Archives par mot-clé : folie

Evasion

(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)
(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)

C’est à tâtons que j’ai essayé d’imbriquer mes trois photographies. Ma première idée était d’appliquer le mouvement circulaire de l’une d’elles aux trois autres. J’ai commencé par les importer sur Gimp comme des calques. Cela m’a paru évident que celle des embouteillages servirait de support aux deux autres. Je l’ai rognée puis retouchée avec un filtre artistique « photocopie ». Je l’ai légèrement déformée avec l’outil « courber ». J’ai décidé d’appliquer un flou pour qu’elle ne contraste pas trop avec la dimension plus poétique de ma photo conceptuelle. Puis, pour celle plus intime, j’ai décidé de la transformer complètement et donc de lui appliquer une distorsion « Tourner spirale » ainsi que le même filtre artistique « photocopie ». Ainsi, elle servirait d’intermédiaire entre le fond (les voitures) et la forme du premier plan. Pour cette forme, j’ai sélectionné avec l’outil « baguette magique » les contours de l’oiseau imaginaire de ma photo conceptuelle, puis inverser la sélection et couper le fond. Enfin, j’ai fini par jouer avec les « teintes et saturation » des couleurs pour lui donner une teinte particulière de façon à ce que cette forme au premier plan se détache et sorte de l’image. J’ai « copier/coller » l’oiseau de manière à répéter la forme et à les superposer pour accentuer son importance par rapport au fond. J’ai fusionné les calques en jouant sur l’opacité de chacun. Et je me suis arrêtée là… La fusion des trois me paraissait enfin homogène. Comme si, naturellement, chacune avait pris sa place dans le cadre.

Entre des embouteillages et la silhouette de ma mère, il n’y a rien de plus terre à terre.  Alors en ces longs mois d’hiver, on a envie de prendre un peu de hauteur. Envie d’évasion… Et comme le dit si bien Oscar Wilde, « Les folies sont  les seules choses qu’on ne regrette jamais ». En un battement d’ailes, on s’extirpe de l’enfer du quotidien, de ce tourbillon de l’oppression, pour atteindre des sommets bien plus colorés. Comment refuser un peu de poésie dans la confusion du chaos ? Alors…Suivons l’oiseau !

Maelys Gosset

Tiens le coup, maîtresse !

 

Ah ! Quelle fabuleuse profession que celle d’instituteur ! Des enfants partout, à longueur de journée, qui braillent, jacassent, se tirent la couette et se cassent les dents de lait…  Non, plus sérieusement, je veux bien qu’il s’agisse d’un boulot plutôt sécuritaire et qu’il y ait les vacances scolaires mais comment ne pas devenir fou ? Ne serait-ce qu’une fois…   Je sais de quoi je parle : beaucoup de membres de ma famille ont endossé ce rôle d’ « é-dictateur », faisant régner leurs  lois à coups de dictées et de règle sur les doigts… Mais bien souvent ce sont les enfants qui dictent leurs propres règles.  N’ayant pas su suivre les conseils de Machiavel à la lettre, ils finissaient par se taper la tête sur des piles de copies à corriger, à un tel point que la mention « pas trop mal »  restait marquée sur leurs fronts. Mais pourtant si, ils avaient mal…  C’est pour ça que je n’ai pas voulu suivre leurs traces, non pas qu’avoir écrit « zéro » sur la tête m’effraie,  ou que je ne souhaite pas devenir un héros de la craie, mais un tel boulot me rendrait clairement barjo…                                                              À en croire par cette femme…

Ce ne sont pas les propos des enfants, bien qu’ils soient hilarants, mais plutôt ceux de la maîtresse qui m’ont intéressé ici. Il m’a alors paru drôle de la rendre folle, comme si elle n’en pouvait plus de répéter chaque jour la même chose. J’ai commencé par créer une musique pour accompagner son récit, une musique progressive et désordonnée, terminant par le criaillement d’une guitare distordue (par un effet ajouté, car il s’agit en fait d’une simple guitare acoustique…).  La rythmique a été réalisée à l’aide d’un logiciel, FL studio, sur lequel j’ai sélectionné les différents sons de caisse claire, tome et timbale qui m’intéressaient, unifiés par la suite pour obtenir une batterie électronique. Puis, je suis allé piocher parmi les pistes  enregistrées par l’institutrice en ne retenant que les morceaux sur lesquels elle évoque un certain mécontentement afin d’appuyer sa lassitude. Son discours est progressif : elle commence par parler du sujet du jour pour ensuite les interroger. Elle leur indique qu’ils se doivent de lever la main puis elle se plaint de sans cesse avoir à répéter les mêmes choses. Elle aimerait aussi que ses élèves cessent de tourner autour du pot puis finit par leur dire qu’ils sont, de toute façon, tous pareils. Elle plonge dans la folie alors que ceux-ci semblent ne pas s’en préoccuper. Ils rient.  Jusqu’à ce que la sonnerie vienne sauver notre pauvre institutrice…

 

Tristan Leyri