Archives par mot-clé : écriture sonore

De retour

Même sans bouger nous remplissons tous notre carnet de voyage. L’obscurité se dissipe, laissant flotter encore quelques idées pareilles à des bulles de savon. Voici des mots chuchotés dans cet entre-deux qui n’appartient qu’à nous, au sortir du sommeil, avant même que notre pied ne se pose sur le sol. Rien ne nous dévoile plus que ces souvenirs irréels, racontés d’une voix molle, hésitante, encore éblouie du voyage. Comme si en ce nouveau jour qui se lève, revenir à soi même nous rendait timides. Je donne une importance primordiale à cette matière onirique, et donc ai décidé pour une fois de l’immortaliser en glissant un micro aux portes de l’esprit des dormeurs. L’intime mis à nu. C’est ce côté à la fois tellement évident et irrésistiblement flou que j’ai souhaité restituer dans ce billet sonore.

Mes proches se prêtent gracieusement au jeu. Aucun effort ne leur est demandé, si ce n’est celui de dormir et de rêver. Le micro au pied du lit attend patiemment jusqu’au lendemain. Lorsque chacun appuie sur le bouton on, les mots coulent sans queue ni tête, et pourtant se dessine une trame, une image… Le mot « rêve » est ici évincé pour que l’auditeur se perde dans ces récits fantasques, qui petit à petit lui sembleront familiers. J’ai accompagné ce recueil d’une musique douce, apaisante, tout en crescendo, restituant l’état du corps dans les premières secondes du réveil.

Moyano Lucile

Matinée familiale

Rien de mieux qu’un petit déjeuner en famille pour illustrer un matin. A travers cet enregistrement, je voulais faire passer mon sentiment profond pour ces moments partagés avec mes proches. En effet, les matins se suivent et ne se ressemblent pas ; mes préférés restent ceux passés avec mes parents, mes frères et sœurs à discuter, rire ou se chamailler. J’ai voulu que la bande paraisse le plus naturelle possible, pour que chacun puisse se remémorer leur matinée en famille. On peut y voir une certaine banalité, une scène de la vie de tous les jours et c’est ce qui est recherché.

Pour illustrer mon matin, j’ai enregistré un petit déjeuner avec ma famille sans préparation et sans les prévenir afin de recueillir un instant réel. Je suis descendu avec mon téléphone en main et je l’ai posé sur la table avec le kit main libre branché. Après la fin du petit déjeuner, je me suis rendu compte que mon téléphone n’avait enregistré que deux minutes de nos discussions. J’ai entrepris de remixer ces deux minutes pour donner une chronologie, pour en faire une histoire. A l’origine le bruit de porte qui s’ouvre à été enregistré au milieu de la piste. J’ai voulu donner l’impression d’un début de récit en le repositionnant. Pour accompagner l’auditeur, je me suis enregistrée seule donnant une introduction et une conclusion à cet extrait. Pour garder le côté naturel au son, j’ai décidé de le conserver brut, de n’y mettre aucun effet, juste de réorganiser la conversation et d’augmenter le volume du son.

Un matin rythmé

Le matin. La plupart des matins se ressemblent : le réveil sonne, on se lève, on mange, on se douche, on se prépare. Tout ceci dans un temps imparti. Tous ces gestes qu’on répète les uns après les autres sans trop réfléchir. Tous ces sons que l’on n’entend même plus parce qu’ils sont devenus communs et banals dans notre quotidien.
Par cette écriture sonore, on redécouvre ces sonorités « ordinaires » retranscrites de manière plus rythmée. On leur donne une nouvelle vie et surtout un caractère moins monotone. Cette écriture sonore est constituée de tous ces bruits du matin. Ils sont placés de façon régulière (rappelant le quotidien et le caractère répétitif du matin) mais également de manière rythmée pour enlever la monotonie que l’on associe au matin.

Pour obtenir ce son, j’ai dû enregistrer les différents bruitages : bâillement, cuillère dans une tasse, micro-ondes, céréales qui tombent dans un bol, douche, chasse d’eau, déodorant, brossage de dent etc. Des bruits qui sont connus de tous. Puis, il a fallu ensuite les assembler. Les sons ont été placés dans l’ordre chronologique (du réveil vers la préparation) pour garder une certaine cohérence dans la narration.
Cette écriture sonore est constituée de 3 phases : la phase du réveil et du petit-déjeuner, la phase de la toilette ; ces deux premières phases sont plutôt linéaires. La phase finale regroupe l’ensemble des sons rappelant des matins plus pressés où l’on doit tout faire en même temps et où dans notre tête c’est la cacophonie.

Lauriane

Le réveil

Le matin me renvoie au moment du réveil. Vous savez, ce moment ou vous émergez de votre sommeil.

Vos yeux s’ouvrent et vous voyez clairement chaque petit détail qui se trouve devant vous. Les images floues et chaotiques de vos rêves ne sont plus qu’un lointain souvenir. Lointain mais tellement proche à la fois.

Un bruit, puis deux, puis une multitude. La rue, c’est la ville que vous entendez. Mais où est donc passé cet endroit merveilleux où je flottais dans mes rêves ? Il s’est évaporé au moment où cette mélodieuse alarme a retenti.

8h20. Vite ! Le temps passe toujours trop vite le matin.

8h30. C’est l’heure de partir.

Le matin est l’effervescence d’un moment qui s’évapore aussi vite qu’il est arrivé. Il s’empare de vous pendant quelques heures, il vous exalte ! Puis, dès que vous prenez conscience qu’il est bel et bien là, vous n’avez qu’une solution : le subir ou le vivre.

Pour réaliser ce travail, j’ai décidé de combiner des enregistrements vocaux ainsi que des bruitages. Pour le premier, il s’agit de ma voix ; pour le deuxième, les pistes sont prélevées d’une banque de données en libre accès sur internet. Je n’ai rajouté aucun effet car je trouvais qu’il n’y en avait pas besoin, ensuite, je l’avoue, n’étant pas très douée et à l’aise avec cet outil qu’est l’ordinateur, je n’ai pas voulu prendre trop de risques.

Alison Goizet