Archives par mot-clé : découpage

Les hautes lumières

(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)

Comme d’habitude, j’ai du mal à appréhender la démarche et à me lancer. Mais j’ai une idée de départ: imprimer puis découper en bandes mes trois précédentes photos, et enfin assembler les morceaux les uns après les autres dans le désordre. Je colle les bandes sur une grande feuille de papier canson, et trouve le tout un peu vide, fade. Il faut habiller un peu plus. Sans trop savoir ce que cela va donner, je commence à tapoter de la peinture noire autour de la frise avec un gros pinceau. L’effet me plaît, il fait ressortir les couleurs de la frise. Pas besoin d’en rajouter, je prends la photo et sur l’ordinateur je teste différentes modifications. Je veux dynamiser un peu la photo, je trouve l’ensemble trop terne. Par petites ou grosses touches, je change la saturation, la température de couleur, les reflets, les teintes, les contrastes et la luminosité. Je m’amuse un peu avec ce que j’ai sous la main, j’ai envie qu’on voit que c’est trafiqué. Je veux éviter que ce soit trop lisse, et donc tirer profit de l’épaisseur du papier canson pour faire ressortir la rugosité de la matière. Je m’arrête là, je sens que j’arrive à la limite du « trop ».

Je prends un malin plaisir à détruire, déconstruire, découper en tranches, déformer matériellement ce que j’ai fait et qui ne me plaît pas. A défigurer ce qu’il m’a été pénible de montrer. Altérer pour fausser: sous cette forme, les photos ne disent rien. On ne distingue pas grand chose et pourtant cela forme un tout. Je n’ai rien cherché de particulier, j’ai juste réalisé mes idées les unes après les autres, sans ardeur particulière. En revenant sur la photo terminée après quelques temps, je me suis rendue compte que j’avais été influencée par la chanson que j’écoutais lorsque j’étais en train de retoucher la photo, puisque j’ai immédiatement associé l’image à sa mélodie. Plus qu’une idée, je crois que j’ai inconsciemment cherché à recréer un état, une ambiance, celle que m’évoque cette chanson. L’association de cette musique à la photo lui donne une tonalité différente. Mais je serai la seule à le percevoir: de toute façon, on ne peut décrire le monde qu’à travers soi.

Clémentine Le Roy

SOUP

 

Dans un premier temps j’ai imprimé mes photos en plusieurs exemplaires, puis je me suis amusé à découper mon premier billet photographique en lamelles. Au début je voulais créer un effet de différentes dimensions, en découpant de la même manière mes autres photos et faire en sorte que si on est à droite on voit une photo et que si on est à gauche on en voit une autre. Pour cela, il aurait fallu que le travail final soit une performance avec du relief et pas une photographique. J’ai alors décidé de couper les lettres de mon anamorphose et recréer un mots, en l’occurrence « soup » puis j’ai laissé la photo de mon frère en entier pour que le spectateur de ma photo ne voit plus d’image concrète.

J’ai souhaité reprendre l’ambiance du bar pour faire en sorte qu’on pense être la nuit. J’ai donc pris un support rouge afin de rappeler les lumières du comptoir. Après ça j’ai pris une première photo puis je suis passée devant mon bureau où était posée ma photo, mes papiers se sont envolés. En réalité cet effet m’a plut mais pas en photo. C’est pour ça que j’ai posté sur notre site internet mon avant dernière photo et non ma dernière.

Xila

 

 

Quatre années découpées

Quatre années passées… 2009 rappelant mon voyage à Londres où je n’étais encore que lycéenne. Fin 2013, portrait d’une étudiante presque en fin de ses études. A partir de ces portraits de quatre années d’intervalles, j’ai réalisé ce collage numérique. Celui-ci permet de regarder deux photos simultanément comme pour voir ces moments distancés par le temps mais réunis le temps d’un collage. Le découpage par bande des portraits, permet cette rencontre entre les deux années. Aucune des photos ne ressort pour laisser l’oeil se déplacer dans le collage. Les bandes de couleurs permettent d’harmoniser la lecture qui ne reste plus seulement verticale.

Les deux photos ont été désaturées afin de les mettre au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. Ensuite, elles ont été coupées verticalement : une bande sur deux provient de la même photo. Ce découpage rend uniquement verticale la lecture du collage. C’est pourquoi des bandes horizontales de couleurs permettent d’équilibrer l’ensemble. Ces bandes aux couleurs primaires contrastent avec le reste du collage, en niveau de gris, mais par la transparence, laissent apparaître les deux portraits pour que tout reste visible et lisible.

L.

« Satisfaction garantie » – séquence 5 : Le petit déjeuner

Claire est éveillée au son d’un léger coup frappé à sa porte. Prise de panique, elle se souvient aussitôt de la présence de Tony dans sa maison, et combien elle avait cherché à l’éviter jusqu’à présent.

– Est-ce vous Tony ?

– Oui Madame Bellemont. Puis-je entrer ?

Elle avait sans doute acquiescé sans s’en rendre compte, car il fut soudainement dans la chambre sans le moindre bruit, portant un plateau entre ses mains.

– Le petit déjeuner ? Interrogea-t-elle

– Si vous le permettez.

Elle n’aurait osé refuser, aussi se dressa-t-elle pour recevoir l’appétissant plateau sur ses genoux.

(cc) Lucile Moyano (10/02/2014)
(cc) Lucile Moyano (10/02/2014)
(cc) Lucile Moyano (10/02/2014)

Pour une fois, dans cette série annuelle de travaux artistiques, nous avons dû répondre à une commande et nous positionner en tant que prestataires. Notre tache : réaliser le story-board correspondant au scénario adapté d’une nouvelle d’Asimov. Ce travail est l’occasion de nous exercer à des représentations schématiques, claires et précises, et de nous familiariser avec cette tâche spécifique de pré-production cinématographique. Mon travail se présente en deux parties : un découpage, sommairement dessiné, du nombre de plans exact que j’avais à l’esprit, afin de rendre compte le mieux possible du rythme et de la dramatisation de cette séquence ; ensuite le détail de deux plans, afin de mettre en avant le décor imaginé par une mise en couleur.

La première planche a été travaillée au crayon, puis repassée au stylo, pour plus de netteté dans les traits. La deuxième bénéficie d’une couche supplémentaire au crayon de couleur. Ce travail schématique se devait tout de même de décrire précisément la mise en lumière proposée pour cette séquence, ainsi que le jeu des acteurs. J’ai pour cela tenté de dessiner des expressions claires et parlantes, grâce aux formes des yeux et de la bouche des personnages. Dans une telle séquence, les visages en disent bien plus longs que les quelques phrases banales échangées entre Claire et Tony…

Lucile Moyano