Archives par mot-clé : Couleur

Bazar coloré

(cc) Chalumeau Elodie (28/02/2014)
(cc) Chalumeau Elodie (28/02/2014)

Une à une, j’observe mes trois images vues sous les différents filtres de Photoshop, en quête d’inspiration, d’une combinaison qui fonctionne, qui attire et retient l’attention. L’image de l’œil ressort bien sous différentes formes mais ce n’est pas le cas de deux autres photos. J’arrête enfin mon choix sur le filtre esthétique « contour lumineux », que j’applique finalement au trois images de la même manière. Puis je superpose les trois et joue sur la transparence entre elles, la luminosité et la saturation des couleurs. D’autres idées me viennent, je fais d’autres tests, du noir et blanc, des images animées… Mais rien ne me plait autant que cette image à la fois simple et compliquée, pleine de couleurs et de surprises.

L’image finale donne l’impression d’être constituée de néons entremêlés laissant percevoir les formes d’origines, mais en créant également de nouvelles. Ainsi le miroir où se reflètent des vêtements devient une guitare. Les cils ajoutés aux contours d’un pull forment un animal : porc-épic ? Phoenix ? Et chacun peut donc, à force d’observation, découvrir de nouveaux objets, imaginer une histoire. Le point de lecture le plus commun à tous est la silhouette entourée de nuances bleutées qui se découpe au centre de l’image, mais l’œil peut ensuite s’égarer dans toutes les directions.

Elodie Chalumeau

Amour et nature

Pour réaliser cette photo expérimentale, j’ai utilisé mes trois précédentes photos. Sur le logiciel Photoshop, j’ai appliqué plusieurs traitements pour atteindre ce résultat. En désaturant chacune d’entre elle, je les mettais toutes au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. En augmentant les contrastes des photos et en activant des options sur le logiciel de retouche, j’ai obtenu seulement des formes de mes photos. Tout est devenu abstrait. Mais cette photo sans couleur, constituée seulement de forme, m’a paru triste ce qui m’a incité à mettre de la couleur. Après plusieurs tests, je me suis arrêtée sur ce rose avec ce cercle de tonalités différentes de verts. Ce rond, rappelant le cercle d’une des photos est placé juste à côté pour garder cet effet de courbe. J’ai décidé de m’arrêter là dans le traitement photographique car je souhaité qu’aucune des photos soient reconnaissables et que quelque chose ressorte par la couleur.

Ayant décidé de m’arrêter là dans le traitement, j’y ai vu une interprétation. Deux mondes étaient présents sous mes yeux, représentés par les 2 couleurs : le rose et le vert. Dans la couleur rose, je vois la tendresse ou l’amour. Déjà par la couleur souvent associée à ce thème mais également par les formes visibles. En effet, en haut de la photo on peut observer un cœur ou encore deux personnes qui s’embrassent. Dans le vert, couleur souvent associée à la nature, je peux trouver la présence d’un animal, la loutre. On ne peut voir que la tête presque face à nous comme si elle se trouvait dans des marécages. Le cercle central entoure la tête de la loutre et le baiser amoureux comme pour réunir les deux univers. Ce cercle me fait penser à un gong hindouiste où la culture est basée sur l’amour et et le respect de la nature.

Lauriane

Éclosion

(cc) Lisa Delpeech (01/03/2014)
(cc) Lisa Delpech (01/03/2014)

En tout premier lieu, j’ai décidé de faire un montage de mes trois images: l’univers de la rue, Double Je et La muse. Ensuite, j’ai dû choisir dans quel ordre je souhaitais réaliser mon montage. En effet, l’ordre de superposition des photos donnait des résultats complètement différents. J’ai finalement opté pour Double Jeu en fond auquel j’ai ajouté un filtre de solarisation transformant les couleurs puis le filtre ondulation pour changer la texture de l’image. De plus j’ai fusionné l’image La Muse en différence, ce qui modifia encore les couleurs. Par-dessus, j’ai joint en fusion la photo l’univers de la rue en lumière tamisé. A ce moment là j’ai remarqué une forme que je trouvais intéressante. J’ai alors décidé de pousser la saturation des couleurs au maximum pour donner ce résultat.

