Archives par mot-clé : couleurs

Mélange artistique

 

(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
Mélange artistique. (cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)

Entre collage et mosaïque, pop’art et Mondrian, rêve et réalité ou encore entre Petite Sirène et Avatar, j’ai voulu et pensé cette œuvre comme un condensé d’inspirations artistiques au croisement des possibilités. Si le collage est le maître mot de la composition, je souhaitais un résultat concret, propre et soigné mais pas trop plat, vivant et coloré. Ce collage est également le fruit d’un travail sur le parallèle entre la déformation de la réalité et la ressemblance avec l’image originale.

J’ai donc choisi de conserver les couleurs originales de la photo, mais de les accentuer et surtout de les réorganiser à mon goût. Ainsi le bijou devient peau et la peau devient bijou, tandis que la bouche devient cheveux, les cheveux deviennent t-shirt, le t-shirt devient bouche. Seul le jaune est absent de l’image initiale, mais son ajout me semblait nécessaire pour rendre le collage complet, illuminer le la composition et faire ressortir la silhouette. Les plages de couleurs constituées d’images de magazines déchirées et superposées, sont cernées de noir afin de rendre le personnage plus présent et défini.

Elodie CHALUMEAU

Mélange de genres

“Mélange de genres”(cc) Émilie Donès (04/03/2014)
“Mélange de genres”(cc) Émilie Donès (04/03/2014)

Du mélange nait la création. Les consignes sont simples « laissez vous aller et vous verrez ». Je me lance au hasard dans ma création. J’ai décidé pour ce billet d’utiliser Photoshop. Cet outil me permettra de modifier les couleurs, la matière et les genres mais surtout d’associer facilement les trois travaux réalisés précédemment. La première photo réalisée servira de base. Je l’insère et la transforme en noir et blanc. S’ajoute ensuite les deux autres photographies en mode incrustation comme pour les lier à la première. Je modifie ensuite les matières et les couleurs grâce aux filtres existants sur le logiciel afin de créer une certaine homogénéité.

J’étais persuadée en commençant ce billet que les photographies de par leur différences, ne pourraient en aucun cas communiquer. En regardant maintenant d’un œil extérieur ma réalisation, j’arrive à déceler un sens certain. Le personnage de dos se place comme spectateur de la première photo. Cette dernière présente un homme, mendiant au milieu d’une foule de passants ne lui prêtant pas la moindre attention. La tristesse de cette situation, soulignée par l’aspect terne de la photographie, pousse la spectatrice à détourner le regard, essayant de s’échapper en suivant la lumière. Cette lumière d’espoir communique alors avec le bras de la danseuse qui considère son corps comme moyen d’évasion.

Emilie Donès.

 

 

Un regard sur le monde

(cc) Di Cioccio Alexia (02/03/2014)
(cc) Di Cioccio Alexia (02/03/2014)

Lorsque l’on est enfant,  on se demande souvent ce qu’il y a dans le ciel. Où sont partis ces gens, qui ont, un jour, disparu de notre quotidien ? Il est dit dans certaines mœurs que quelqu’un surveille nos actes, et nos moindres pensées. Cet œil est-il au dessus de nos têtes en train d’analyser nos actions et de les juger ? Peut être est-ce juste le regard bienveillant d’un être cher. Si l’on se libère des grandes théories monothéistes, on peut penser à ces instants où l’on sent un regard se poser sur nous. On a beau chercher ses yeux qui nous fixent parmi la foule, en vain. Sommes- nous trop terre à terre pour ne pas considérer le fait que nous ne serions pas les seuls dans ce monde? La possibilité que d’autres êtres cohabitent avec nous est-elle impensable? Des êtres qui nous verraient, et auraient une vision du monde qui nous entoure différente de la notre.

Afin de réaliser ma photo expérimentale, je me suis tout d’abord concentrée sur mon premier rendu réalisé pour mes billets. Je voyais la possibilité de créer autre chose avec ses enfants qui jouent. Après quelques transformations à l’aide de filtres, je me suis tournée vers mes deux autres photographies. Après plusieurs superpositions et modifications de l’opacité, je n’étais pas satisfaite du résultat. J’ai décidé de me focaliser sur le trait de lumière de l’électrocardiogramme en light painting, trouvant sa forme superposée à la première photo intéressante. Puis j’ai totalement déformé les lignes de la photographie de mon salon, de même pour les couleurs. Après quelques effets, et plusieurs hésitations dans hiérarchisation de mes calques, j’ai vu apparaître comme un œil dans l’image. Un regard caché à l’angle d’une rue, qui observerait les gens dans l’ombre. En étudiant plusieurs fois mon travail, je me suis rendue compte qu’il pouvait être une vision subjective d’une pensée, d’un souvenir. Comme si l’on plongeait dans l’esprit d’une personne pour voir la pensée se matérialiser.

