Archives par mot-clé : flamme

Transposition

(cc) Delphine Delumeau (27/01/2014)
(cc) Delphine Delumeau (27/01/2014)

Pour réaliser cette photographie j’ai utilisé le logiciel Photoshop. Tout d’abord, j’ai utilisé ma première photographie reportage comme arrière plan, puis je l’ai modifiée de façon à ce que les teintes soient légèrement rosées. J’ai détouré mes deux dernières photographies et je les ai importées après avoir modifiées également les teintes. Celle de mon deuxième billet, qui représente mon frère et moi même, est davantage contrastée. Pour la photographie de mon troisième billet, représentée par la bougie, j’ai gardé les teintes orangées et je l’ai légèrement rendu transparente.

La photographie de l’arrière plan a des teintes légèrement rosées pour faire référence à l’événement qu’elle représente, octobre rose. J’ai détouré les autres photographies dans le but de créer un ensemble de superpositions. J’ai contrasté et foncé davantage la photographie de mon deuxième billet car c’est celle que je préfère, je  souhaitais qu’elle soit  mise en valeur.  Nous pouvons donner du sens à cette composition, d’après mon interprétation, la foule à l’arrière plan tente d’écraser les deux personnages qui sont protégés, comme dans une bulle, grâce à la bougie.

 

Et la lumière fut

(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)
(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)

Pour ce projet de photographie conceptuelle, je souhaitais jouer avec la lumière et les reflets tout comme le travail du photographe Alain Fleischer. Dans son travail photographique, il a beaucoup utilisé les miroirs pour jouer sur les reflets. Pour mon billet, je souhaitais utiliser des matériaux différents et naturels. J’avais pour objectif de lier l’eau et le feu, deux éléments naturels contraires. L’eau est source de vie et le feu est envoûtant, son approche suscite la fascination et pourtant il est insaisissable.

Pour réaliser cette photographie j’ai donc versé de l’eau sur ma table et disposé ma bougie au centre de celle-ci. J’ai pris la photographie lors de la nuit tombée et j’ai éteint toute les lumières de mon appartement, afin d’avoir seulement la lumière qui provenait de la bougie. J’ai utilisé une faible focale et une vitesse d’obturation rapide afin que l’objet soit net. Pour prendre cette photographie je me suis positionnée très proche de l’objet et de façon à ce que le reflet de la bougie soit aussi visible que la bougie elle-même.

 Ce qui me plaît dans cette photographie, c’est la symétrie parfaite de la bougie et de son reflet, ainsi que la ligne rouge qui apparait entre les deux. Nous pouvons observer une prédominance de la flamme et de la lumière qu’elle renvoie, alors que l’eau n’est pas perceptible. En effet l’eau donne parfois une impression de faiblesse, alors qu’au contraire elle est forte. De tous les éléments terrestres, elle domine toujours, même le feu ne lui résiste pas, pourtant symbole de purification.

Une Nouvelle Nuit

J’avais cette chanson de Nina Simone qui me trottait dans la tête. Plus précisément, qui flottait. Je souhaitais qu’elle fasse flotter à son tour les images que je lui apposerais, suivant un rythme lancinant que soulignerait le procédé du montage. Ces deux séries de photos ont aidé à construire mes précédents billets, puis se sont vues reléguées au rang de simple brouillon. C’est un mélange mélancolique, ou le diaporama de la deuxième chance. Avec leurs formes semblables et toutes leurs différences, je voulais créer un film. Comment faire danser ces images immobiles ? Le montage m’a permis de leur conférer un mouvement artificiel, de leur apposer un rythme afin de les faire rentrer dans la trame du temps. Grâce aux effets de couleurs et de filtres, les matières se démultiplient, les contrastes se creusent, et une photo devient plus qu’une simple photo. Il ne me restait alors plus qu’à harmoniser le tout pour hisser cet enfilement d’images à la hauteur de la mélodie qui le berce.

