Archives par mot-clé : concept

Et la lumière fut

(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)
(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)

Pour ce projet de photographie conceptuelle, je souhaitais jouer avec la lumière et les reflets tout comme le travail du photographe Alain Fleischer. Dans son travail photographique, il a beaucoup utilisé les miroirs pour jouer sur les reflets. Pour mon billet, je souhaitais utiliser des matériaux différents et naturels. J’avais pour objectif de lier l’eau et le feu, deux éléments naturels contraires. L’eau est source de vie et le feu est envoûtant, son approche suscite la fascination et pourtant il est insaisissable.

Pour réaliser cette photographie j’ai donc versé de l’eau sur ma table et disposé ma bougie au centre de celle-ci. J’ai pris la photographie lors de la nuit tombée et j’ai éteint toute les lumières de mon appartement, afin d’avoir seulement la lumière qui provenait de la bougie. J’ai utilisé une faible focale et une vitesse d’obturation rapide afin que l’objet soit net. Pour prendre cette photographie je me suis positionnée très proche de l’objet et de façon à ce que le reflet de la bougie soit aussi visible que la bougie elle-même.

 Ce qui me plaît dans cette photographie, c’est la symétrie parfaite de la bougie et de son reflet, ainsi que la ligne rouge qui apparait entre les deux. Nous pouvons observer une prédominance de la flamme et de la lumière qu’elle renvoie, alors que l’eau n’est pas perceptible. En effet l’eau donne parfois une impression de faiblesse, alors qu’au contraire elle est forte. De tous les éléments terrestres, elle domine toujours, même le feu ne lui résiste pas, pourtant symbole de purification.

Songe d’une nuit d’hiver

(cc) Camille Nivat (06/12/2014)
(cc) Camille Nivat (06/12/2014)

 

Une photographie conceptuelle ? Même après quelques exemples, je n’arrivais toujours pas à donner une définition à ce terme. Peut-être que tout l’intérêt de ce type de photographie est justement l’absence de définition. Cela laisse une grande marge de Liberté. Mais cela ne m’aide pas tellement à trouver une idée… Ma seule certitude était qu’il fallait une idée préalable à la prise de vue. En regardant les quelques objets que j’ai en ma possession à Bordeaux, j’ai pris conscience de la difficulté qui allait ressortir de la préparation de ce billet. Ce n’est qu’une semaine après l’annonce du sujet que des bribes de concept m’ont traversé l’esprit. Plus précisément, un élément m’est revenue en mémoire : le papier d’aluminium. Alain Fleischer l’utilise pour sa capacité de déformation. Cet artiste y moule son visage ou bien encore des objets du quotidien… Je tenais, toutefois, à détourner cet outil, à avoir une approche plus singulière, plus personnelle. J’ai donc eu un autre regard : le papier d’aluminium réfléchit la lumière et tout ce qui l’entoure. Mais pas de façon net. Ces reflets prennent une dimension fantastique, presque mystique. J’ai donc cherché à rendre compte d’un monde imaginaire à partir du monde réel.

J’ai donc pensé un dispositif. J’ai décidé de poser la photographie en extérieur. J’ai donc répartie dans les branches des arbres de mon jardin des feuilles d’aluminium. Certaines étaient accrochées à même les branches, tandis que d’autres viennent englober des objets suspendus à l’aide de ficelles – des bouteilles de Perrier, des casseroles. Certaines feuilles restent lisses, d’autres sont froissées. Les images sont brisées, floues. Chaque contour se transforme, diverge, converge, créant un objet totalement différent ; plus abstrait, plus lyrique – presque venu d’un autre monde. J’ai commencé par prendre de simple photographie avec une ouverture de f/5,6 et à la vitesse de 1/100e de seconde. J’ai décidé d’accentuer le flou, en utilisant une vitesse de prise de vue plus lente. Je bouge l’appareil photo pendant que j’appuie sur le déclencheur – d’avant en arrière, sur le côté, de manière circulaire, dans tous les sens. Et ce, de façon à transformer, presque redessiner les reflets, les lumières.

Je fais du light painting, à partir de reflets sur du papier d’aluminium et non à partir de source de lumière direct. Je crée ainsi une toute autre image à partir des contours d’une réalité bien présente. L’image semble tout droit sortie d’un conte. Quand je la regarde, j’aperçois une forêt venue d’un autre temps. Tout a une couleur gris bleutée. Et sur la droite, un farfadet ou plutôt une créature magique, surgit de derrière un tronc d’arbre. Il semble être apparu dans une tornade – dû aux mouvements circulaires de l’appareil de prise de vue. La lumière, le reflet raconte une nouvelle histoire. Et c’est à notre imagination de la percevoir. Chacun aura sa propre lecture de la photographie. Certains y verront peut-être un monde sombre et oppressant, d’autres y verront un monde fantastique, magique. Il s’agit de laisser parler nos sens. Personnellement, elle m’évoque une pièce de Shakespeare…

Camille Nivat

Mots & Miroirs

(cc) Clémentine Le Roy (08/12/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (08/12/2014)

Miroir. C’est tout ce que m’a évoqué les quelques bribes de consignes et ce qui m’est resté des travaux des photographes mentionnés. Pas inspirée et pas franchement enthousiasmée par ce type de photographies, je suis convaincue de réussir à bricoler une petite chose sans trop avoir à y réfléchir. Je n’ai pensé qu’aux miroirs. J’aime bien tout ce que cet objet peut représenter, et la façon dont il est utilisé, particulièrement au cinéma. Et c’est aussi l’occasion de me replonger dans un numéro particulièrement réussi de Blow Up : un miroir peut permettre à un personnage de se replonger dans le passé, évoquer la peur, la dualité, le trouble identitaire, ou simplement Fabienne Tabard. Mais le dénominateur commun de toutes ces évocations est la présence d’un personnage dans le reflet ; hors il n’est pas question de mettre qui que ce soit dans le cadre. J’examine alors les possibilités qui s’offrent à moi devant ce constat.