DI CIOCCIO Alexia

Sunday morning

 Sunday Morning (cc) Alexia DI CIOCCIO (8/12/13)
(cc) Alexia DI CIOCCIO (8/12/13) 

Un dimanche matin, baigné par la lumière pâle et la chaleur timide d’un soleil d’hiver s’immisçant par une fenêtre pour éclairer notre intimité, encore ensommeillée. Bien que la pendule indique midi passé, la journée ne fait que commencer pour les habitantes à peine réveillées. Un petit déjeuner pas encore avalé, la journée est placée sous le signe de la détente et du repos. Les jambes lourdes et fatiguées par leur samedi soir gisent sur le canapé. Elles auront bien du mal à le quitter aujourd’hui. Les quelques pas effectués seront pénibles et lourds. L’intérieur d’un nid chaleureux et coloré, marqué par des fragments d’identité semés à droite à gauche dans cet espace. Des livres, une couverture, un cendrier, du sirop autant de vestiges de la semaine écoulée. Le temps a filé jusqu’à ce dimanche matin, pour se retrouver figé par ce soleil hivernal.

Pour cette photographie, je n’ai pas utilisé de lumière artificielle. C’était un souhait de n’utiliser que celle qui entrait par la fenêtre à ce moment là car elle mettait en valeur les couleurs de la pièce. L’invasion du soleil dans l’appartement a été le moyen de traduire l’entrée de quelqu’un dans cette intimité, de mettre en lumière pour dévoiler. Les objets qui composent la scène suggèrent le passé (la soirée de la vieille) comme le présent : un dimanche sacré, celui du repos. L’ensemble de la scène est net grâce à une vitesse de prise rapide de 1/200s, une ouverture de diaphragme de 4 et l’utilisation d’un objectif grand angle. La multitude d’objets oblige l’œil à analyser l’image plus longuement, à faire une recherche, comme lorsque que l’on découvre petit à petit l’identité et la personnalité d’une personne.

 Alexia DI CIOCCIO

Fluctuat Nec Mergitur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Redonner des Couleurs (cc) Dorian D. (24/11/2013)

Le monde m’a toujours fasciné et déçu, attiré et repoussé, trahi par les « combines » et les désillusions. Pourtant il en né tant de réflexions… J’ai choisi de le représenter tel qu’il m’inspire, par un croquis du mur au fond de mon jardin. Ce mur m’a souvent servi de refuge lorsque j’étais enfant, il a connu tous mes états d’âme, toutes mes joies et toutes mes peines. Il a aussi été un rempart contre la morosité du monde qu’il laisse pourtant entrevoir. Un jour de spleen, j’ai décidé d’y peindre des crayons de couleurs… C’est souvent de la tristesse que jaillit la création.

J’ai voulu montrer la relation au monde qu’entretient un enfant triste et qui s’ennuie au fond d’un jardin. J’ai choisi le format A5 par contrainte de temps, le dessin à la plume étant chronophage. Cette réduction a été rendue possible par l’usage d’une plume dont la pointe ne mesure que quelques dixièmes de millimètres. J’affectionne cet outil tant pour le dessin que l’écriture : l’encre de Chine interdit l’erreur. Cependant, deux difficultés persistantes, dont il faut s’accommoder, résident dans la maîtrise de l’épaisseur du trait et du débit de l’encre. Dans ma recherche artistique j’ai choisi de ne pas utiliser de règle afin d’éviter un résultat trop rigide, trop rectiligne, qui m’aurait déplu. Ainsi, les murs ne sont pas droits et les perspectives sont faussées : peu importe, le monde est ainsi conforme à ma pensée, bancal. Mais j’ai voulu également représenter l’espoir dans ce dessin terne : j’ai allumé le lampadaire…

Dorian D.