Archives par mot-clé : église

A la source

DSCN1684good
(cc) Marion Souquet (08/12/2014)

Contrairement aux premiers billets, l’idée est arrivée avant l’image. Pour ce billet photo « conceptuel », j’avais dans l’idée de prendre une photo en apparence anodine mais qui ne l’est pas en réalité. Une photo qui trompe. J’ai donc décidé de jouer avec un miroir, afin de prendre une photo d’un autre angle, d’un endroit où je ne pouvais pas poser l’appareil photo. Ici la photo donne l’impression que je me suis mise au fond du lavabo. Je voulais également donner une atmosphère sombre à cette image. J’avais en tête le travail de Darius Khondji, qui joue beaucoup avec les ombres et la lumière jaune, et qui donne à ses photos un cachet presque angoissant.

Pour la prise de vue, j’ai fait plusieurs tests afin d’obtenir l’effet d’ombre souhaité avec le miroir. J’ai posé le miroir dans le lavabo et j’ai fait couler un mince filet d’eau dessus. J’ai essuyé les éclaboussures  autour afin que l’on ne devine pas au premier coup d’œil que l’eau coule sur le miroir. J’ai ensuite éteint les lumières autour pour ne laisser qu’une ampoule jaune derrière moi. Prendre le reflet du lavabo en contre-plongée permet de donner une impression de grandeur au robinet, qui domine au centre de la photo. J’ai demandé à plusieurs personnes ce que leur évoquait cette photo, les possibilités d’interprétation ont été larges, autant que le thème « photographie expérimentale » le permettait.

Outre la classique interprétation phallique et la suprématie du robinet, il en est sorti une idée qui me plait plus particulièrement. Cette photo  évoquerait donc l’Eglise…C’est une grande cathédrale lors d’un sermon, le savon est imposant, il est le prêtre, au dessus des gens lambda qui y assiste. Les vitraux se reflètent sur le savon, au dessus le lavabo domine et répand l’eau, c’est la source. Cela ne se remarque pas trop à l’image mais je voulais que l’on voit se refléter l’ombre de ma main que l’on devine en bas au centre. Cette main, c’est la main qui décide du débit de l’eau, c’est la main du photographe qui met en scène.

Marion Souquet

 

Recueillement

Que peut-il se passer dans une église quand on n’y va pas pour un mariage ni pour un enterrement mais simplement un vendredi soir de décembre ? Le magnétophone en mains, mes achats de Noël sous le bras, je pense à l’église pour une ambiance sonore mais il fait presque nuit, il est tard, je dois rentrer chez moi : « J’aurais bien le temps de faire ce travail ce week-end » marmonnai-je. Hasard ou coïncidence, à deux pas de moi, une église ! Raison ou tentation ? Je pousse la porte et à ma grande surprise, quelques personnes sont assises sur ces bancs en bois, priant, éclairées par des bougies… Je m’assois discrètement, je dépose mes sacs à terre et puis comme par magie, l’église s’illumine et une dizaine de prêtres arrivent en file indienne. Que le spectacle commence !

J’avais prévu cette fois-ci d’enregistrer une ambiance sonore à l’aide d’un Zoom H1. Je ne m’en étais jamais servie, mais ça n’avait pas l’air sorcier. Je me suis assise au fond de l’église, par peur d’être prise en faute. En effet, avec un enregistreur sonore, j’avais l’impression de voler aux gens les sons captés!  Alors qu’avec la caméra, habituée à la manipuler, le geste de filmer me paraît plus franc du fait de la présence même de cet outil: que les gens aiment ou n’aiment pas, ils me voient! Une fois en place, le réel s’est mis en marche tout seul : les cloches se sont mises à sonner, les portes à claquer, les gens à entrer, les autres à prier, les prêtres à chanter… Dix minutes plus tard, je jetai à œil au bon fonctionnement de mon appareil qui m’indiqua « Full Card » ! Oh non… Je ne pouvais pas manquer cela, ça ne se reproduirait jamais : le cinéma parfois c’est comme en amour : c’est une question de moment. En une demi-seconde, je sorti mon IPhone et continuai mon enregistrement coûte que coûte. Cependant, la différence de sons entre le Z1 et l’Iphone était telle que j’ai choisi de conserver au montage seuls les sons enregistrés par le Z1. Une bonne leçon: toujours penser à regarder si la carte mémoire de l’appareil est vide avant de partir en tournage!

                                                                      Julie Morales

L’instant d’un non-regard

(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13)
(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13) 

L’homme aux cheveux blancs et à la chemise propre et repassée est un sans domicile fixe. D’ordinaire, il erre à travers Mont de Marsan avec son chien, son sac et son tee-shirt Iron Maiden. D’ordinaire, cet homme incarne un parfait cliché. Un de ceux qu’on a dans la tête et qui demeurent. Il fallait aller sur le parvis d’une Eglise pour le retrouver, au hasard d’un devoir et d’une promenade, méconnaissable dans son beau costume. Il attendait la fin de la messe dominicale, assis sur une bordure. Il lisait le journal. J’ai su qu’il devait être le personnage principal de ma série à l’instant où j’ai vu ce regard. Il a le même sur toutes les photos. On ne le voit pas très bien. J’aurais pu en prendre une meilleure, pour avoir un meilleur portrait. Mais ce n’est pas un portrait que je voulais. C’était un entre-deux, un moment qui se situe hors du temps, dans un présent figé où rien ne se croise, où il n’y a aucune continuité. Je voulais un instant neutre, où rien ne se croise, pas même un regard, un moment qui n’appartient qu’aux seuls personnages, un moment dans lequel ils pourraient être eux-mêmes, dans leur état le plus naturel. Un moment où l’espace d’un instant, il n’y aurait plus qu’eux à leurs yeux.

Plus tard, ce cliché m’a donné cette impression. Il y en avait une dizaine. Sur tous les autres, les fidèles s’arrêtaient et parlaient à cet homme, lui souriaient, lui tapaient sur l’épaule ou lui donnaient un peu d’argent. Sans le contexte, on ne peut visiblement pas comprendre. Mais sur cette photo, il y a cette vieille femme. Elle souriait sur toutes les autres. Sur celle-là, elle semble simplement passer devant sans le voir… Et elle tire la gueule. Peut-être qu’au fond, tout n’est qu’hypocrisie, peut-être ne veut-elle que passer devant cet homme, sans lui parler. Leur regard ne se croise pas. Au premier plan, en revanche, on distingue deux femmes âgées en pleine discussion. Elles encadrent nos deux personnages qui semblent éternellement figés dans un instant silencieux.

Gabriel Feuvrier