Feu égal feu, mouvement égal danse, et la voix qui plane rythme le temps. C’est peut-être l’histoire d’une flamme qui monte, qui crépite, et consume avec elle une vie pleine de lumière. C’est l’histoire d’une jeune fille qui doit changer de peau, luttant contre le temps. C’est l’histoire de ses souvenirs. La flamme s’éteint, le cycle se termine, et la voix qui chante un nouvelle aurore souligne la triste ironie d’un destin déjà mort. Voix sans musique, image sans mouvement. C’est l’histoire d’un manque, un vide qui va trop vite. Sans air, la flamme s’asphyxie. La femme aussi.

Moyano Lucile

Poupée de cire, poupée de feu

(cc) Chloé Hernandez (11/02/2014)
(cc) Chloé Hernandez (11/02/2014)

En regardant le travail d’Alain Fleischer beaucoup d’interrogations me venaient en tête. La photographie conceptuelle gardait pour moi ses mystères. L’idée d’aborder la photographie sous cet angle m’inspirait et m’intriguait. Alain Fleischer utilisait des jouets dans quelques unes de ses œuvres, j’ai donc décidé de reprendre cet objet comme ligne conductrice entre nos travaux.  Mon choix se porta sur une ballerine, dont la possibilité des mouvements me semblait intéressante pour ma composition. J’imaginais le personnage les bras levés et la jambe jetée en arrière, de façon à jouer avec la géométrie des formes.  Concernant l’ambiance, le cadre dans lequel je souhaitais le placer, il me fallait une lumière douce et chaleureuse, presque intime. Quoi de mieux que des bougies ? Chandelles et chauffe-plat ont été placées en cercle autour de la danseuse. Je voulais jouer sur le temps de pause et profiter de l’effet de reproduction et de superposition que les flous de mouvements apportent, dans le but de susciter l’interrogation et amener un aspect mystérieux à la photographie.

Une fois mes éléments placés de façon assez géométrique sur mon support, j’ai installé mon reflex sur un trépied en plongé, plaçant le spectateur au dessus de la scène qui se déroule devant lui. L’unique source de lumière provenait de la lueur des bougies, pour garder cette volonté d’univers doux et préservé. Ma distance focale fixée à 55mm, j’ai basculé mon appareil en mode manuel, fermé au maximum mon diaphragme sur f/22 et réglé le temps de pause à trente secondes. Un temps véritablement long mais nécessaire pour la réalisation de mes envies. Toutes les dix secondes (ou presque), je me suis déplacée avec mon trépied et fait le tour de la table, jusqu’à que la photo se prenne. Les flous de mes mouvements donnaient une certaine allure à la lumière des bougies, qui se transformait en faisceaux lumineux, à la manière du light painting. Chaque changement d’angle de vue accentuait la multiplication des bougies mais aussi de la ballerine, qui apparaissait à différents endroits sur l’image. Cependant, la liaison des faisceaux lumineux semblait à force, créer trop de confusion à l’ensemble visuel. J’ai donc choisi, au lieu de déplacer l’appareil, de simplement faire pivoter l’axe horizontalement et de modifier le zoom pendant la prise de vue. Les rayons lumineux alors sont devenus plus ordonnés et géométriques. En modifiant les déplacements, l’image s’est structurée en accrochant le regard sur des lignes verticales et horizontales.

La photographie conceptuelle relève-t-elle toujours de la réflexion ? Pour ma part l’idée était là, mais je n’avais pas le résultat fini en tête. C’est en effectuant plusieurs clichés et modifiant mes intentions de départ que j’ai pu arriver à ce résultat. Les premières images reflétaient ma première pensée mais la confusion lumineuse commençait à nuire à la photographie. En choisissant de bouger l’angle de vue sans déplacer l’appareil, des mini espaces  géométriques se sont créées dans la photo. Une barrière de lumière, qui emprisonne la danseuse dans un espace limité de l’image. Le flou présent sur le bas de son corps lui donne un aspect fantomatique, telle une âme errante, suivant le chemin de lumière dessiné par les bougies.

Chloé Hernandez