Archives par mot-clé : déformation

Ariptrot

Ariptrot
Ariptrot. (cc) Soline Testard (13/03/2014)

Le portrait d’une personne permet son identification. En manipulant des parties disproportionnées du visage, il est possible de créer quelque chose de nouveau, d’inattendu. La bouche posée sur l’épaule permet de déformer, de transformer le corps pour atteindre une hybridation entre la photo de base et le corps d’un autre individu. « Ariptrot », est d’ailleurs un anagramme du mot « Portrait ». A travers cette photo, on retrouve la bouche pulpeuse d’une femme mais aussi une main d’enfant, une moustache au niveau de la bouche et un œil posé sur la poitrine. Tant d’éléments qui parlent d’eux même d’une personnalité recomposée à partir des personnes croisés dans une vie.

Pour mon collage, j’ai décidé de le traiter sous Photoshop qui est un logiciel qui me permet de donner libre cours à mon imagination. Je suis donc allée cherché des images sur internet que j’ai découpé et incrusté sur mon visage. Pour cela, j’ai traité l’œil en l’incrustant et j’ai redessiné la moustache pour la rendre plus poilue que la photo de base tout en m’effaçant la bouche. J’ai également appliqué une ombre au bras d’enfant pour créer un effet de profondeur et j’ai découpé mon propre bras en recomposant le fond pour y intégrer la bouche pulpeuse. Au final, nous sommes le fruit d’une multitude d’expériences.

Soline TESTARD

Mélange artistique

 

(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
Mélange artistique. (cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)

Entre collage et mosaïque, pop’art et Mondrian, rêve et réalité ou encore entre Petite Sirène et Avatar, j’ai voulu et pensé cette œuvre comme un condensé d’inspirations artistiques au croisement des possibilités. Si le collage est le maître mot de la composition, je souhaitais un résultat concret, propre et soigné mais pas trop plat, vivant et coloré. Ce collage est également le fruit d’un travail sur le parallèle entre la déformation de la réalité et la ressemblance avec l’image originale.

J’ai donc choisi de conserver les couleurs originales de la photo, mais de les accentuer et surtout de les réorganiser à mon goût. Ainsi le bijou devient peau et la peau devient bijou, tandis que la bouche devient cheveux, les cheveux deviennent t-shirt, le t-shirt devient bouche. Seul le jaune est absent de l’image initiale, mais son ajout me semblait nécessaire pour rendre le collage complet, illuminer le la composition et faire ressortir la silhouette. Les plages de couleurs constituées d’images de magazines déchirées et superposées, sont cernées de noir afin de rendre le personnage plus présent et défini.

Elodie CHALUMEAU

Un regard sur le monde

(cc) Di Cioccio Alexia (02/03/2014)
(cc) Di Cioccio Alexia (02/03/2014)

Lorsque l’on est enfant,  on se demande souvent ce qu’il y a dans le ciel. Où sont partis ces gens, qui ont, un jour, disparu de notre quotidien ? Il est dit dans certaines mœurs que quelqu’un surveille nos actes, et nos moindres pensées. Cet œil est-il au dessus de nos têtes en train d’analyser nos actions et de les juger ? Peut être est-ce juste le regard bienveillant d’un être cher. Si l’on se libère des grandes théories monothéistes, on peut penser à ces instants où l’on sent un regard se poser sur nous. On a beau chercher ses yeux qui nous fixent parmi la foule, en vain. Sommes- nous trop terre à terre pour ne pas considérer le fait que nous ne serions pas les seuls dans ce monde? La possibilité que d’autres êtres cohabitent avec nous est-elle impensable? Des êtres qui nous verraient, et auraient une vision du monde qui nous entoure différente de la notre.

Afin de réaliser ma photo expérimentale, je me suis tout d’abord concentrée sur mon premier rendu réalisé pour mes billets. Je voyais la possibilité de créer autre chose avec ses enfants qui jouent. Après quelques transformations à l’aide de filtres, je me suis tournée vers mes deux autres photographies. Après plusieurs superpositions et modifications de l’opacité, je n’étais pas satisfaite du résultat. J’ai décidé de me focaliser sur le trait de lumière de l’électrocardiogramme en light painting, trouvant sa forme superposée à la première photo intéressante. Puis j’ai totalement déformé les lignes de la photographie de mon salon, de même pour les couleurs. Après quelques effets, et plusieurs hésitations dans hiérarchisation de mes calques, j’ai vu apparaître comme un œil dans l’image. Un regard caché à l’angle d’une rue, qui observerait les gens dans l’ombre. En étudiant plusieurs fois mon travail, je me suis rendue compte qu’il pouvait être une vision subjective d’une pensée, d’un souvenir. Comme si l’on plongeait dans l’esprit d’une personne pour voir la pensée se matérialiser.

DI CIOCCIO Alexia