Archives par mot-clé : économie

Le Lac Rose : paisible paysage

(cc) Gabriel Feuvrier (09/10/2013)
(cc) Gabriel Feuvrier (09/10/2013)

Définir un lieu qui nous inspire, c’est nécessairement mobiliser ses souvenirs et leur attribuer une dimension capitale dans la construction de notre créativité, puis accepter de les personnifier afin de les élever au statut de guide onirique. En d’autres termes, un lieu qui nous inspire est toujours un lieu qu’on a connu, que ce soit dans le monde réel ou dans un monde imaginaire. Lorsque ce souvenir tient dans une photo, il est un élément brut d’un passé figé dans le temps et fixé aussi longtemps que durera son support. Il n’est alors source d’inspiration que parce qu’il est relié à un contexte, une émotion ou une révélation personnelle. Le dessin ci-dessus est la réappropriation d’un souvenir imprimé sur papier glacé. Il s’agit du Lac Retba, surnommé le Lac Rose, situé à quelques kilomètres de la ville de Dakar, au Sénégal. J’ai vécu dans ce pays entre 1998 et 2000 et, de ces deux années, malgré un contexte familial très difficile, le Lac reste mon souvenir le plus apaisant. Il est si salé que j’ai pu y flotter et me perdre dans le silence de sa densité. C’est l’endroit vers lequel je retourne systématiquement lorsque j’ai besoin de me concentrer ou de créer. Considérant le thème de ce billet, il méritait donc au moins un dessin.

Hormis son eau, le Lac rose n’est pas un lieu très coloré. La proximité de l’océan en fait même un endroit assez pâle. Ainsi, il fallait que ma réalisation soit légère, à la fois dans les formes et dans les traits. A ce titre, j’avais le choix, théorique, entre des pastels secs et des crayons de couleur. L’impossibilité de trouver les premiers m’a inévitablement orienté vers les seconds. Les couleurs sont aussi fidèles à mon souvenir que me le permettait la diversité de mes crayons. La barque est un ajout de ma part, afin de replacer le lac dans un contexte humain puisqu’il s’agit tout de même d’un des lieux de production les plus importants du Sénégal. Les hommes et femmes y récoltent le sel et le stockent provisoirement par petits monts sur le rivage du Lac. J’ai volontairement adouci les traits afin d’éviter les “pâtés” et pour tenter de recréer une certaine douceur permettant de retranscrire la torpeur dans laquelle on entre lorsqu’un lieu nous touche tout particulièrement.

Gabriel Feuvrier