Cette forme donnait l’impression au milieu de l’image d’une fleure multicolore. Après avoir agrandi cette partie, le montage donne plus l’impression d’un tableau sur lequel le peintre aurait fait des aplats de couleurs. Et en regardant plus précisément, on remarque une silhouette. Finalement cette image fait penser à une photo qui se serait dégradée avec le temps.

Lisa Delpech

Le syndicat a pris des couleurs

(cc) Najib Mabchour (20/10/2013)
Le syndicat a pris des couleurs.(cc) (20/10/2013)

Dès les premières lueurs du jour, nous les croisons : le bleu, le rouge et le vert. Ces couleurs nous sont familières, mais leur visage ne l’est pas. Pourtant, ils déambulent aux quatre coins de la ville du lundi au vendredi. Leur mission nous transmettre les nouvelles informations. Parfois, nous leur accordons un regard, un bonjour ou même un début de conversation. Puis très souvent, nous sommes pris par la frénésie et le stress des transports en commun. À cette heure-là, notre seul objectif, c’est de ne pas arriver en retard. C’est dans ces moments là que nous ne leur accordons plus d’attention ; les regards s’évitent et les sourires disparaissent. Ce qui compte, c’est de leur extirper le journal des mains et de continuer notre rythme effréné. Est-ce peut-être que nous nous sommes levés du mauvais pied ? Ou peut-être que pour nous, ils font simplement partie du décor, telle une pièce de théâtre qui se jouerait chaque matin.

Distributeur de presse gratuite, tel est leur nom. Par cette photo, je désire leur rendre un certain hommage non pas qu’ils soient persécutés, mais parce qu’il y a deux ans, j’ai occupé ce poste. Si j’ai choisi cette photo, ce moment précis, je le connais bien. Une fois la distribution passée, la pression redescend. On en profite pour se retrouver. Peu importe notre couleur, nous partageons nos impressions, des moments d’humanité que nous n’avons pas pu trouver. On se réunit comme des syndicalistes pour discuter de nos conditions de travail, en se disant déjà que tout recommencera demain.

La jeune Rose

(cc) Chloé Hernandez (20/10/2013)

Cela fait plusieurs minutes que je suis ici à scruter les passants. Je photographie, à l’aide de mon téléphone portable, toute personne à proximité.  Grâce à lui je peux agir en toute discrétion.  Je multiplie les photos et attends que “quelque chose” arrive. J’essaye de capter, de traduire une histoire, celle de ces promeneurs du dimanche, qui se rendent je ne sais où. Je suis les mouvements de la masse. Soudain, elle apparaît, révélée par les déplacements des passagers. Elle est là, vêtue de rose, au milieu de la foule qui se précipite à l’intérieur du tramway. Elle semble figée, hors du temps, alors que tout est mouvement autour d’elle. La couleur vive de ses vêtements la sépare du reste du monde. Malgré l’attroupement, elle est isolée. Tandis que tout est monotone, elle apporte chaleur et lumière autour d’elle. C’est la première personne qui remarque ma présence. Elle me fixe, s’interrogeant sur ce que je fais. Peut-être est-elle intriguée par mon attitude statique, qui reflète sa position. Ou tout simplement ai-je attiré son attention, parce que moi aussi, je suis vêtue de rose.

Rester immobile était pour moi le meilleur moyen d’observer et capter ce qui se déroulait devant moi. Je me devais d’être là et de saisir le bon moment. Les portes du tramway se sont ouvertes, les passagers ont commencé à descendre et en quelques secondes je me suis retrouvée submergée par la foule. Je suis restée à ma place en observant le cadre qui évoluait devant moi. La “jeune Rose” se dévoilait au fur et mesure que la foule se déplaçait. On aurait cru qu’elle m’attendait, statique, comme si elle s’était positionnée par rapport aux autres éléments présents sur  la photo. Le hasard a rajouté de la subtilité à la scène : la jeune Rose est l’unique visage que l’on distingue et elle est l’unique regard perceptible dans le cadre. Son regard vif, la couleur de ses vêtements, sont les contrastes qui donnent une force à cette photographie.

Chloé Hernandez