Archives par mot-clé : évolution

Une pensée révolue

Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier
Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier (16/03/2014)

Grandiose et terrifiante.
J’étais face à elle, ne pouvant plus bouger, respirant de grandes bouffées d’air pour calmer mon cœur qui cognait mes entrailles.
Il m’assourdissait, se mêlant aux violons, créant une arythmie propre aux plus horribles désordres.
Alors que je hissais un mot au-dessus de ce vacarme,
le ciel s’affaissa et se déchira dans son divin craquement.
La seconde me parût appropriée.
L’explosion.
La douce et tétanisante.

Puis tout se mélangea.
Comme si.
Comme si le soleil avait disparu,
découpant en lamelles régulières le plus parfait des décors.
Et puis, le rouge et le noir se croisèrent.
Le noir des mauvais jours.
Et ce rouge qui fait mal aux yeux.
J’entendis le claquement des ciseaux.
Sibilances acérées.
Déchiré.
Fragmenté.
Mes doigts se posèrent sur mon visage,
et je grattai, grattai jusqu’à trouver
ce qui avait pu, caché sous ma peau,
susciter une telle apocalypse.

Mais rien.
Seulement l’eau qui coule et qui sèche.
Bien trop lentement.
Probablement.

Jonathan ROCHIER

Perception en évolution

Perception en évolution. (cc) Coline Cesbron (06/10/2013)
Perception en évolution. (cc) Coline Cesbron (06/10/2013)

En 1990, date de ma naissance, mes parents décident de m’appeler Coline. Le choix de ce prénom est plutôt inhabituel pour l’époque. Mes parents y verront une légère référence à Coline Serreau, après la réalisation de Trois hommes et un couffin en 1985. A l’heure où toutes les petites filles se prénomment Audrey, Elodie ou Marine, les gens écarquillent les yeux lorsque je leur dis mon prénom. « Pardon ? Pauline vous dites ? ». Durant mon enfance, je n’ai pas compris le choix de mes parents. Pourquoi avoir préféré l’originalité à la conformité, je dirais même à la « normalité » ? Aujourd’hui, j’ai grandi et j’aime mon prénom. Je me retrouve très rarement en face d’un homonyme et ne me verrai tout simplement pas m’appeler autrement.

Qu’illustre ce collage selon moi ? C’est l’évolution de la perception que j’ai de mon prénom. On peut y voir deux parties. La première à gauche reflète l’enfance, avec ma date de naissance, un bébé, ainsi qu’un enfant en réflexion sur la normalité. Les anges autour du prénom me font penser à un faire part de naissance. Une flèche dirige le regard à droite vers la deuxième partie, exprimant  le passage à l’âge adulte. Nous y voyons une jeune femme sereine, avec le regard déterminé. Des cœurs et sourires y symbolisent le fait qu’elle affectionne son prénom et le porte avec fierté. Elle me fait penser à moi ! Le nom des gens, c’est le titre d’un film que j’apprécie particulièrement, réalisé par Michel Leclerc et Baya Kasmi en 2010.

Coline CESBRON