Archives par mot-clé : featured

Les hautes lumières

(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)

Comme d’habitude, j’ai du mal à appréhender la démarche et à me lancer. Mais j’ai une idée de départ: imprimer puis découper en bandes mes trois précédentes photos, et enfin assembler les morceaux les uns après les autres dans le désordre. Je colle les bandes sur une grande feuille de papier canson, et trouve le tout un peu vide, fade. Il faut habiller un peu plus. Sans trop savoir ce que cela va donner, je commence à tapoter de la peinture noire autour de la frise avec un gros pinceau. L’effet me plaît, il fait ressortir les couleurs de la frise. Pas besoin d’en rajouter, je prends la photo et sur l’ordinateur je teste différentes modifications. Je veux dynamiser un peu la photo, je trouve l’ensemble trop terne. Par petites ou grosses touches, je change la saturation, la température de couleur, les reflets, les teintes, les contrastes et la luminosité. Je m’amuse un peu avec ce que j’ai sous la main, j’ai envie qu’on voit que c’est trafiqué. Je veux éviter que ce soit trop lisse, et donc tirer profit de l’épaisseur du papier canson pour faire ressortir la rugosité de la matière. Je m’arrête là, je sens que j’arrive à la limite du « trop ».

Je prends un malin plaisir à détruire, déconstruire, découper en tranches, déformer matériellement ce que j’ai fait et qui ne me plaît pas. A défigurer ce qu’il m’a été pénible de montrer. Altérer pour fausser: sous cette forme, les photos ne disent rien. On ne distingue pas grand chose et pourtant cela forme un tout. Je n’ai rien cherché de particulier, j’ai juste réalisé mes idées les unes après les autres, sans ardeur particulière. En revenant sur la photo terminée après quelques temps, je me suis rendue compte que j’avais été influencée par la chanson que j’écoutais lorsque j’étais en train de retoucher la photo, puisque j’ai immédiatement associé l’image à sa mélodie. Plus qu’une idée, je crois que j’ai inconsciemment cherché à recréer un état, une ambiance, celle que m’évoque cette chanson. L’association de cette musique à la photo lui donne une tonalité différente. Mais je serai la seule à le percevoir: de toute façon, on ne peut décrire le monde qu’à travers soi.

Clémentine Le Roy

L’instantané

L'instantané
(cc) Adélaïde Michel (7/12/2014)

J’étais enfant. Papa travaillait dans l’hôtellerie. Et tous les deux ans un schéma récurrent s’imposait à nous : mettre notre vie en boîte et tout reconstruire ailleurs. Les déménagements à répétition ont fait de moi quelqu’un d’assez instable. Je vis dans une sorte d’immédiateté assez déconcertante. Rarement tournée vers le passé, jamais vraiment orientée vers l’avenir, je n’ai pas de projets à long terme, pas d’idéal de devenir et peu de souvenirs en tête.  Depuis l’enfance, je fais ce rêve récurrent où je me retrouve dans une chambre vide et autour de moi flottent des souvenirs qui ne m’appartiennent plus. Et tandis que j’essaye d’en attraper un maximum, ils m’échappent tous, inévitablement.

Sur cette seule photographie, en réalité, quatre situations. Au premier plan, trois Polaroïds collés sur un miroir montrent une chambre à différents moments, gardant toujours le même angle de vue et le même cadrage. Le miroir sur lequel ils sont placés permet de refléter le reste de la chambre ; ce qu’il reste de la chambre, un lit vide et un carton. La mise au point faite sur les polaroids me permet de laisser apparaitre un second plan flou. Aucune bordure du miroir n’est apparente, donnant ainsi aux trois photos instantanées l’impression d’être suspendues dans le vide.

