Archives par mot-clé : créature

Le monstre qui n’avait pas de nom

(cc) Chloé Hernandez (12/01/2014)
(cc) Chloé Hernandez (12/01/2014)

« Il était une fois, un monstre qui n’avait pas de nom ». Tel est le début d’un conte pour enfant qui m’inspire le titre de cette photographie. Lorsque j’ai entendu les mots « intérieur » et « intimité », qui devaient servir de ligne conductrice pour notre travail, je me suis alors demandée ce que représentait pour moi la notion d’intimité. Très vite,  j’ai songé à quelque chose d’enfoui, de profond, quelque chose à l’intérieur de nous et qui nous définit. Mais qui sommes-nous ? D’un point de vue psychanalytique, il est impossible de répondre à cette question. Il y a une opacité qui masque ce qui se trouve au plus profond de nous. J’ai donc souhaité représenter ce qui pouvait se trouver derrière ce voile et qui symboliserait mon intimité. L’image d’un cocon m’est venue, un endroit confiné qui protège et abrite une partie de moi. Une partie que j’ai du mal à nommer, qui se dissimule derrière le voile de mon inconscient. Elle vit là et se tapît dans l’ombre de mes pensées. Cette créature sans nom fait de toute évidence partie de moi, elle y a installé son nid et ne compte pas se déloger.

Pour réaliser la tanière de la créature, il fallait un univers obscur, j’ai donc accroché des bandes noires sur les murs en guise de fond. J’ai confectionné ensuite son nid à l’aide de branchage. Puis, pour les besoins de la photo, j’ai dû me métamorphoser en cette créature, lui donner une apparence concrète afin qu’elle puisse s’exprimer. Elle qui d’ordinaire vit cachée, je devais m’immiscer dans son intimité, la révéler aux yeux de tous.  De longues et interminables minutes de préparation : maquillage, coiffure, lentilles de contact et déguisement contribuent à donner vie au « personnage ». Avec un trépied, j’ai positionné mon réflex en plongée avec un cadrage serré sur le nid. Comme je souhaitais garder un effet assez sombre pour représenter l’antre du monstre, j’ai fermé le diaphragme de mon objectif sur f/6.3 et réglé un temps d’exposition de cinq secondes, permettant l’apparition de quelques éléments, sans trop de luminosité sur la photo. Je me suis ensuite accroupie à côté du nid fixant l’appareil, avant de déclencher la photo grâce au retardateur. Au fur et à mesure que les clichés se prenaient, j’ai décidé de profiter du temps de pause assez long pour me décaler de ma place initiale. Je découvre alors, que le hasard des flous de mouvements apporte du caractère à cette créature, à la fois chétive et impressionnante, en lui donnant un aspect presque irréel.

J’ai choisi de garder une des photos issues de la série des « flous de mouvements » car je trouve l’aspect fantasmagorique de la créature renforcé et curieux. Sur la photo, seul le nid donne l’impression d’être bien présent alors que la bête disparaît, nous laissant dans le doute sur sa réelle présence. Ce n’était pas mon intention de départ, mais je trouve intéressant que le nid et les plumes deviennent les témoins de ce qui vient de se passer. Parce que si ma première volonté était de montrer la présence de cette partie inconnue de moi-même et de la présenter comme une créature étrange et craintive, le résultat en est quelque peu différent. Nous voilà confronter à une créature agressive, une prédatrice qui semble s’être attaqué au nid géant et qui est en posture de réitérer son assaut. L’aspect méfiant que je pensais lui donner a laissé place à une allure dominatrice. Le flou, lui, alimente l’interrogation qui l’entoure : mais qui est-elle ? Protège-t-elle mon inconscient ou au contraire, dois-je craindre sa présence ?

Chloé Hernandez