Archives par mot-clé : composition

Transposition

(cc) Delphine Delumeau (27/01/2014)
(cc) Delphine Delumeau (27/01/2014)

Pour réaliser cette photographie j’ai utilisé le logiciel Photoshop. Tout d’abord, j’ai utilisé ma première photographie reportage comme arrière plan, puis je l’ai modifiée de façon à ce que les teintes soient légèrement rosées. J’ai détouré mes deux dernières photographies et je les ai importées après avoir modifiées également les teintes. Celle de mon deuxième billet, qui représente mon frère et moi même, est davantage contrastée. Pour la photographie de mon troisième billet, représentée par la bougie, j’ai gardé les teintes orangées et je l’ai légèrement rendu transparente.

La photographie de l’arrière plan a des teintes légèrement rosées pour faire référence à l’événement qu’elle représente, octobre rose. J’ai détouré les autres photographies dans le but de créer un ensemble de superpositions. J’ai contrasté et foncé davantage la photographie de mon deuxième billet car c’est celle que je préfère, je  souhaitais qu’elle soit  mise en valeur.  Nous pouvons donner du sens à cette composition, d’après mon interprétation, la foule à l’arrière plan tente d’écraser les deux personnages qui sont protégés, comme dans une bulle, grâce à la bougie.

 

Jouer cartes sur table

Jouer cartes sur table
(cc) Adélaïde Michel (17/11/2014)

Je me souviens d’avoir très tôt été touchée par le travail de l’artiste contemporain Daniel Spoerri, qui dans ses readymades, collectait, assemblait, collait des objets dans des compositions que l’on qualifiait de « natures morte réelles ». Fixant ainsi le temps, il amenait le spectateur à entreprendre une réflexion sur ces banals objets du quotidien. Loin de moi l’envie d’amener une quelconque réflexion anthropologique, j’ai avant tout composé ma photographie dans un but esthétique : ma grande table basse industrielle serait la base idéale de cette composition, palette témoin de mon quotidien.

L’assemblage s’est fait naturellement. Ces objets faisant parti de mon environnement, représentant des goûts, des intérêts ou des souvenirs, chacun a trouvé sa place dans ce tableau qui se dessinait devant moi. Le choix de prendre la photo en plongée me paraissait évident afin d’insister sur l’idée de composition de cette image et de permettre à chaque élément de ce désordre ordonné de se détacher des autres.

En soumettant cette photographie à l’aval de deux de mes amies, j’ai apprécié que chacune d’entre elles y remarque des détails différents. Je me suis alors rendue compte du potentiel que représentait l’interprétation de cette image. Je l’ai fait suivre à d’autres personnes me connaissant à différents degrés, en leur posant la question suivante « Cette photo me représente, qu’est-ce que tu y comprends? ». Au fond, il n’y a pas une multitude de façons d’interpréter cette photo. Il y a ceux qui connaissent l’histoire de ces objets, et les autres. Ceux qui ne la connaissent pas peuvent tout voir d’une façon plaisante, idéale, me reconnaître un caractère joueur ou enfantin, tandis que les autres voient les choses d’une perspective tout à fait différente, comprennent la multitude de sens cachés et les références à certaines personnes et certains moments de ma vie. Finalement cette double lecture, c’est une manière originale de voir comment l’autre peut nous percevoir, selon ce qu’il sait de nous, à travers des raccourcis faciles, des idées préconçues, et ce qu’on lui laisse entrevoir de notre environnement personnel.

Adélaïde Michel

Ariptrot

Ariptrot
Ariptrot. (cc) Soline Testard (13/03/2014)

Le portrait d’une personne permet son identification. En manipulant des parties disproportionnées du visage, il est possible de créer quelque chose de nouveau, d’inattendu. La bouche posée sur l’épaule permet de déformer, de transformer le corps pour atteindre une hybridation entre la photo de base et le corps d’un autre individu. « Ariptrot », est d’ailleurs un anagramme du mot « Portrait ». A travers cette photo, on retrouve la bouche pulpeuse d’une femme mais aussi une main d’enfant, une moustache au niveau de la bouche et un œil posé sur la poitrine. Tant d’éléments qui parlent d’eux même d’une personnalité recomposée à partir des personnes croisés dans une vie.

