Archives par mot-clé : espoir

« I have a dream »

Le rêve de Martin Luther King était de voir les Hommes coexister en harmonie et vivre égaux. Son célèbre discours « I have a dream », prononcé le 28 août 1963, fut un message d’espoir dans le monde entier. « En parlant comme il l’a fait, il a éduqué, il a inspiré, il a guidé non pas simplement les gens qui étaient là, mais les gens partout en Amérique ainsi que les générations à venir ».

En écoutant ces petits êtres s’exprimer sur les thèmes de l’amour, la différence et la famille, un mot m’est apparu : tolérance. Je vis dans l’espoir – peut être utopique – que le monde actuel sera fait, un jour, d’humains préoccupés par le respect de l’autre et dont la devise serait : aime ton prochain.

J’ai choisi de commencer cette écriture sonore par un discours puissant et très reconnaissable, comme une sorte d’accroche. Puis, j’ai réduit le volume du discours pour laisser jaillir les remarques d‘enfants les unes après les autres, en conservant la voix de Martin Luther King en fond. L’objectif de ce travail était avant tout de créer à la fois un lien et un contraste entre les deux éléments sonores. Le lien pour l’espoir, l’imagination et le rêve auxquels font référence les mots des enfants et ceux de Martin Luther King. Le contraste pour la distinction entre un discours historique, puissant, engagé et des remarques infantiles légères, simples, parfois sensées ou parfois délirantes. Les applaudissements de fin permettent de clôturer le tout, en apportant une touche de subjectivité à ce travail. Mais la réelle conclusion n’est autre que celle dite par Martin Luther King lui-même : « Je fais toujours ce rêve ».

Coline Cesbron

Un Portrait de Dorian Gray

 

Collage
Un Portrait de Dorian Gray. (cc) Dorian D. (05/10/2013)

Tout projet artistique répond à des règles. Lorsque l’on me commande un collage sur « Moi et mon prénom » je perçois d’abord l’évocation du lien entre ma personnalité et mon identité. Or, je ne crois pas en l’existence de ce lien et je ne saisirai pas l’opportunité de le créer. En fait, la seule histoire que m’inspire mon prénom est celle de Dorian Gray. Je suis convaincu que c’est en jouant avec les règles, en les adaptant et même en les dépassant que naît peut-être l’Art. Le choix de présenter ainsi ma personnalité au travers d’une démarche artistique me paraît alors cohérent.

On perd tous quelque chose à vouloir montrer ce que l’on n’est pas. Le monde et la vie contraignent l’homme à composer, à tenir un rôle ; peu à peu sa personnalité s’abîme, laissant place à un masque invisible. Mais l’espoir de s’extraire de ce système qui nous efface et nous emporte vers l’oubli reste profondément marqué : savoir que des ténèbres jaillira la lumière. Mon prénom évoque cette dualité entre le bien et le mal, l’art qui la transcende, ou le combat d’un homme luttant pour être ce qu’il n’est pas. Au point de perdre son âme. Le mécanisme horloger représente une société qui broie l’humain, pour le rendre invisible ; ainsi que son combat contre la spirale du temps. Le destin est symbolisé par des allumettes collées sur leur point de chute ; alors que la lune opposée au soleil inspire l’attente de jours meilleurs… Post Tenebra, Lucem spero (Après les Ténèbres vient la Lumière).

      Dorian D.