Archives par mot-clé : événement

Comme des grands

IMG_5555 - Copie

Pessac, « Vibrations urbaines ».  Des jeunes courent, glissent, tombent sur leurs skates, vélos, trottinettes et autres engins à roulettes.  Les rires fusent, ainsi que la musique des concerts en  fond sonore. Sous le soleil étonnamment chaud d’octobre, amateurs et jeunes professionnels se succèdent sur les diverses rampes installées pour le festival. C’est une étrange atmosphère qui règne, loin des soucis de la ville. Ici, les jeunes sont maitres et savent ce qu’ils font contrairement aux parents, assis passivement à observer tout ce cirque. Tous sont là pour leur passion : la glisse et le freestyle, et s’exercent les uns à coté des autres. Pourquoi venir photographier ici ? Pour rendre compte de l’effervescence autour d’une même passion et l’omniprésence de la jeunesse, qui tient les rênes en ce lieu.

Alors que je suis tranquillement installée à regarder les jeunes skaters se battre l’accès à une des rampes, un petit garçon arrive comme une flèche et s’arrête dans mon champ de vision. Recouvert de protections bariolées, il glisse entre les autres sans peur, telle une fusée colorée. C’est sûrement l’un des plus jeunes et il est pourtant très sûr de lui. Son arrivée imprévisible modifie ma vision de la scène que j’observe, et la photo apparaît. A l’origine, c’est le groupe des jeunes en arrière plan qui m’intéressait. Je n’ai pas cherché cette photo, je n’ai pas espéré non plus. L’inattendu est intervenu.

Je trouve d’ailleurs qu’elle est paradoxale, cette photo. Seul au premier plan, du haut de sa rampe, ce petit garçon semble dominer les autres. Le plus jeune apparait comme le plus grand. Son élan est stoppé, son corps est en place pour s’élancer mais sa tête suit une autre direction. Qu’attend t-il ? Pourquoi regarde t-il en arrière ? Il créé un arrêt dans l’image, en opposition à la masse mouvante que forme le groupe de jeunes en arrière plan et apparaît loin du reste du festival. Comme un instant de pause dans la vitesse des diverses descentes.

 Camille Coquereau

Les parapluies de Bordeaux

VDCCOLINE
(cc) Coline Portet (21/10/2014)

En cette journée pluvieuse, me voilà partie à la recherche d’une photo précieuse… Visages tristes et couleurs ternes ont pris d’assaut Bordeaux. Parcourant les rues avec mon appareil photo, je décide de partir explorer un monde plus animé ou se trouve la gaieté. Quatre heure et DEMY, me voilà en plein dans un lieu où règne la fête foraine ! Fini les rues vides et les corps fantomatiques, la place des quinconces est remplie de magie et de folies. Ici il y a de la vie et de l’euphorie.

La photographie réalisée représente l’ambiance qui émane de cet événement festif mais n’oublie pas de rappeler que des gouttes de pluies viennent s’écraser au sol, à répétitions. Il y a pleins de couleurs, des manèges, des sucreries, des paillettes… Et nos héros préférés de dessins animés qui n’ont pas changés ! Sur cette image on voit la représentation de plusieurs générations. Face à nous, au centre de l’image se trouve trois jeunes adolescents qui marchent vers l’avant, vers l’avenir. Mais il y a aussi des personnes un peu plus adultes : la femme en noir, qui se trouve en amorce du cadre à gauche et la femme en rouge qui est à gauche de l’écran. Dos à nous et plus tournées vers le passé, elles s’embarquent dans ce petit paradis de part leur simple présence ici.

