Archives par mot-clé : Evasion

Evasion

(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)
(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)

C’est à tâtons que j’ai essayé d’imbriquer mes trois photographies. Ma première idée était d’appliquer le mouvement circulaire de l’une d’elles aux trois autres. J’ai commencé par les importer sur Gimp comme des calques. Cela m’a paru évident que celle des embouteillages servirait de support aux deux autres. Je l’ai rognée puis retouchée avec un filtre artistique « photocopie ». Je l’ai légèrement déformée avec l’outil « courber ». J’ai décidé d’appliquer un flou pour qu’elle ne contraste pas trop avec la dimension plus poétique de ma photo conceptuelle. Puis, pour celle plus intime, j’ai décidé de la transformer complètement et donc de lui appliquer une distorsion « Tourner spirale » ainsi que le même filtre artistique « photocopie ». Ainsi, elle servirait d’intermédiaire entre le fond (les voitures) et la forme du premier plan. Pour cette forme, j’ai sélectionné avec l’outil « baguette magique » les contours de l’oiseau imaginaire de ma photo conceptuelle, puis inverser la sélection et couper le fond. Enfin, j’ai fini par jouer avec les « teintes et saturation » des couleurs pour lui donner une teinte particulière de façon à ce que cette forme au premier plan se détache et sorte de l’image. J’ai « copier/coller » l’oiseau de manière à répéter la forme et à les superposer pour accentuer son importance par rapport au fond. J’ai fusionné les calques en jouant sur l’opacité de chacun. Et je me suis arrêtée là… La fusion des trois me paraissait enfin homogène. Comme si, naturellement, chacune avait pris sa place dans le cadre.

Entre des embouteillages et la silhouette de ma mère, il n’y a rien de plus terre à terre.  Alors en ces longs mois d’hiver, on a envie de prendre un peu de hauteur. Envie d’évasion… Et comme le dit si bien Oscar Wilde, « Les folies sont  les seules choses qu’on ne regrette jamais ». En un battement d’ailes, on s’extirpe de l’enfer du quotidien, de ce tourbillon de l’oppression, pour atteindre des sommets bien plus colorés. Comment refuser un peu de poésie dans la confusion du chaos ? Alors…Suivons l’oiseau !

Maelys Gosset

Mélange de genres

“Mélange de genres”(cc) Émilie Donès (04/03/2014)
“Mélange de genres”(cc) Émilie Donès (04/03/2014)

Du mélange nait la création. Les consignes sont simples “laissez vous aller et vous verrez”. Je me lance au hasard dans ma création. J’ai décidé pour ce billet d’utiliser Photoshop. Cet outil me permettra de modifier les couleurs, la matière et les genres mais surtout d’associer facilement les trois travaux réalisés précédemment. La première photo réalisée servira de base. Je l’insère et la transforme en noir et blanc. S’ajoute ensuite les deux autres photographies en mode incrustation comme pour les lier à la première. Je modifie ensuite les matières et les couleurs grâce aux filtres existants sur le logiciel afin de créer une certaine homogénéité.

J’étais persuadée en commençant ce billet que les photographies de par leur différences, ne pourraient en aucun cas communiquer. En regardant maintenant d’un œil extérieur ma réalisation, j’arrive à déceler un sens certain. Le personnage de dos se place comme spectateur de la première photo. Cette dernière présente un homme, mendiant au milieu d’une foule de passants ne lui prêtant pas la moindre attention. La tristesse de cette situation, soulignée par l’aspect terne de la photographie, pousse la spectatrice à détourner le regard, essayant de s’échapper en suivant la lumière. Cette lumière d’espoir communique alors avec le bras de la danseuse qui considère son corps comme moyen d’évasion.

Emilie Donès.

 

 

Emanation

Emanation (cc) Émilie Donès (26/01/2014)
Emanation (cc) Émilie Donès (26/01/2014)

A la tombée du jour. Le temps est maussade, la pluie ne cesse de tomber et l’air est froid. C’est un soir d’hiver, un de ceux que l’on ne préfèrerait pas vivre, un de ceux qui nous rappellent que les beaux jours ne sont pas prêts de faire leur apparition. Appuyée à la rambarde, elle se retrouve face à sa vie. Elle l’imagine comme elle la voit, grise et pluvieuse. Face à elle, un mur. Elle ne voit pas d’issue possible. Dans cette atmosphère étouffante et glaciale, elle se remémore quelques instants particuliers de sa vie et broie du noir, les choses négatives la tirent vers le bas, les choses positives l’emplissent de nostalgie. Elle sait que ce n’est qu’une passade, détourne le regard, ferme les yeux et pense aux meilleurs moments de sa vie, ceux qui lui redonnent le sourire, ceux qui, comme par magie, lui apportent la lumière dont elle a besoin.

Afin d’illustrer au mieux le scénario que j’avais dessiné dans mon esprit, j’ai réalisé le cliché au bout de ma terrasse. Ainsi, la sensation de contemplation est ressentie. Le mur face à moi est recouvert d’arbres noircis par la pluie et l’humidité et figés par le froid. Les branches entremêlées les unes aux autres renvoient à l’aspect brouillé et négatif de l’esprit. Au milieu de cette atmosphère pluvieuse, je me tiens de dos afin que l’on ne me reconnaisse pas, le but étant de laisser chacune des personnes s’identifier au scénario. La tête inclinée sur le côté, je ferme les yeux et emporte mon esprit vers d’autres pensées, des pensées positives, qui représentées par les boules de lumière, vont me tirer vers le haut.

Un fois l’instant immortalisé, je me rends compte que sans l’avoir prévu, j’ai utilisé comme support une échelle de bois. Celle ci symbolise parfaitement le sentiment que je voulais intégrer à ma photographie, l’élévation, l’évasion. Mais en y regardant de plus près, je me rends compte qu’il est possible d’interpréter l’image différemment en imaginant que justement la personne est porteuse de lumière et de bonheur dans un monde maussade. Après la mise en commun des divers travaux réalisés, je me suis aperçue que l’image pouvait être interprétée tout simplement comme représentative d’une part de soleil et de gaieté dans un environnement froid et hivernal, ce dernier aspect étant clairement perçu et laissant certains penser que le cliché avait été réalisé en Norvège.

Emilie Donès.

La montagne, ça me gagne

La montagne ca me gagne
La montagne, ça me gagne (cc) (22/11/2013)

La montagne. Pau ayant été mon lieu de vie durant près de 10 ans, la montagne est devenue un élément majeur de mon décor quotidien. On peut admirer cette chaîne des Pyrénées quelque soit la saison : en hiver, ce mur de neige donne envie d’arpenter les pistes de ski, en été, de se balader et de respirer l’air frais. Quand je regarde cette chaîne montagneuse, je me mets à rêver, à partir dans mes pensées. La montagne est pour moi une source d’évasion. Fascinante par sa grandeur, elle m’inspire pour réfléchir : la montagne ça me gagne.

Pour réaliser ce dessin, j’ai choisi une photo de montagne, pas forcément une photo des Pyrénées, mais simplement de montagne, car c’est l’immensité de cette barrière naturelle qui m’impressionne. Puis, j’ai commencé à dessiner les trois différents plans de cette image : la plaine, les collines feuillues et enfin, la barrière rocheuse, les montagnes. Pour les couleurs, je me suis servie exclusivement de trois couleurs : vert, marron et bleu, les trois couleurs naturelles présentes dans ce type de paysage. Ce dessin a été réalisé à l’aide de pastels secs.

Lauriane