Pour mon collage, j’ai décidé de le traiter sous Photoshop qui est un logiciel qui me permet de donner libre cours à mon imagination. Je suis donc allée cherché des images sur internet que j’ai découpé et incrusté sur mon visage. Pour cela, j’ai traité l’œil en l’incrustant et j’ai redessiné la moustache pour la rendre plus poilue que la photo de base tout en m’effaçant la bouche. J’ai également appliqué une ombre au bras d’enfant pour créer un effet de profondeur et j’ai découpé mon propre bras en recomposant le fond pour y intégrer la bouche pulpeuse. Au final, nous sommes le fruit d’une multitude d’expériences.

Soline TESTARD

Dark doo wap

(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)
(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)

Superposition, surexposition, incrustation, lumière tamisée, crue, je joue avec les trois photos qui me servent d’ingrédients pour créer cette photo expérimentale. Aucune intention de départ. Je superpose les photos les unes sur les autres. J’ajoute des effets, je mélange, je transforme et je m’arrête. Ce qui apparaît sous mes yeux me plaît, quelque chose commence à se former. Puis je recommence, j’ajoute, je supprime, je modifie certains effets pour trouver “autre chose”. Le plus dur dans ce genre d’exercice, c’est d’aller plus loin, d’oser recouvrir son travail d’une nouvelle couche, d’abandonner une substance pour voir une autre naître. Toucher au côté “sacrale” de son oeuvre en détruisant ce qu’on a créé pour construire de nouveau. Le hasard a sa part de réussite. Il permet aux différents éléments sur la photo de trouver leur harmonie et de créer un ensemble visuel cohérent.

En regardant l’image qui résulte des trois autres photos,  j’ai l’impression d’être confrontée à une photo en cours de développement. Elle dégage un aspect énigmatique, étrange, que l’on a envie de comprendre. Une photo qui peu à peu livre ses secrets, son histoire en se dévoilant.

Chloé Hernandez

L’art et l’instant

(cc) Tiphaine Robion (02/02/2014)
(cc) Tiphaine Robion (02/02/2014)

Réfléchir à comment créer plutôt que pourquoi créer est une façon de penser qui ne m’est pas familière. La solution est peut-être tout simplement de ne pas trop réfléchir : j’ai imprimé les trois photographies des billets précédents, puis commencé à les déchirer, les coller entre elles, les décoller; les badigeonner de soja qui traînait par là, à l’aide d’un pinceau que j’avais à proximité, les coller de nouveau. Le résultat ne me satisfaisait pas, alors j’ai pris une pause. En revenant quelques minutes plus tard, la composition avait pris une teinte qui me plaisait, et ce que je n’avais pas apprécié la première fois était sans doute la spontanéité du travail à laquelle je ne suis pas habituée.

Effectuer le chemin de réflexion inverse, en pensant à la forme et non au fond, n’est pas chose aisée : l’interprétation a posteriori n’en est que plus difficile. Je crois que ce qui me plaît dans cet assemblage de photographies, c’est justement l’absence de signification au premier abord, et de liens entre ces images : on remarque tout de suite la distinction entre les trois photos, les découpages ne sont pas nets et on aperçoit les reliefs. Pourtant, quelque chose relie les trois couches : les couleurs, l’ambiance,  la superposition hasardeuse qui fonctionne bien ? Je ne sais pas s’il y a vraiment une réponse. Pour l’instant, j’essaie d’apprécier l’esthétique en arrêtant de me demander, “mais pourquoi ?”.

Tiphaine Robion