Archives par mot-clé : enfermement

Têtu, t’es-tu vu ?

Têtu, t’es-tu vu ? (cc) Sylvestre (25/01/2014)

Il y a des moments où, réalisant qu’on fait fausse route, notre esprit s’élève et dresse le bilan de la situation. On s’observe, on pose un regard extérieur sur soi-même. Les faits sont là, l’isolement se fait sentir. Avec les nouvelles technologies nous nous enfermons dans notre bulle, bercé par une illusion de vie sociale permanente et sans coupure, mais virtuelle.

Pour mettre en scène cette histoire, j’ai décidé d’adopter deux positions différentes en une prise de vue unique avec un temps de pose de 30 secondes, afin de créer cette dualité. Avec ce temps de pose j’ai choisi une faible ouverture (f/13) afin de ne pas surexposer l’image. J’ai choisi de plonger la scène dans le noir et de l’éclairer à l’aide d’une simple lampe de bureau, surmontée d’un sac plastique rouge afin de créer une ambiance particulière et d’atténuer la puissance de la lampe. J’ai également placé un objet devant la lampe de manière à créer une ombre au niveau du mur en pierre, car étant clair il aurait été trop présent à l’image face au lit sombre.

Le cadrage de la photographie a permis un découpage en tiers. Horizontalement, la photo est « découpée » par le haut de la barrière et la jambe gauche du personnage allongé. Verticalement on a dans le premier tiers gauche le corps, puis au centre la tête du personnage allongé et enfin le personnage debout dans le tiers droit. Le lit étant sombre, le personnage allongé a uniquement la tête en légère transparence, contrairement à son corps. Cela confirme l’état du personnage : un corps présent mais un esprit ailleurs. Aussi, les barreaux au centre de l’image renforcent l’enfermement de celui-ci. Enfin, le livre sous le lit est excentré, contrairement au smartphone qui est au centre. Le livre est comme un passé qui tend à être oublié, au profit de la technologie.

Sylvestre

Avec Domicile Fixe

Avec Domicile Fixe. (cc) Tristan Leyri. (08/12/2013)
(cc) Tristan Leyri (08/12/2013)

«D’où viens-tu?». C’est généralement l’une des premières choses que l’on demande lors d’une rencontre.  Cela permet de se faire une idée de la personne qui est en face de nous. C’est un moyen de la définir, de lui attribuer une identité ou bien simplement d’engager la conversation. Quoi qu’il en soit, je déteste cette question.  Est-ce que ça signifie : où as-tu passé ton enfance ?  Où vis-tu en ce moment ? Où as-tu passé le plus de temps ? Moi je me considère comme étant une sorte de clochard ambigu, un vagabond sédentaire, un nomade enfermé. J’ai toujours eu un domicile fixe et je ne me souviens pas avoir dormi sur les trottoirs;  mais ce domicile n’arrête pas de changer, à un tel point que je ne me sens chez moi nulle part. Il s’agit là d’un ressenti personnel, une idée qui me trotte dans la tête chaque fois que l’on me demande si je suis d’ici ou d’ailleurs. Je n’en sais rien.

Pour jouer avec ce sentiment d’errance, j’ai décidé d’entrer dans la peau d’un hobo, d’où la guitare et le chat, en référence au film Inside Llewyn Davis. J’ai aussi cherché à tromper le spectateur, à la manière d’un trompe l’œil, en lui donnant l’impression que la photo fut prise à l’extérieur et non dans ma chambre, ce qui est pourtant le cas. Je suis donc allé récupérer des éléments de la rue : des palettes en bois et le chat. Je me suis habillé chaudement et j’ai placé un morceau de carton sur lequel il est écrit « j’ai faim ». Cette pancarte renforce le fait que le personnage vagabonde, il n’est pas dans une situation fixe et doit se nourrir de mendicité. Techniquement, j’ai installé une petite lampe, imitant ainsi un éclairage extérieur de nuit : les phares d’une voiture par exemple. La chambre étant donc peu éclairée, j’ai privilégié une grande ouverture du diaphragme (F2.8) et un temps d’exposition suffisant pour faire ressortir les ombres (1/1.3).  J’ai aussi choisi de prendre un angle en légère contre plongée afin de donner de la valeur au sujet. L’inverse aurait dévalorisé sa condition, condition que je ne souhaite ici pas dénigrer. Enfin, le décor et le cadre confirment l’ambiguïté de ce voyageur emmuré.

Tristan Leyri.

La mue

La mue (cc) Lucile Moyano (08/12/2013)
(cc) Lucile Moyano (08/12/2013)

Je suis l’œil de la salle de bain, pièce de la féminité et de l’intime par excellence, dont le miroir voit défiler toutes les déclinaisons de notre visage jour après jour. E. vient dormir à la maison et je la photographie entrain de se changer. Cette photo a été choisie parmi une série en rafale où la fatigue se fait sentir, dégageant cette impression d’enfermement, de douleur dans les mouvements d’habillage, chose que nous pouvons vivre lorsque la routine nous aliène. Nos intérieurs deviennent étroits, les couleurs plus ternes, et le masque qui nous colle à la peau perturbe nos sens. Il devient alors urgent de changer de peau afin d’éviter l’asphyxie. Cette jeune fille au corps déployé semble vulnérable, vacillante devant le trou noir du lavabo, comme prise dans une lutte invisible avec son propre intérieur.

De tenues féminines en poses coquettes, la séance devient plus automatique. Je recherche l’angle de vue qui me convient et elle se lasse de mes demandes saugrenues. Perchée sur le rebord de la baignoire, je peux tout cerner du corps et de son rapport à l’espace, ressentant la limite des murs et du plafond telle la quatrième extrémité de la pièce. Mon sujet est “aveugle” et seul l’objectif a été capable de “voir”. Le mauvais grain, obtenu en recherchant un maximum de contraste et de lumière, me donne envie d’exploiter cette brume de pixels en dé-saturant la coloration de l’image. Ainsi se dégage une froideur, que le rose du pyjama ou le jaune des chaussures ne parviennent pas à éclipser.

Moyano Lucile