17h, la lumière tombe peu à peu dans des rayons orangés. J’essaye des choses avec mes trois petits miroirs de poche : je les mets dans un sens, dans un autre, je les déplace, les superpose de façon à ce qu’on ne voit le moins possible l’appareil photo et encore moins ma main qui appuiera sur le bouton. Le but étant à un moment ou à un autre de trouver quelque chose d’intéressant : la photo pour moi c’est le mouvement, l’inattendu, le hasard, alors prévoir et construire son effet – et pire, le conceptualiser ! -, je trouve ça triste. Mais la chance finit par me sourire, en déplaçant innocemment mon petit miroir rond, je m’aperçois que l’arbre devant ma fenêtre se réfléchit dedans et ressort dans une belle lumière. La photo faite, je la recadre et l’affaire est faite.

C’est curieux, en consultant mon dictionnaire toujours à portée de main, je me rends compte que le champ lexical du miroir est assez intéressant, et presque toujours à double sens dans notre contexte : ainsi le reflet est une « image réfléchie », et le miroir est une « surface qui réfléchit la lumière et les images ». Presque attendrie par cette découverte, je me dis que la langue française est quand même drôle : ces définitions relèvent presque de la personnification. Ainsi un reflet ne serait pas juste une image réfléchie, mais une image qui réfléchit, c’est à dire à la fois un mot désignant au sens propre une action mécanique, ou devrais-je dire optique, et au sens figuré-psychanalytique une action d’intellectualisation : il est attribué à un objet le pouvoir de réfléchir. Je voulais conclure en laissant le mot de la fin à un illustre personnage, et il m’apparut une citation pleine d’intelligence de Schopenhaueur : « les femmes sont comme des miroirs, elles réfléchissent mais ne pensent pas ». C’était ironique bien sûr, il est bien connu que la « stupidité croît avec l’intelligence »[i] et ce philosophe prussien, comme bon nombre de ses collègues, ne fait donc pas exception à la règle. Je préfère laisser le mot de la fin – et pour de bon cette fois – à Jean Louis Auguste Commerson, maître méconnu d’aphorismes humoristiques et auteur d’une délicieuse maxime que nous saurons apprécier ici : « quand je mange des glaces, cela me fait réfléchir ».

            Clémentine Le Roy


[i] Grégory Compère, Essais

La grande illusion

Favorite
(cc) Coline Portet 05/12/14

La photographie est une pratique magique et attractive. Voulant créer une photo représentative de ce qu’elle dégage, j’ai voulu approfondir les effets de la matière sur l’image. J’ai donc utilisé plusieurs sortes de matières, toutes transparentes ainsi que le corps humain. Ce qui m’intéresse dans ces matériaux est l’étrangeté qu’ils apportent à la photo. On a accès à l’image visualisée par l’objectif à laquelle on rajoute un voile qui vient la perturber. En jouant avec la position du corps humain et du sac plastique utilisé je souhaitais recréer un univers particulier qui reflète le fait que la photographie est spectaculaire : elle créer de l’illusion tout en percevant l’invisible.

Je suis partie de ces idées pour créer ma photo en m’inspirant également des créations de Duane Michals. Il utilise des miroirs qui donnent une vision déformante du sujet et révèle ainsi un nouveau visage, une nouvelle facette du personnage et de la vie tel que peut le faire la photographie. J’ai élevé le temps d’exposition à 30 secondes. Durant ce temps j’ai bougé de place une fois pour apparaître à plusieurs endroits dans la photo et ainsi créer plusieurs temporalités. Pendant la prise de vue, une poche plastique était scotchée devant l’objectif pour créer cette sorte de voile, de filtre parasite. J’ai décidé de faire la mise au point sur mon visage et non sur le sac plastique. Je me suis placé près du miroir, de profil à celui-ci pour qu’il me reflète lors de mes deux positions. J’ai essayé de placer le plastique à plusieurs endroits, plus ou moins loin de l’appareil et je me suis aperçu que plus le sac plastique était proche du capteur, moins on le voyait. Sur cette photo le voile n’est pas très marqué mais il est pourtant présent.

Un sac plastique vient perturber la vision de l’objectif mais il n’est pourtant presque pas visible sur l’image. Ainsi la photographie est étrange et une illusion se créée. On ne voit pas réellement la scène puisqu’on ne voit pas vraiment le sac plastique. Les couleurs qui donnent un côté vieillit accentuent ce côté éphémère qu’est l’instant présent. De plus, le fait que je sois présente mais presque transparente permet de m’ancrer en tant que sujet dans la photo et d’en dégager son esprit immortel, de montrer l’invisible. La présence du miroir crée plusieurs facettes de moi même dans un seul espace temps et mon corps inscrit à plusieurs endroits accentue également ce côté fantomatique de la photo. On capte un instant éphémère qui aussitôt vécu devient déjà du passé d’où le fait que mon corps soit à demi visible. Grâce au lignes présentes dans la photo, on a l’impression de sur-cadrage et de cadre dans le cadre qui divise l’espace en plusieurs parties alors qu’il est pourtant unique. Ainsi l’espace et le temps sont dilatés, étirés et témoignent de la magie et de l’éternité permise par la technique photographique.

Coline Portet