Et si le décor de la chambre évolue, nous ne savons pas exactement combien de temps peut séparer chaque cliché, instantané. Et ces polaroids sont là, flottants, comme dans mon imaginaire, renvoyant tour à tour l’image de ce qui a existé, ici, avant. Et ce miroir permet de renvoyer l’image de cette même chambre, à cet instant précis, maintenant. Vidée de toute présence et avec pour seuls accessoires un matelas nu et un carton de déménagement, probablement rempli, de souvenirs.

Adélaïde Michel

Haut les cœurs

Manon Sultana (08/12/2014) (cc)
Manon Sultana (08/12/2014) (cc)

 

Un concept, il faut que je trouve un concept. A force de faire des recherches, je me dis: « Le mieux c’est de tester! ». Alors me voilà avec des ciseaux dans une main et une tranche de pain de mie dans l’autre. Pour quoi faire me diriez-vous? Pour découper une forme de visage et grâce à une lampe faire des ombres chinoises… A vrai dire, je n’arrive pas vraiment à me convaincre. Alors je promène ma souris d’ordinateur dans des photos que j’ai prises à Grenoble. Et je me souviens d’un jour où avec des amis on avait voulu essayer les « photos lévitation ». On n’avait pas vraiment préparé quoi que ce soit, sans vraiment savoir qu’il fallait un travail préparatif. Alors qu’en fait il faut faire attention au moindre détail afin de faciliter l’illusion. Tout de suite j’ai eu envie de recommencer. Pour ce billet je voulais à la fois mettre en scène ma photographie et me mettre en scène. Comme pour me prouver quelque chose. Allô Floriane, peux tu m’aider pour ma photo?

Le 8 décembre 2014 à 18h il fait 8 degrés. En robe, une chaise sous le bras et Floriane a à mes côtés, on se rend dans un square. J’apprivoise le lieu, les lumières, les angles, les ombres, etc. Tous les détails qui pourraient nuire ou améliorer la photo. C’est bon j’ai choisi l’endroit. Je pose l’appareil et je règle les réglages : la vitesse à 1/13s, l’ouverture en F4 et l’Iso en 1000. J’essaye d’appliquer les cours de photographie tant bien que mal, je souhaite avoir un peu de profondeur avec un arrière plan net. Il faisait nuit j’ai donc adapté le temps de pose à l’ouverture. Je voulais capter le plus de lumière possible. Je choisis de prendre la photo de côté afin de renforcer l’effet de lévitation. On prend une première photo avec le décor sans la chaise ni moi. Puis il ne faut surtout pas bouger. Pieds nus, je pose la chaise sur le bloc et je me positionne dessus. Il faut que j’adopte une pose de lévitation et que je pense à ce que ma posture, mes habits, mes cheveux soient en adéquation. Il ne faut pas qu’au rendu final on remarque que j’étais assise. Vu qu’il faisait nuit, il fallait aussi faire attention aux ombres ce qui fut moins évident. Un clic, surtout sans bouger l’appareil et tout est dans la boîte. Direction la maison.

Carte SD dans l’ordinateur, il faut ouvrir Photoshop. Je ne voulais rien modifier dans les saturations ou autres, seulement rendre réel mon effet. Je positionne mes calques, le décor dessous et moi dessus. A l’aide de l’outil détourage je peux faire disparaître la chaise. Vient le moment de s’attaquer aux ombres. J’essaye comme je peux d’uniformiser tout cela. Quand je vois le miracle, que dis-je la supercherie, je suis contente: ça marche. Mon illusion est là, mais quelles émotions me provoquent cette photo? Je lévite en l’air, dans une position latente. Je suis autant en train de m’élever que de tomber. Chaque personne peut se retrouver dans cet état d’attente, à la fois léger et lourd. Une main en l’air et une autre en bas. Mais ce qui me marque c’est mon regard vers le haut. Rien de calculé, un acte manqué comme il en existe tant. Comme dit la chanson Haut les cœurs du groupe Fauve:

 » Haut les cœurs, Haut les cœurs, Haut les cœurs, Il faut se dire des belles choses, qu’on gardera pour plus tard ».

Manon Sultana