Archives par mot-clé : espace

Fish Tank

IMG_5720
(cc) Camille Coquereau 16/11/2014

Un téléphone, quelques vêtements, un ordinateur, de la paperasse. Dans cet espace sans âme, appartement meublé tout droit sorti d’un catalogue Ikea, j’apporte ma touche personnelle. Si ce ne sont des objets, ce sont d’abord des gens, qui me contactent depuis Nantes, Lille, Avignon via les réseaux sociaux. Un foulard traine, souvenir d’un voyage fait récemment sur un coup de tête, quelques chaussures aussi, symbole de mes achats compulsifs. Les feuilles de cours se mêlent aux photos et autres éléments du passé qui trainent ici. Et moi dans tout ça ? Je suis spectatrice du monde que je me suis créé, tentant de me trouver une place dans cet univers figé.

Pour cette photo, j’ai utilisé mon appareil photo compact Canon, regrettant de ne pas avoir le superbe appareil Réflex de mon père sous la main. Mais bon, on fait avec ce qu’on a. Trépieds fixé, il faut trouver l’angle de prise de vue. Quand on est à la fois modèle et photographe cela prend du temps. Beaucoup de temps. Les chambres étudiantes regorgent alors de merveilles semblant pourtant insignifiante : une lampe de chevet devient alors un éclairage, une chaise, un autre trépied. Ne préférant pas totalement dérégler mon appareil photo que je maitrise peu, je ne touche pas à la vitesse de prise de vue ou autre. Seul le mode de couleur est sélectionné, ainsi que le retardateur. Très pratique d’ailleurs.

Séance photo terminée, je choisi un cliché. Je n’aime pas spécialement cette photo plus qu’une autre, seulement elle me parle de par sa couleur mais aussi car elle représente ce qui est cet « espace personnel » que je côtoie le plus en ce moment. Dans ce lieu étroit, clôs, je suis le seul élément mobile. J’ai alors l’impression d’être enfermée tel un poisson dans son bocal.  Je passe devant l’objectif, comme si je n’y étais pas invitée, tentant de donner vie à cet espace figé.

Camille Coquereau

Nova

(cc)Moyano Lucile (25/01/2014)
(cc) Moyano Lucile (25/01/2014) 

Dans l’obscurité, le feu s’approprie les formes et les couleurs des objets. Il est parfois même la raison de leur existence, comme ce halo projeté au pied de la bouteille telle une traîne impalpable. Prendre une gerbe d’étincelles en photo était la promesse de fixer un instant unique dans mon image, de découvrir après coup des formes que l’œil n’aurait pas soupçonné. C’est l’eau qui a ici servi à l’alliage des éléments, les compactant dans son reflet jusqu’à ce que se dessine cet étrange corps céleste. Il irradie dans un décor si sombre, pétillant de la promesse d’un feu nouveau.

Fascinée par la lumière que produisent les flammes, j’ai décidé de prendre celle-ci à la fois comme sujet et comme unique source d’éclairage pour réaliser ma photo. Ce sont alors une simple bougie chauffe-plat, et un de ces mini-bâtons de feu d’artifice que l’on plante sur les gâteaux d’anniversaire que j’ai placé derrière une bouteille en plastique remplie d’eau. Ainsi, la lumière se déforme et semble appartenir au liquide même, projetant un fabuleux jeu de reflets sur la table. Dans le noir complet, alors que mon petit feu d’artifice crépitait à toute allure, j’ai pu prendre ma photo.

C’est en réfléchissant sur son rapport à l’espace que nous pouvons attribuer du sens à cet OVNI lumineux. Le plan inférieur, à la fois support d’ombres et de reflets, remonte jusqu’à tracer une limite graphique entre les opposés : blanc et noir, ciel et terre, vide et matière. L’objet central reproduit cette séparation en présentant deux fluides, comme refusant de se mélanger l’un à l’autre. En haut, il s’estompe et semble se fondre dans la noirceur oppressante. Le feu parviendra-il à survivre dans tout ce vide ? Tel est le mystère de ma supernova.