insérée dans mon billet son) mangée devant l’émission « ca cartoon ». J’ai dû enregistrer moi-même beaucoup de son que je ne trouvais pas sur les sites gratuits Je me suis donc plus confrontée aux problèmes de prise de son, du terrain que pour mon premier billet. Cependant, les bruits issus de banque de son sont toujours présents dans mon travail. Je souhaitais rendre compte de la réalité de la situation tout en insérant des sons dont il est difficile d’établir la source. En effet, nous pouvons entendre des interférence de radio de guerre (son repris de mon premier billet), des grincements étranges. Le mobilier que nous entendons vers la fin de la séquence peut interroger de par le fait qu’il est en intérieur, et qu’il n’a rien à voir avec la situation initiale. L’expérience se transforme en quelque chose qu’il est très difficile à comprendre. Comme si l’expérience n’avait été qu’un rêve ou un cauchemar. La fin de mon billet son consisterait en un mélange psychique, une sorte de son subliminal.

Camille Nivat

Portrait de famille

Ce weekend , je devais réaliser mon billet photographique sur mes proches, ça tombait à pic : mon grand frère venait passer le weekend à Bordeaux afin de découvrir ma « nouvelle vie ».  Le dimanche après-midi , peu de temps avant qu’il prenne son train,  nous étions dans un bar. J’ai alors décidé de le photographier dans un miroir car pour moi l’image qu’il me renvoie de moi est plus importante que celle que me renvoie les autres. En effet, on est très fusionnel et il paraît que physiquement c’est le même que moi avec de la barbe en plus bien sur !

Premièrement, la décoration de ce bar était très intéressante. Il y avait plusieurs miroirs dont deux qui se faisaient face disposés dans un coin de la pièce. J’ai dans un premier temps essayé de prendre la photographie dans un des deux miroirs qui nous montrait la scène que l’autre miroir reflétait. Mais cela ne me plaisait pas, le miroir n’était pas net et ça faisait une photographie tachetée. Alors j’ai préféré prendre la situation en direct. Le miroir nous montre un autre champ de la situation, et révèle surtout le visage de mon frère ainsi que le barman en second plan scène qu’on n’aurait pas vue s’ il n’y avait pas eu le miroir. C’est ce que je trouvais intéressant dans cette photographie.

Lorsque j’ai regardé la photo, j’ai aperçu le barman dans le reflet du miroir qui faisait sa sieste sur une table haute au fond du bar. C’est le détail que je n’avais pas prévu lorsque j’ai pris ma photographie. Au début, mon intention était que mon frère soit le seul dans le champ de vision de mon appareil photo. Mais le fait que le barman soit là, ne me déplait pas. C’est cet homme qui m’a laissé entière liberté pour prendre cette photo .

Xila

Petit Frère

cc Delphine Delumeau
(cc) Delphine Delumeau (16/11/2014)

Ce weekend là, j’étais rentrée chez moi à Angers, dans ma maison familiale. Je souhaitais thématiser mon billet sur la famille. Tout au long de ce weekend j’ai pris plusieurs photos de l’intérieur de ma maison et aussi des objets symboliques comme des cadres photos de ma famille. J’ai finalement demandé à mon frère s’il était d’accord de poser avec moi et il a accepté. Pour moi la famille c’est très important, je suis très proche de ma  soeur et de mon frère. Il me paraissait donc naturel de traiter ce sujet sur l’amour fraternel.

 Pour faire cette photo j’ai utilisé le retardateur, je n’avais donc pas le total contrôle de mon appareil. N’ayant pas de trépied, j’ai posé mon appareil sur ma commode. J’ai cadré de façon à ce que les sujets apparaissent en entier sur la photo, afin que l’on s’intéresse beaucoup moins au décor. J’ai ensuite pris la liberté de modifier ma photo en la passant en noir et blanc. Cela permet de créer davantage de contrastes et le rendu en noir et blanc est bien plus esthétique que la photo originale en couleur.

 A travers cette photo, je voulais illustrer notre complicité, car avec mon frère nous avons une relation très fusionnelle. Dans cette photo il y a bien une idée de fusion, car nos deux corps se mélangent et ne font presque plus qu’un. Nous apercevons seulement une tête, deux mains et deux bras. En effet mon bras au dessus apparaît comme la continuité du bras de mon frère. Le lieu dans lequel a été prise la photo est un environnement très personnel puisqu’il s’agit de ma chambre d’enfant. Aujourd’hui mon frère fait une tête de plus que moi, il grandit si vite que j’ai l’impression que le temps m’échappe. Et maintenant que j’ai quitté le nid familial, je ne peux plus avoir un œil sur lui. Cependant quand nous nous retrouvons nous sommes toujours aussi complice.

Delphine Delumeau