Archives par mot-clé : contraste

Transposition

(cc) Delphine Delumeau (27/01/2014)
(cc) Delphine Delumeau (27/01/2014)

Pour réaliser cette photographie j’ai utilisé le logiciel Photoshop. Tout d’abord, j’ai utilisé ma première photographie reportage comme arrière plan, puis je l’ai modifiée de façon à ce que les teintes soient légèrement rosées. J’ai détouré mes deux dernières photographies et je les ai importées après avoir modifiées également les teintes. Celle de mon deuxième billet, qui représente mon frère et moi même, est davantage contrastée. Pour la photographie de mon troisième billet, représentée par la bougie, j’ai gardé les teintes orangées et je l’ai légèrement rendu transparente.

La photographie de l’arrière plan a des teintes légèrement rosées pour faire référence à l’événement qu’elle représente, octobre rose. J’ai détouré les autres photographies dans le but de créer un ensemble de superpositions. J’ai contrasté et foncé davantage la photographie de mon deuxième billet car c’est celle que je préfère, je  souhaitais qu’elle soit  mise en valeur.  Nous pouvons donner du sens à cette composition, d’après mon interprétation, la foule à l’arrière plan tente d’écraser les deux personnages qui sont protégés, comme dans une bulle, grâce à la bougie.

 

Emanation

Emanation (cc) Émilie Donès (26/01/2014)
Emanation (cc) Émilie Donès (26/01/2014)

A la tombée du jour. Le temps est maussade, la pluie ne cesse de tomber et l’air est froid. C’est un soir d’hiver, un de ceux que l’on ne préfèrerait pas vivre, un de ceux qui nous rappellent que les beaux jours ne sont pas prêts de faire leur apparition. Appuyée à la rambarde, elle se retrouve face à sa vie. Elle l’imagine comme elle la voit, grise et pluvieuse. Face à elle, un mur. Elle ne voit pas d’issue possible. Dans cette atmosphère étouffante et glaciale, elle se remémore quelques instants particuliers de sa vie et broie du noir, les choses négatives la tirent vers le bas, les choses positives l’emplissent de nostalgie. Elle sait que ce n’est qu’une passade, détourne le regard, ferme les yeux et pense aux meilleurs moments de sa vie, ceux qui lui redonnent le sourire, ceux qui, comme par magie, lui apportent la lumière dont elle a besoin.

Afin d’illustrer au mieux le scénario que j’avais dessiné dans mon esprit, j’ai réalisé le cliché au bout de ma terrasse. Ainsi, la sensation de contemplation est ressentie. Le mur face à moi est recouvert d’arbres noircis par la pluie et l’humidité et figés par le froid. Les branches entremêlées les unes aux autres renvoient à l’aspect brouillé et négatif de l’esprit. Au milieu de cette atmosphère pluvieuse, je me tiens de dos afin que l’on ne me reconnaisse pas, le but étant de laisser chacune des personnes s’identifier au scénario. La tête inclinée sur le côté, je ferme les yeux et emporte mon esprit vers d’autres pensées, des pensées positives, qui représentées par les boules de lumière, vont me tirer vers le haut.

Un fois l’instant immortalisé, je me rends compte que sans l’avoir prévu, j’ai utilisé comme support une échelle de bois. Celle ci symbolise parfaitement le sentiment que je voulais intégrer à ma photographie, l’élévation, l’évasion. Mais en y regardant de plus près, je me rends compte qu’il est possible d’interpréter l’image différemment en imaginant que justement la personne est porteuse de lumière et de bonheur dans un monde maussade. Après la mise en commun des divers travaux réalisés, je me suis aperçue que l’image pouvait être interprétée tout simplement comme représentative d’une part de soleil et de gaieté dans un environnement froid et hivernal, ce dernier aspect étant clairement perçu et laissant certains penser que le cliché avait été réalisé en Norvège.

Emilie Donès.

Identité Virtuelle

(cc) Dorian D. (08/XII/2013)
(cc) Dorian D. (08/XII/2013)

Peut-être est-ce un excès d’études kubriciennes qui m’a conduit à représenter la déconstruction identitaire. Connaissons-nous vraiment celui que nous sommes ? L’identité est un visage, un masque, qui mue au fil des confrontations à la vie, comme une toile blanche à laquelle un jet de couleurs sans cesse renouvelées donnerait une vie, une personnalité. Ainsi, comme un masque cache un visage, c’est lui qui reflète notre identité, image sur laquelle seule une puissante introspection permet de porter un regard vrai. Dans le flou de l’intimité du réveil, j’ai voulu montrer un “Je suis” mal cerné, à l’instant dénué de toute image. Celle-ci fausse la réalité mais ouvre la voie pour s’y confronter.

Le flou de bougé est obtenu avec un temps d’exposition de l’ordre de quatre secondes. Le diaphragme est ouvert à 1.16 pour compenser le gain de lumière. Malgré ce couple, la différence de luminosité entre l’écran du téléphone et la chambre a induit des blancs brûlés sur l’orchidée et des ombres bouchées à gauche de la photo. J’ai donc corrigé l’exposition de -2EV, ne souhaitant pas monter en ISO pour conserver un grain fin sur ma photo. La balance des blancs est calculée sur le mur, mais en lumière naturelle sur l’écran. Ainsi ai-je pu reproduire la teinte jaunâtre de la lampe de chevet. Le tableau à fond noir est bel et bien sur le mur, j’ai composé l’image en cadrant d’abord la fleur puis le téléphone. Enfin, au risque de créer une image publicitaire, la marque est laissée visible pour représenter la société qui nous standardise et nous dévore…

Dorian D.

Fluctuat Nec Mergitur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Redonner des Couleurs (cc) Dorian D. (24/11/2013)

Le monde m’a toujours fasciné et déçu, attiré et repoussé, trahi par les “combines” et les désillusions. Pourtant il en né tant de réflexions… J’ai choisi de le représenter tel qu’il m’inspire, par un croquis du mur au fond de mon jardin. Ce mur m’a souvent servi de refuge lorsque j’étais enfant, il a connu tous mes états d’âme, toutes mes joies et toutes mes peines. Il a aussi été un rempart contre la morosité du monde qu’il laisse pourtant entrevoir. Un jour de spleen, j’ai décidé d’y peindre des crayons de couleurs… C’est souvent de la tristesse que jaillit la création.

J’ai voulu montrer la relation au monde qu’entretient un enfant triste et qui s’ennuie au fond d’un jardin. J’ai choisi le format A5 par contrainte de temps, le dessin à la plume étant chronophage. Cette réduction a été rendue possible par l’usage d’une plume dont la pointe ne mesure que quelques dixièmes de millimètres. J’affectionne cet outil tant pour le dessin que l’écriture : l’encre de Chine interdit l’erreur. Cependant, deux difficultés persistantes, dont il faut s’accommoder, résident dans la maîtrise de l’épaisseur du trait et du débit de l’encre. Dans ma recherche artistique j’ai choisi de ne pas utiliser de règle afin d’éviter un résultat trop rigide, trop rectiligne, qui m’aurait déplu. Ainsi, les murs ne sont pas droits et les perspectives sont faussées : peu importe, le monde est ainsi conforme à ma pensée, bancal. Mais j’ai voulu également représenter l’espoir dans ce dessin terne : j’ai allumé le lampadaire…

Dorian D.