Archives par mot-clé : éphémère

Dansorama

Sarah Vasseur (09/02/2014)
Sarah Vasseur (09/02/2014)

La danse est un ensemble de mouvements complets, complexes, et pourtant, nous ne la voyons toujours que de façon linéaire. D’ailleurs, n’utilise-t-on pas les termes d’enchaînement chorégraphique ? Notre vision nous limite à découvrir les choses les unes après les autres, sans que celles-ci ne semblent pouvoir se manifester toutes en même temps à nos yeux. Nous pouvons saisir une cohérence d’ensemble, mais jamais voir tous les mouvements en même temps. Je pratique la danse depuis plusieurs années maintenant, et cela m’a porté vers cette photo. Une photo qui tente de montrer et de voir tous les mouvements de la danse en même temps. Mais aussi de montrer que la danse est aussi quelque chose de volatile, de fluide, de doux, qui laisse une trace, mais jamais ne peut se saisir. La danse est une oeuvre d’art éphémère, que l’on ne peut saisir ou posséder.

Des mouvements, des cadrages, des jeux de lumières, des essais de position…

Finalement, le résultat n’est pas vraiment celui que j’escomptais. Apparait plutôt comme un fantôme mouvant. On ne reconnaît pas forcément la décomposition de mouvements de danse, mais on retrouve la fluidité et la légèreté que je recherchais. L’aspect fantomatique et les contrastes de lumières entre le noir et le blanc créent une forme informe, éphémère, et donc à l’image de la danse.

Sarah Vasseur.

 

Identité Virtuelle

(cc) Dorian D. (08/XII/2013)
(cc) Dorian D. (08/XII/2013)

Peut-être est-ce un excès d’études kubriciennes qui m’a conduit à représenter la déconstruction identitaire. Connaissons-nous vraiment celui que nous sommes ? L’identité est un visage, un masque, qui mue au fil des confrontations à la vie, comme une toile blanche à laquelle un jet de couleurs sans cesse renouvelées donnerait une vie, une personnalité. Ainsi, comme un masque cache un visage, c’est lui qui reflète notre identité, image sur laquelle seule une puissante introspection permet de porter un regard vrai. Dans le flou de l’intimité du réveil, j’ai voulu montrer un “Je suis” mal cerné, à l’instant dénué de toute image. Celle-ci fausse la réalité mais ouvre la voie pour s’y confronter.

Le flou de bougé est obtenu avec un temps d’exposition de l’ordre de quatre secondes. Le diaphragme est ouvert à 1.16 pour compenser le gain de lumière. Malgré ce couple, la différence de luminosité entre l’écran du téléphone et la chambre a induit des blancs brûlés sur l’orchidée et des ombres bouchées à gauche de la photo. J’ai donc corrigé l’exposition de -2EV, ne souhaitant pas monter en ISO pour conserver un grain fin sur ma photo. La balance des blancs est calculée sur le mur, mais en lumière naturelle sur l’écran. Ainsi ai-je pu reproduire la teinte jaunâtre de la lampe de chevet. Le tableau à fond noir est bel et bien sur le mur, j’ai composé l’image en cadrant d’abord la fleur puis le téléphone. Enfin, au risque de créer une image publicitaire, la marque est laissée visible pour représenter la société qui nous standardise et nous dévore…

Dorian D.