Archives par mot-clé : croquis

J’ai retrouvé un calepin dans mon grenier

J'ai retrouvé un calepin dans mon grenier (cc) Coline Cesbron 01/03/14
J’ai retrouvé un calepin dans mon grenier (cc) Coline Cesbron 01/03/14

Voici une superposition de trois photos : l’une prise sur le miroir d’eau à Bordeaux, une autre effectuée avec la technique du light painting dans un appartement et enfin un autoportrait devant un miroir. Sur Photoshop, j’ai effectué quelques expérimentations. D’abord, j’ai placé les images de telle sorte que chacun des éléments ne se chevauchent pas trop. Puis, j’ai ajouté sur le tout une courbe de transfert de dégradé teinté de rose. J’ai ensuite ajouté à chaque image un filtre «tracé des contours», leur conférant cet effet «dessin».  Et enfin, j’ai joué un petit peu avec la luminosité, le contraste ou la saturation des photos avant d’insérer des effets de dégradés roses dans les coins de l’image.

Le résultat obtenu m’a rapidement fait penser à un croquis, ou plutôt un mélange de croquis, avec des traits de construction apparents. Il semblerait que dans un calepin resté fermé trop longtemps et mis aux oubliettes, trois croquis réalisés au crayon à papier et feutre rose se seraient entremêlés. Chacun aurait déteint les uns sur les autres et le feutre rose abimé les coins de l’image en bavant. Le croquis du bas avec la petite fille sur le miroir d’eau serait un souvenir d’enfance auquel la jeune femme devant le miroir est en train de songer. Les silhouettes roses, elles, semblent être des apparitions spectrales, apportant à l’image un aspect hanté.

Coline Cesbron

 

« Satisfaction garantie » – séquence 10

Claire, qui se cramponnait à son chapeau pour résister aux fantaisies facétieuses que le vent prenait avec lui , avait ramené de la bibliothèque publique deux épais traités sur l’art domestique. Elle observait Tony lorsqu’il ouvrait l’un deux et se mit à feuilleter. C’était la première fois qu’elle voyait ses doigts s’activer à une besogne exigeant de la délicatesse.  » Je ne comprends pas comment ils peuvent obtenir un pareil résultat », pensa t-elle, et, poussée par une impulsion subite, elle saisit sa main du robot et l’attira vers elle. Tony ne résista pas et la laissa inerte, pour lui permettre de l’examiner.

– C’est remarquable, dit-elle, même vos ongles ont l’air absolument naturels.

–  C’est voulu, bien sûr, répondit Tony. La peau est constituée d’un plastique souple, et la charpente qui tient lieu de squelette est faite d’un alliage de métaux légers. Cela vous amuse?

– Pas du tout. (Elle leva son visage rougi.) J’éprouve une certaine gêne à jeter indiscret dans vos viscères, si je puis dire. Cela ne me concerne nullement. Vous ne me posez aucunes questions sur mes organes internes.

– Mes empreintes cérébrales ne comportent pas ce genre de curiosité. Je ne puis qu’agir dans la limite de mes possibilités. Claire sentit quelque chose se nouer à l’intérieure de son corps au cours qui suivit. Pourquoi oubliait- elle constamment qu’il n’était qu’une simple machine? Paradoxalement, c’était la machine qui venait de lui rappeler. Elle était à ce point frustrée de toute sympathie qu’elle venait à considérer un robot sans être son égal… parce qu’il lui témoignait de l’intérêt ?

"Satisfaction garantie" - séquence 10 (cc) Alexia Di Cioccio (09/02/14)
« Satisfaction garantie » – séquence 10 (cc) Alexia Di Cioccio (09/02/14)

Pour la réalisation de ce story-board, j’ai décidé de me concentrer sur les interactions entre Claire et Tony. Pour cela, j’ai d’abord réalisé une vignette en plan américain, montrant Claire en train de tenir la main de Tony (le robot). Dans la seconde on voit cette femme la tête légèrement baissée et le visage rougi. Elle examine sa main, encore une fois, en tout en pensant à ce qu’elle vient de lui demander. Le plan opère un zoom avant sur les visages afin de capter leurs expressions. Le robot à délibérément une attitude détachée et un regard vide. Pour faire voir la seule différence entre humain et robot. Cette partie de storyboard fini par un gros plan de Claire, elle est comme égarée, son regard se perd dans le vide. Elle ne sait plus où elle en est, son esprit flotte dans cette maison terne.

Les trois vignettes ont été réalisées au crayon à papier, puis les traits principaux repassés avec un crayon plus gras (6B), afin de faire « ressortir » davantage les personnages, leur attitudes et leurs expressions, mais aussi permettre un meilleur rendu à l’écran une fois les dessins numérisés.

Alexia Di Cioccio