Ce qui me touche dans cette captation d’instant, est à la fois la représentation du retour à l’enfance qu’elle renvoie et de l’esprit de solidarité qu’elle dégage. Petits et grands, tout le monde est présent et tout le monde est lié. Les parapluies me semble être l’élément le plus important de la photo puisqu’ils permettent de rattacher les générations et les personnes entre elles. La femme en noir à gauche de l’écran tient son parapluie au dessus de la femme en rouge et cette dernière, au dessus des jeunes qui arrivent en face d’elle. Cela forme une chaîne en diagonale, une continuité qui coupe la photo et qui la renforce. La femme, au centre de la photo, de par sa couleur rouge accentue ce côté conte de fée et retour en enfance. Elle semble tout droit sortie d’une comédie musicale où se chanterait « Singing in the rain »…

Coline Portet

Trafic à la Une

(cc) Maëlys Gosset 17/10/2014

(cc) Maëlys Gosset 17/10/2014

« France Inter, 18h, c’est l’heure du point info trafic avec Anne Fokenberg. Bonsoir. En ces départs de vacances, Bison futé conseille d’éviter les grandes villes jusqu’à 20h. A Bordeaux, de forts ralentissements sont à prévoir. Sur la rocade bordelaise intérieure dans le sens Mérignac en direction de l’autoroute de Paris la circulation sera difficile. » Vendredi soir sur la rocade, un régal ! Merci pour la prévision, c’est trop tard, je suis en plein dedans. Nous sommes des centaines d’automobilistes à subir l’oppression des bouchons, la tension est palpable dans les rangs, les moteurs chauffent. A croire que c’est l’événement national sur France Inter! Déclic ! Événement national, événement national… Le billet photo ! Je farfouille dans mon sac à la recherche de mon téléphone, allié de secours. Je n’ai pas encore le réflexe de garder mon appareil photo sur moi. Dommage…

Téléphone en main, je tente de synchroniser mon pied droit sur l’embrayage tout en réglant la prise de vue. J’essaie de jouer avec les rétroviseurs pour insister sur le flux de véhicule qui engorge les voies. Mon voisin de gauche klaxonne et me fait signe de regarder derrière. Deux motards de police, talkie-walkie à l’épaule, lunettes noires, zigzaguent entre les 3 voies. Je baisse mon téléphone. Ce n’est pas le moment de perdre 4 points…. Pour une fois, on peut dire qu’ils tombent à pic ! La police source créative : incroyable mais vrai ! Grâce à eux, je décide de prendre la photo à hauteur de poitrine, à travers le volant de ma voiture. Je fais plusieurs essais mais cela ne dégage pas grand chose si nous ne sommes pas en mouvement. Enfin on avance de quelques mètres ! Au loin je vois l’écran d’information. Parfait ! Je l’attend avec impatience… Je me rapproche. J’essaie de loin , je ne veux pas me louper. L’occasion ne se présentera qu’une fois. On roule au pas… Les feux de stop s’allument tour à tour, comme une symphonie lumineuse. Une poésie routière. Nous y voilà ! L’écran est à quelques mètres. 1ère synchro. J’avance à pas de loup. L’écran, les lumières de stop, tout est là. Clic!Clic!Clic ! Je mitraille. Concentrée sur mon écran je n’ai pas évalué la distance avec la voiture de devant qui freine subitement. Grand coup de frein. Je pile ! La conductrice de derrière panique et klaxonne. Et comme si c’était contagieux, d’autres s’y mettent. Décidément, un vrai spectacle cette rocade !

Arrivée chez moi, je découvre l’ensemble de mes essais. Certaines photos sont mal cadrées. Les clichés avec le jeu des rétroviseurs ne donnent pas l’effet souhaité. L’appareil photo du téléphone limite la prise de vue, l’angle. Il ne retransmet pas l’idée du mouvement. En revanche, celles à travers le volant laissent transparaître cette impression d’oppression des embouteillages. L’arc de cercle rétrécie le champ de vision tout en prenant en compte les éléments essentiels : les véhicules, l’écran d’information, les lumières de stop. La qualité de la prise de vue n’est pas excellente , bien au contraire. Elle est justement exécrable sur les côtés puisque ma main droite ne cessait de faire des va-et-vient entre la boite à vitesse et la route. Je ne laissais pas le temps au téléphone de faire la mise au point. Une photo prise sur le vif avec un matériel inadapté, un travail de prise de vue dans le stress (avec les forces de police juste à côté, hors de question de perdre mon permis de conduire !) et l’inquiétude (de provoquer un accident de la route !). Être concentrée sur la route et sur mon objectif : un mal pour un bien finalement !

Maëlys Gosset