Archives par mot-clé : Double

Têtu, t’es-tu vu ?

Têtu, t’es-tu vu ? (cc) Sylvestre (25/01/2014)

Il y a des moments où, réalisant qu’on fait fausse route, notre esprit s’élève et dresse le bilan de la situation. On s’observe, on pose un regard extérieur sur soi-même. Les faits sont là, l’isolement se fait sentir. Avec les nouvelles technologies nous nous enfermons dans notre bulle, bercé par une illusion de vie sociale permanente et sans coupure, mais virtuelle.

Pour mettre en scène cette histoire, j’ai décidé d’adopter deux positions différentes en une prise de vue unique avec un temps de pose de 30 secondes, afin de créer cette dualité. Avec ce temps de pose j’ai choisi une faible ouverture (f/13) afin de ne pas surexposer l’image. J’ai choisi de plonger la scène dans le noir et de l’éclairer à l’aide d’une simple lampe de bureau, surmontée d’un sac plastique rouge afin de créer une ambiance particulière et d’atténuer la puissance de la lampe. J’ai également placé un objet devant la lampe de manière à créer une ombre au niveau du mur en pierre, car étant clair il aurait été trop présent à l’image face au lit sombre.

Le cadrage de la photographie a permis un découpage en tiers. Horizontalement, la photo est « découpée » par le haut de la barrière et la jambe gauche du personnage allongé. Verticalement on a dans le premier tiers gauche le corps, puis au centre la tête du personnage allongé et enfin le personnage debout dans le tiers droit. Le lit étant sombre, le personnage allongé a uniquement la tête en légère transparence, contrairement à son corps. Cela confirme l’état du personnage : un corps présent mais un esprit ailleurs. Aussi, les barreaux au centre de l’image renforcent l’enfermement de celui-ci. Enfin, le livre sous le lit est excentré, contrairement au smartphone qui est au centre. Le livre est comme un passé qui tend à être oublié, au profit de la technologie.

Sylvestre

Alter écho

(cc) Fanny GALOU (08/12/2013)

Qui n’a jamais rêvé d’être une autre ? Qui ne s’est jamais inventé un double auquel il voudrait tant ressembler ? Une sorte de sosie mental idéalisé qui viendrait s’immiscer dans nos têtes et s’emparer de nos pensées. Moi je l’imagine lumineux, comme sorti d’un rêve. Il agit comme une petite voix intérieure contre laquelle on ne peut rien. Se manifestant quand tout va mal, il parvient à extirper tout ce qu’il y a de plus négatif en nous. Il nous empêche d’avancer, nous mettant nus face à toutes nos erreurs, nos défauts et nos hontes. Il profite de la moindre petite faille, du moindre doute et ne cesse de nous les ressasser. Désirable et lointain à la fois, il reste inatteignable mais fait pourtant partie de nous.

Cette photo est divisée en deux parties qui forment un tout. A droite, une première photo représentant mon « double mental ». Je l’ai prise à bout de bras en gros plan avec une très grande ouverture de diaphragme afin d’obtenir une luminosité très élevée et surexposée. J’ai aussi ajouté du cyan afin de faire ressortir la couleur des yeux et de la bouche. Pour réaliser la partie gauche, j’ai projeté la première photo sur ma télévision, je me suis positionnée devant et j’ai enclenché le retardateur. J’ai recadré l’ensemble de manière à ce qu’on ne voit rien d’autre que les deux personnages tout en zoomant sur le double pour qu’il paraisse immense et écrasant.

Fanny G.