Archives par mot-clé : expérimental

Dark doo wap

(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)
(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)

Superposition, surexposition, incrustation, lumière tamisée, crue, je joue avec les trois photos qui me servent d’ingrédients pour créer cette photo expérimentale. Aucune intention de départ. Je superpose les photos les unes sur les autres. J’ajoute des effets, je mélange, je transforme et je m’arrête. Ce qui apparaît sous mes yeux me plaît, quelque chose commence à se former. Puis je recommence, j’ajoute, je supprime, je modifie certains effets pour trouver « autre chose ». Le plus dur dans ce genre d’exercice, c’est d’aller plus loin, d’oser recouvrir son travail d’une nouvelle couche, d’abandonner une substance pour voir une autre naître. Toucher au côté « sacrale » de son oeuvre en détruisant ce qu’on a créé pour construire de nouveau. Le hasard a sa part de réussite. Il permet aux différents éléments sur la photo de trouver leur harmonie et de créer un ensemble visuel cohérent.

En regardant l’image qui résulte des trois autres photos,  j’ai l’impression d’être confrontée à une photo en cours de développement. Elle dégage un aspect énigmatique, étrange, que l’on a envie de comprendre. Une photo qui peu à peu livre ses secrets, son histoire en se dévoilant.

Chloé Hernandez

Entre corps et lumière

Entre corps et lumière. Jonathan Rochier (cc)

Cette vidéo a deux inspirations que j’ai tirées des derniers billets photos réalisés : le corps et la lumière. J’ai souhaité créer une mise en scène abstraite où les deux se mélangent et interagissent ensemble jusqu’à créer du sens.  Dans l’art abstrait, la peinture semble être vivante, comme en mouvement. Les formes et les changements de lumières s’enchaînent dans cette vidéo et j’ai tenté de retranscrire la même dynamique picturale que dans l’art abstrait. C’est le spectateur qui donne du sens à la création, l’auteur n’affirme pas clairement ses intentions.

J’ai utilisé ma caméra devant laquelle j’ai posé de face une lumière de façon à créer un contre jour pour créer un effet de clair-obscur. J’ai mis de la musique et j’ai effectué des mouvements avec des cassures de rythmes, des accélérations et des ralentissements alternés. Cette démarche m’a permis au montage d’apposer les segments de vidéo les uns à la suite des autres, aléatoirement et de ressentir le rythme que le montage entraînait de lui-même. J’ai choisi une musique assez percussive dont les pulsions sont irrégulières et fréquentes de façon à solliciter les liaison de dynamisme avec le montage image.

Second Road

contenu indisponible

Pour réaliser cette vidéo «expérimentale», j’ai voulu filmer le point de vue d’un conducteur. Pour ce faire, j’ai utilisé un iPhone fixé au pare-brise grâce à un support à ventouse. Ce support étant bas de gamme, de fortes vibrations sont apparues. Face à mon envie de dégrader la vidéo par la suite, je me suis servi de ce « problème ». J’ai filmé à deux moments différents, de nuit et de jour, sans vraiment savoir ce que j’allais monter. J’ai ensuite utilisé une application de l’iPhone pour détériorer l’image et donner l’impression d’une vidéo 8mm. J’ai importé les rushs et fait le montage sur Adobe Première Pro. Tout en alternant des plans de jour et de nuit, j’ai cherché à créer une continuité en faisant des raccords gardant la trajectoire de la route ou en faisant coïncider avec un croisement de voiture.

En observant le résultat, cela m’a fait pensé à un parallèle entre une routine (le jour) et une envie d’ailleurs (la nuit). N’ayant pas fait attention au son à l’enregistrement, voulant surtout travailler l’image et ajouter une musique par la suite, j’ai écouté le résultat après avoir fait mon montage par rapport à l’image. Il s’avère que le hasard des sons présents à l’enregistrement apportent à cette idée de dualité entre le jour et la nuit, les musiques de nuit évoquant pour moi plus une idée d’aventure et de « road trip ». Les raccords cut à l’image étant suivis par des coupures sonores nettes, cela me donne l’impression d’une réalité opposée à une envie.

Sylvestre

La vase à mille temps

Il fallait que je m’essaie à la vidéo expérimentale après avoir vu les films en cours. Une petite caméra et un logiciel de montage suffiraient à expérimenter quelque chose, créer des images qui ne prendraient sens qu’une fois montées les unes à la suite des autres.  Mais il ne fallait pas donner de sens,  inventer plutôt du non-sens. Mon idée fut alors de modifier le temps, modeler celui-ci et distordre toute trace de réalité. Pour chaque scène, un procédé me permettrait alors de jouer là-dessus : poser une caméra en pleine rue et me mouvoir lentement vers elle, me recouvrir le visage d’argile ou encore capturer les gestes d’une danseuse, que je sculpterais à ma façon lors du montage. Je pouvais jouer aussi avec le visuel de chaque images, et retoucher les couleurs au hasard, jusqu’à trouver le ton miracle. Enfin, une petite valse en mineure viendrait soutenir le paysage, âcre et vaseux.

Finalement, consciemment ou non, la réalité est là. Ce qui m’aurait permis de perdre le spectateur, c’est-à-dire le temps, devient le sujet même de la vidéo. Des bruits de pendule bien trop explicites. Des images qui parlent d’elles-mêmes. Le tout prend forme et tient un propos. Il n’est plus expérimental bien qu’à la base lui-même expérience. Il cherche l’incohérence dans sa cohérence impudique.

Tristan Leyri